Le Schnee Cardigan, le gilet parfait pour se blottir

Viens que je te montre mon dernier chouchou, le Schnee Cardigan de Suvi Simola. Je l’ai commencé en mars, au moment où on pouvait apercevoir des petits bouts de printemps qui germaient ça et là. Je me suis posé un instant la question de la pertinence d’un projet en DK à cette période de l’année. Laisses moi te dire que je ne me pose PLUS DU TOUT la question ! 🙂 🙂

Et que j’ai porté ce gilet plus d’une fois depuis que je l’ai terminé fin avril.

Schnee Cardigan, Suvi Simola, Lima Drops

J’avais craqué sur la version écrue de la créatrice. Après réflexion, j’ai choisi le coloris gris perle, moins salissant, mais tout aussi lumineux. J’ai utilisé de la Lima de Drops, 12 pelotes et quelques grammes de la 13e, dont j’aurais pu me passer au final car mes manches sont trop longues.

Schnee Cardigan, Suvi Simola, Lima Drops

J’adore le point de blé, qui donne un joli relief. C’est long mais le résultat est tellement joli que ça en vaut le coup. Je n’ai fait qu’une modification : remplacer les côtes 2/2 par des côtes 1/1. Ca ne change pas la face du monde mais je trouve ça plus joli.

J’ai fait trois boutonnières comme préconisé et j’ai trouvé 3 ravissants boutons en porcelaine peints à la main, réalisé par Cécile, qui a créé Atelier Camelir, un petit atelier où elle travaille le cuir et la porcelaine, avec des inspirations très nature. Je vous invite à jeter un œil sur son profil IG où vous verrez certainement de jolies choses. Ils sont ravissants mais fragiles, attention aux chocs ! Néanmoins ils résistent très bien à l’eau donc pas de souci pour le lavage. Je les ai achetés dans la jolie boutique d’Ana, Lanaé Tricot, à Grenoble.

Schnee Cardigan, Suvi Simola, Lima Drops

Il lui manque des poches mais avec le poids de la laine, cela aurait surement déformé le gilet.

Il a un défaut : les manches sont trop longues. Je les ai tricotées avant l’encolure, au contraire de ce qui est indiqué dans le patron. Et bien sur je n’ai pas pris en compte le fait que l’encolure allait faire tomber la tête de manche vers le bras. D’ailleurs on voit sur les photos que l’épaule me tombe à mi bras.

J’ai tricoté d’abord les manches car je n’aime pas ça. Si je les avais gardées pour la fin, il y a fort à parier que j’aurais mis bien plus de temps à finir ce projet. Je l’ai tricoté en un gros mois, en mono projet. J’étais un peu lassée de mon Dessine moi un mouton.

Depuis que je l’ai tricoté,je te le disais, je l’ai porté plusieurs fois. Il est chaud sans être aussi lourd et encombrant que mon Philémon. Néanmoins le poids de la laine me fait craindre à la longue qu’il ne se déforme.

Schnee Cardigan, Suvi Simola, Lima Drops

Ma maman m’a conseillé de coudre un biais le long de l’encolure et de la couture des épaules pour le stabiliser. Quelqu’un aurait des conseils pour coudre un biais sur la ligne de couture des épaules et éventuellement de l’encolure pour éviter qu’il ne se détende de manière exagérée ? Il a déjà tendance à glisser de mes épaules quand je le porte ouvert. Pourtant j’ai choisi une taille en fonction de mes épaules et pas de l’ampleur préconisée au niveau du buste.

Schnee Cardigan, Suvi Simola, Lima Drops

Il est simple à tricoter, le patron est bien écrit. J’ai particulièrement aimé les instructions relatives au boutonnières. C’est expliqué très clairement et la designer a inclus des photos parlantes dans les explications. Je n’ai eu aucune difficulté à les réaliser.

On commence par tricoter le dos, la partie en point mousse est façonnée par des rangs raccourcis. J’ai utilisé la méthode du wrap and turn, qui marche bien sur le point mousse. Ensuite on releve des mailles pour tricoter chacun des devants.

Les devants et le dos sont joints et on tricote jusqu’à la fin du corps. Puis – en suivant le patron!- on tricote l’encolure à partir des mailles relevées. Et enfin les manches.

Quelques diminutions ici et là, aucune difficulté et en 4,5 cela va -relativement- vite ! J’adore les détails des finitions dans ce patron : les rangs raccourcis au point mousse pour façonner les épaules, la fausse couture en jersey endroit sur les côtés et le long des manches.

Schnee Cardigan, Suvi Simola, Lima Drops

C’est le premier patron de Suvi Simola que je tricote. Je l’ai vraiment apprécié et n’hésiterais pas à me lancer dans d’autres modèles de cette créatrice.

Ce projet me réconcilie avec la Lima de Drops. J’en avais acheté il y a quelques années et je n’ai jamais tricoté le pull que j’avais prévu avec tellement la laine me piquait. La marque a-t-elle changé sa composition ? Mon gilet est chaud, doux et moelleux, c’est véritablement un doudou, quelque chose qu’on aime papouiller pour se réconforter.

Schnee Cardigan, Suvi Simola, Lima Drops

Cela t’étonnerait-il si je te dit que j’ai dans ma ligne de mire d’autres gros gilets ? J’aime particulièrement le Boho Style Mosaic Cardigan, que je t’ai montré dans l’article précèdent.

As-tu des projets que tu tricotes à contre-saison ? Ou passé le 15 mai, tu ne tricotes plus que du coton ?

Je t’embrasse!

Publicités

Sortons nos gros gilets! [Wish Knit List]

Je vous retrouve pour une nouvelle sélection de mes tricots favoris. Eh oui, même si je n’aurais jamais le temps de tricoter tout ce qui me fait envie, il ne m’est pas interdit de baver rêver à tous ces modèles plus jolis les uns que les autres.

Aujourd’hui je te propose une Wish Knit List composée de gros gilets.

Je t’entends d’ici (oui j’ai des oreilles bioniques) (non je déconne mais admire mon art de la mise en scène) : c’est le printemps et elle nous montre des gros gilets ?!?

Elle compte déménager dans l’autre hémisphère, elle part en vacances de printemps en Islande ? Non malheureusement, rien de tout ça. Pas de grand voyage prévu pour moi dans un futur proche. À moins qu’une journée à Fribourg compte ? Non, ça ne compte pas. (Je suis contente d’y aller quand même, hein, je ne crache pas dans la fondue) (blague suisse) (non en vrai c’est même pas une blague).

Alors pourquoi des gros gilets ? Parce qu’on range les manteaux ! Plus de manteaux, plus de bonnets, c’est fini. C’est le moment de sortir nos jolies vestes, et tous ces gros gilets, trop chauds et trop encombrants pour être portés sous les manteaux, vont pouvoir jouer les vedettes et se dorer la pilule au soleil ! Le gros gilet devient veste de mi saison ! Admire le génie. 🙂

Schnee Cardigan de Suvi Simola

Je suis en train de le tricoter. Amour absolu. Je le tricote en Lima de Drops, coloris gris perle. J’ai hâte de le porter.

 

Portage de Melissa Schaschwary

Un gilet avec de ravissants détails : point texturé, torsades et poches intégrées.

 

 

Big Sister de Hiterm Stein

De jolies poches !

 

Flaum de Justyna Lorkowska

En version rallongée, il a une allure folle.

 

Beccs de Isabel Kraemer

Torsades! J’aime.

 

Akiko de Yoko Hatta

Torsades bis. J’aime encore plus. 🙂 🙂

 

Woodman de Bristol Ivy

De jolis détails, et une tête de manche assez originale.

 

Channel Cardigan de Jared Flood

Ceinture et col châle, la petite veste parfaite!

 

Ilia de Michele Wang

Elles sont si jolies ces torsades, qu’il serait dommage de les cacher sous un manteau, non ?

 

Snoqualmie de Michele Wang

Tellement canon, tellement long à tricoter, sans doute aussi. Mais je vous laisse juger…

 

Boho style Mosaic Cardigan de Irene Lin

Je suis amoureuse de ce modèle, qui est d’ailleurs déjà dans ma bibliothèque Ravelry. Ce n’est pas du jacquard mais du mosaïc knitting. Je ne connais pas cette technique mais elle consiste à glisser des mailles pour créer les changements de couleur.

 

 

Es-tu convaincue par l’utilité de tricoter un gros gilet pour le printemps ? Quel modèle préfères-tu ?

Je t’embrasse!

 

Good Vibes le bien nommé, de NCL Knits

C’est le premier châle de Nadia Crétin-Léchenne, alias NCL Knits,  que j’ai tricoté. Le patron est visible . Depuis j’ai aussi tricoté le Full Bloom que tu peux voir ici.

Châle Good Vibes, NCL Knits

Ce châle était un cadeau d’anniversaire pour ma maman. Je lui tricote entre 2 et 3 projets par an. Elle apprécie les ouvrages tricotés. Elle tricotait elle-même à une époque mais a arrêté depuis de nombreuses années et n’a pas le désir de s’y remettre. Néanmoins elle est très contente de recevoir des châles en doux mérinos, tricotés par une main d’oeuvre gratuite et docile ! 🙂

 

 

J’avais vu pas mal de versions que je trouvais jolies, je l’ai donc proposé à ma maman. Je sélectionne un projet qui me plait, que j’ai envie de tricoter et ensuite je le propose à ma maman, qui accepte ou non. En revanche, c’est elle qui choisit les couleurs.

Châle Good Vibes, NCL Knits

Je lui ai montré des projets sur Ravelry pour qu’elle trouve une association de couleurs qui lui plairait. Elle a été séduite par les châles associant le vert au violet.

J’avais en stock un écheveau de la Fée Fil, en mérinos et soie, coloris Menthe au lait. C’est un vert clair, très lumineux et nuancé. On a choisi pour l’accompagner un joli prune, teint par mes soins. Il s’agit du coloris Sirop de Prune.

Châle Good Vibes, NCL Knits

Il est très agréable à tricoter, les derniers rangs sont longs, mais le nombre de mailles est conséquent. Je l’ai tricoté assez rapidement, si mes souvenirs sont bons. Car je l’ai tricoté en début d’année 2017, pour pouvoir l’offrir à son anniversaire, en mai.

Il a une belle ampleur, sans être immense non plus. Ma maman l’aime beaucoup et l’a porté à de nombreuses reprises.

Châle Good Vibes, NCL Knits

C’est le 3e châle que je lui tricote. Souviens-toi, je lui avais tricoté un Lilli Pilli, dont je te reparlerais (surtout de la laine) et un Midnight in Sydney.

Tout ce que je lui ai tricoté est porté, donc c’est un plaisir de tricoter pour quelqu’un qui porte et apprécie les vetêments tricotés. Elle est aussi consciente du luxe que cela représente de porter un objet tricoté : des heures de travail et des matières précieuses.

En bonne tricoteuse, je ne renie pas le tricot égoïste mais de voir les autres porter et apprécier ce que l’on a créé, c’est la cerise sur le gâteau. Est-ce que l’on te réclame un ouvrage tricoté ou te proposes-tu de toi-même ? Ou, au contraire, tu ne tricotes que pour toi ?

Châle Good Vibes, NCL Knits

Le châle est composé de deux parties : la première en point mousse délicatement ajouré. Elle est plutôt rapide à tricoter, les rangs ne sont pas très longs.

La deuxième partie est construite avec des rangs raccourcis. J’ai utilisé la technique du Wrap & Turn, qui est très simple et quasiment invisible sur du point mousse. La dentelle est un motif de type Feather&Fan. Elle n’est pas particulièrement compliquée et se tricote un rang sur deux.

good-vibes-nclknits (3)

C’est un châle assez gratifiant à tricoter. Il ne comporte pas de difficultés particulières, bien qu’il ne soit pas adapté pour des débutants selon moi (rangs raccourcis + dentelle). Il a un très bel effet et est relativement rapide à tricoter. Je ne peux que vous encourager à succomber à l’appel des good vibes. 🙂

Châle Good Vibes, NCL Knits

Et toi tu tricotes pour les autres ? Comment choisis-tu les projets que tu vas offrir ?

Je t’embrasse !

Joseph, le pull que j’ai tricoté deux fois

Encore un tricot from une Poule à Petits Pas. Ce modèle sera-t-il le dernier ? Nul ne le sait 🙂 . J’avoue que le Benjamin, avec sa basque, me fait de l’œil. Julio son petit débardeur, me plait aussi.

Mais l’envie de modèles plus sophistiqués, d’apprendre de nouvelles techniques, de nouvelles constructions, se fait sentir, tout comme l’appel de la forêt pour Jack London. 😉

Et oui, mine de rien, je t’ai casé une référence littéraire. Comme quoi, avec le tricot, tout est possible.

Joseph, donc. Torsades, écru, point mousse, grosses aiguilles. C’est mon bad boy à moi. Je craque à chaque fois.

Pull Joseph, une Poule à Petits Pas

J’ai tellement craqué que je l’ai tricoté deux fois. Pas deux modèles non. Deux fois la même version. Je l’ai tricoté une première fois avec le fil en double en aiguilles 6, je pense. J’ai tout bien suivi les instructions, rentré les fils, fait le blocage.

Et comme avec tous les bad boys, il m’a fait faux bond. La bande de côtes du bas était trop serrée et donc le pull ne m’allait pas.

Pull Joseph, une Poule à Petits Pas

Je l’ai laissé de côté un temps. Après avoir essayé de gagner des cm au blocage en tirant comme une brute, j’ai eu une lueur d’espoir mais la laine s’est rétractée à ses dimensions initiales.

Un jour, prise d’un courage énorme, ou d’une poussée de folie meurtrière, je ne sais pas, j’ai détricoté tout le pull.

Que j’ai repeloté. C’est déjà chiant à la base, mais quand tu as tricoté en double et que tu dois séparer les fils avant de repeloter, c’est le bagne, la corvée, la punition ultime. Le supplice du pal et la crucifixtion, c’est de la rigolade à côté.

Mais je l’ai fait.

Pull Joseph, une Poule à Petits Pas

Au final Joseph est plutôt mi figue mi raisin. J’ai tricoté les manches à plat, pour les tricoter plus vite car je n’aime pas le magic-loop. Je les ai tricotées plus vite mais la couture est visible. Gnê.

Les manches ont tendance à tirer sur l’encolure et à tomber sur les épaules. Donc j’ai froid dans le haut du dos. Et oh inconfort suprême, il remonte sur le ventre, qui n’est pas la partie de mon anatomie que je préfère.

Bref, les pulls avec décolleté devant ET derrière, c’est joli mais ce n’est pas pour moi.

Pull Joseph, une Poule à Petits Pas

Une partie de mon désamour pour ce pull provient également, je pense, de mon choix de laine. Le mélange coton mérino de Drops est doux et moelleux mais ne convient pas, de mon point de vue, pour un pull adulte. La laine est molle et lourde. En fait, elle rassemble les deux inconvénients de ses composants. Leurs qualités aussi. Elle serait assez appropriée pour des vêtements enfants, mais moins pour les adultes.

Je le porte quelques fois mais c’est un pull d’été. Oui l’été on commence à y penser doucement. Même si je vois encore de la neige sur les sommets en regardant par la fenêtre.

Pull Joseph, une Poule à Petits Pas

En tricotant on apprend finalement que ce qu’on aime porter et qui est séduisant au premier regard (du blanc et des torsades en l’occurrence) n’est pas forcément ce qui nous conviendra le mieux. Plus de pulls décolletés dans le dos pour moi ! Mais je n’abandonne pas les torsades pour autant. Tu verrais mes favoris Ravelry…

Et toi quel type de modèle te fait craquer à chaque fois ?

Je t’embrasse !

Un petit pull en dentelle [Wish Knit List]

Un petit pull ? Avec plaisir, mais avec des trous-trous !

Qui dit printemps dit tricot. Ça marche aussi avec qui dit automne, hiver… bref vous avez compris. 🙂

Le printemps se sera fait désirer cette année, mais pas question de renoncer au tricot. Pour bien préparer la transition vers les températures estivales, ne nous découvrons pas d’un fil mais rien ne nous empêche de faire quelques jolis trous avec ce fil. 😉

Je vous propose donc une petite sélection de pull de printemps, avec de la dentelle !

Herbarium de NCL knits

Un classique, à signaler une difficulté dans les diminutions du motif lorsque l’on arrive à l’encolure.

 

April de Isabell Kraemer

A réaliser avec un fil light fingering pour un joli drapé. Je suis amoureuse de ce pull.

 

Princess Fiona de Amy Miller

Je l’adore, il est dans mes favoris depuis longtemps et j’ai même la laine pour le faire! Qui me suit ?  🙂 🙂

 

Birkin de Amy Miller

La même créatrice, je le trouve charmant pour une après midi en bord de mer (ou de lac). Il y a toujours un peu de vent même si le soleil est au rendez vous.

 

Let it fall de Matilda Kruse

Avec sa dentelle dans le dos, ce boxy est magnifique.

 

Mirabella de Sweaterbabe

Il a un ravissant col bénitier, parfait pour le printemps.

 

Romance de Schneckenstrick

Je le trouve très joli. J’ai juste un doute sur la laine utilisée : une DK, assez chaude, alors que le pull est en dentelle et très décolleté de surcroît. A mon avis, il faut l’adapter en fingering.

 

 

Lacy Pullover de Sarah Hatton

Un très joli motif diamant pour ce pull.

Pinpoint de Asja Janecsek

Une dentelle plus moderne et passe partout pour les réfractaires aux pulls au look trop romantique.

 

 

 

Que penses-tu de cette sélection ? Es-tu tentée par un de ces patrons, ou un autre ? Tu oses la dentelle sur les vêtements ou tu la cantonnes aux châles ?

Je t’embrasse!

Alocasia, ma version col rond

il y a quelques temps déjà, (non je n’ai pas dit « il était une fois »!) Marie Amélie, alias Maremelade a sorti un pull col V comportant un très joli motif le long de l’encolure : le pull Alocasia.

Pull Alocasia, Marie Amélie Designs, version col rond

Alocasia est le nom d’une jolie plante d’intérieur, je te laisse demander à notre ami Google.

Mais entre être une plante verte et tricoter un magnifique modèle, j’ai choisi mon camp ! 😉

Bref Marie Amélie met en test la version originale du patron, avec un décolleté devant et dos. Je suis en amour mais rate les dernières places du test. Néanmoins la fée du tricot devait m’avoir à la bonne car, quelques semaines plus tard, Marie Amélie poste un appel sur Instagram pour tester la version col rond. Autant te dire que je n’ai pas hésité une minute.

Et par chance, j’étais la première à me proposer.

Pull Alocasia, Marie Amélie Designs, version col rond

J’adore ce modèle, je le trouve beau et raffiné. Le test s’est très bien déroulé, j’ai pu apporter ma petite contribution en relevant quelques erreurs minimes.

Le patron est très clair, facile à suivre.

J’ai pu apprendre la technique des German Short Rows, que je ne connaissais pas à l’époque. Le motif est relativement simple une fois que l’on est familiarisé avec. Il s’agit de mailles croisées. Je te signale quand même un point où tu devras être vigilante. Lorsque l’on rejoint les dos et devant du pull pour tricoter en rond après les emmanchures, la manière de tricoter un des motifs change. Je me suis trompée et n’ai pas eu le courage de défaire pour réparer mon erreur.

On commence par tricoter la bande de motif dos puis on relève des mailles pour construire le dos. Ensuite on vient former l’encolure devant avec des rangs raccourcis, on rejoint et on continue jusqu’en bas. Les manches sont enfin relevées et tricotées en rond.

La seule difficulté pour moi a été de tricoter ma version en 3 semaines, pour coller à la date de sortie du patron.

Je l’ai tricoté en 3,5, et ai utilisé moins de 3 écheveaux de 400 mètres. Ce fut le premier patron pour lequel j’ai utilisé ma laine, teinte à la main. Tu pourras d’ailleurs remarquer les erreurs de débutante : on voit bien les différences entre les 3 écheveaux que j’ai teint séparément sans noter de manière précise les temps de cuisson, le PH et la technique de répartition de la teinture. Bouh ! Mais j’ai appris de mes erreurs depuis. 🙂

Pull Alocasia, Marie Amélie Designs, version col rond

Malgré ces défauts de teinture, j’aime beaucoup ces couleurs et suis très triste de ne pas porter ce pull. J’avais fait un échantillon bien sûr. Pour un test c’est obligatoire, mais le fait de tricoter en rond et de manière intensive en tirant sur le fil plus que de coutume m’a donné un pull un peu plus petit qu’attendu. À la fin du temps imparti, je tricotais une grande partie de la journée en essayant d’aller le plus vite possible, ce qui a modifié ma tension sur le fil.

Ajoute à ça que j’avais choisi la taille 105 avec peu d’aisance et que j’ai pris du poids depuis la prise des photos, je ne suis plus à l’aise dans ce pull. Je rentre toujours dedans, mais il est moulant, un peu trop à mon goût.

Le grand décolleté, ajouté à la forme boxy, font que le pull a tendance à remonter sur le ventre, qui n’est pas la partie de mon anatomie que je préfère. Avec plus d’aisance, le pull resterait en place. Ce n’est pas un problème de patronage mais bien de choix de taille.

Pull Alocasia, Marie Amélie Designs, version col rond

Je conseille le patron, tout est clair, on est pris par la main. Et le modèle est sublime. C’est le pull le plus abouti et le plus sophistiqué que j’aie tricoté jusqu’ici. Et je ne le porte pas. Les boules.

Je pourrai le détricoter et en tricoter une version à ma taille mais le courage me manque. Je le garde néanmoins précieusement en espérant une perte de poids miraculeuse. Lourdes, c’est par où ?  🙂 🙂

As-tu déjà tricoté un ouvrage trop petit ou trop grand ? Que fais-tu ? Tu détricotes et tu refais ou tu pratiques la technique des œillères ? 🙂

Je t’embrasse !

Nanook, Heidi Kirrmaier

Nanook est un mot de la langue Inuit signifiant ours blanc. Le motif utilisé pour le col se nomme patte d’ours. Coïncidence ? Je ne crois pas. 🙂

Gilet Nanook, Heidi Kirrmaier

C’est un joli nom pour un très joli gilet, présentant des détails soignés et délicats.

Le Nanook est un modèle de Heidi Kirrmaier. C’est un gilet à pans, qui peut se porter ouvert ou fermé.

Gilet Nanook, Heidi Kirrmaier

Je l’ai tricoté il y a 1 an afin de l’offrir pour Noël à ma maman. Depuis elle l’a beaucoup porté donc je pourrai te donner son avis éclairé sur la laine que j’ai utilisée et sur le modèle.

Ce gilet faisait partie de mes favoris et je le lui avais montré avec quelques autres patrons. Comme elle avait eu un vrai coup de cœur pour ce modèle, le choix n’a pas été bien difficile.

Comment fais-tu lorsque tu tricotes pour quelqu’un d’autre ? Tu proposes un modèle ou tu prends le risque de surprendre le destinataire ?

Nous avons choisi la Lima de Drops, coloris rubis red. C’est plus un fuchsia foncé qu’un rouge.

 

Il se tricote du haut vers le bas. On commence donc par ce joli col, composé d’un motif patte d’ours. Ce motif est vraiment simple donc facile à retenir et à tricoter. Les augmentations du yoke se font grâce à une série de jetés qui dessinent un joli motif dans le dos et sur les épaules du gilet. Les pans du gilet se tricotent en point mousse, bordés par un Icord tricoté en même temps que le corps, pour une finition parfaite.

Gilet Nanook, Heidi Kirrmaier

Il se tricote en 4,5, il est donc très rapide, j’ai mis 3 semaines à le tricoter. Ma maman, que vous ne voyez pas sur les photos, est plus petite que moi, c’est pour cela que les manches sont un peu courtes sur les poignets, mais il lui va parfaitement.

Le patron propose deux versions pour le bas du gilet : on peut tricoter les deux pans de mousse droit, sans diminution, pour un effet évasé sur le ventre ou si on est mince et que l’on aime exposer son bidon en ajoutant quelques diminutions pour accentuer l’effet évasé. Nous avons choisi la version sans diminutions pour le corps du gilet.

Gilet Nanook, Heidi Kirrmaier

Ce gilet ne comporte pour moi aucune difficulté technique et donne un rendu très raffiné. Bref je le recommande fortement ! D’autant plus qu’il est vraiment abordable pour les tricoteuses ayant peur de se lancer dans un patron en anglais. Celui-ci est très bien écrit, très pédagogique, parfait je vous dis ! 🙂

En ce qui concerne l’avis de ma maman sur la laine après un an : elle la trouve chaude, elle n’a que peu bouloché malgré un portage régulier. Pas de problème de grattouille, puisque ma mère porte ses gilets d’hiver avec des hauts à manches longues.

Gilet Nanook, Heidi Kirrmaier

Pour ce qui est du gilet, elle le trouve toujours aussi joli et a autant de plaisir à le reporter au fil du temps. Un tout petit bémol selon elle néanmoins : le col a tendance à tomber un peu et ne pas se tenir suffisamment dans le dos. Je pense que ce bémol est du à la façon dont ma mère aime porter ses gilets d’hiver. Elle apprécie particulièrement les cols montants dans le cou, pour éviter les courants d’air bien trop froids de l’hiver. On pourrait envisager de tricoter une rangée de motif supplémentaire, pour avoir un col plus haut ; ainsi que de descendre d’une demie taille d’aiguille pour un rendu un poil plus rigide.

Gilet Nanook, Heidi Kirrmaier

Le gilet peut se porter ouvert comme fermé. Le patron propose d’ailleurs de coudre un bouton sur une épaule. De mon point de vue, pour le maintenir bien fermé, il faudrait coudre deux boutons en vis à vis sur les épaules pour fixer les deux pans du gilet. En effet au porté, le pan qui se trouve sur le dessous a tendance à glisser.

On peut aussi se contenter d’utiliser une broche ou encore un pic à tricot.

 

C’est un gilet très joli ouvert, mais le porter fermé est très sympa aussi puisque ainsi on voit bien le motif du col. Et puis c’est un gilet épais, bien chaud, et en hiver c’est mieux d’être au chaud !

Préfères-tu la version fermée ou ouverte ?

En portant ce gilet, bien chaud et pas trop épais, j’ai ressenti l’envie urgente de me tricoter un gilet avec cette même laine et ai donc passé une commande de Lima. Sauras-tu deviner quel modèle j’ai choisi ? Un indice : le nom du gilet commence par la même lettre que le nom de sa créatrice. 🙂

Je t’embrasse, amie tricoteuse !

Maple, le béguin qui a du chien!

J’ai tricoté ce bonnet à la demande d’une amie. Elle voulait un bonnet chaud, qui couvre bien les oreilles.

Bonnet Maple, Irene Lin

Je ne voulais pas lui tricoter un bonnet péruvien (tu sais, les bonnets à oreilles 🙂 ). Je n’ai rien contre, mais cela ne collait pas vraiment avec son style. Ce n’était pas non plus un bonnet destiné à être porté au ski. Au ski c’est bien connu, plus ton bonnet est improbable, moins on a de chances de te perdre dans la marée humaine qui se presse à l’entrée du tire-fesses. Il fallait donc un bonnet à oreilles, MAIS portable en ville.

Bonnet Maple, Irene Lin

On fait des béguins pour les bébés, ce qui leur évite d’avoir un bonnet qui leur tombe sur les yeux, qui tourne, ou qu’ils peuvent enlever trop facilement.

Néanmoins beaucoup de ces béguins sont trop « enfant ».

Bonnet Maple, Irene Lin

Quand je suis tombée par hasard sur Ravelry sur ce modèle, le bonnet Maple, d’Irene Lin, eurêka !:) D’une part je l’ai trouvé trop joli, et d’autre part il remplissait complètement le cahier des charges de mon amie.

Une petite astuce : si tu tricotes pour les autres, que tu prends des commandes, prends l’initiative de proposer à la personne de choisir parmi des modèles que tu as envie de tricoter. 😉 Ça t’évitera le tricot boulet.

 

Je n’imaginais pas spécialement tricoter ce bonnet pour moi. Mais j’aimais suffisamment le motif pour avoir envie de le tricoter.

Il est très agréable à tricoter, avec un gros numéro d’aiguille qui plus est. Cela va très vite, j’ai du me forcer à ralentir, pour faire durer le plaisir de ce tricot.

J’ai utilisé de la phil mérinos 6 de Phildar. C’est un 100% mérinos, qui se tricote en 6 comme son nom l’indique. La laine est ronde, douce, très agréable à tricoter. Ne serait-ce son prix, je la recommenderais sans hésiter.

J’ai juste une remarque à faire. J’ai tricoté le bonnet en aiguilles 4,5 et le rendu est bien. Je ne tricote pas lâche. Je pense que le résultat de cette laine tricoté en 6 serait trop ajouré et tout mou. Je conseille vraiment de descendre d’une taille d’aiguilles.

Bonnet Maple, Irene Lin

J’ai modifié le patron, il taille petit. Bien sur j’ai tricoté avec une taille d’aiguilles inférieure, mais il taille quand même petit. J’ai rajouté une répétition de motif et ai un peu tiré dessus au blocage pour gagner quelques centimètres. Le bonnet m’allait sans blocage mais il était serré. La laine étant tellement ronde, ce n’était pas un problème, c’était tout à fait confortable à porter. Mais l’amie à qui était destiné ce bonnet a une épaisse chevelure bouclée, je craignais que le bonnet ne soit trop serré.

Je n’ai pas fait le pompon, je pense qu’il aurait ajouté trop de poids au bonnet et l’aurait fait glisser sur l’arrière, je n’ai pas fait non plus les cordons car il tient bien sur la tête.

Je l’offrirais à mon amie, et si elle le souhaite, je rajouterais les cordons.

Bonnet Maple, Irene Lin

Je pense qu’un pompon en fausse fourrure, donc très léger, irait bien avec le style du bonnet, mais ce n’est qu’un avis personnel.

Je suis fan de ce motif alliant torsades et jetés. Je le trouve très beau. C’est mon amie qui a choisi la couleur, un blanc pour illuminer le visage en hiver.

Il est tellement rapide à tricoter que c’est un plaisir. Il est également disponible en taille enfant. Je recommande néanmoins de ne pas se fier au patron, et d’essayer le bonnet au fur et à mesure pour pouvoir ajuster la taille.

Bonnet Maple, Irene Lin

Alors que penses-tu de ce bonnet/béguin ? Pourrais-tu porter un modèle de ce genre ?

Edit : le bonnet a été offert et validé! 🙂

Je t’embrasse !

Jacquard en folie [Wish Knit List]

Depuis quelques mois, tu as peut-être remarqué un engouement soudain de la part des tricoteuses pour les ouvrages en jacquard. Jacquard sur bonnet, jacquard sur yoke, jacquard sur les manches, y’en a partout !

Du coup cela me tente bien, surtout que j’ai repéré quelques modèles fort sympathiques !

Mais ô rage ô désespoir, je ne sais pas tricoter le jacquard. Tu sens le côté dramatique, là ? 🙂

Je me suis laissé dire, au gré de quelques discussions ici et là, que le jacquard ce n’était pas si compliqué et qu’il fallait se lancer. On m’a même dit que si j’avais réussi à faire de la brioche (sans trop de difficultés, il est vrai) le jacquard serait un jeu d’enfant !

Ceci dit, si tu as sous le coude des liens de vidéos explicatives et d’articles donnant des bons tuyaux, je te serai reconnaissante de partager. 🙂

Et comme la meilleure des motivations reste de baver devant de merveilleux modèles, je te livre ici ma sélection coup de cœur.

Les gilets :

Clayocot de Tincanknits

rt-clayoquot-06a_small2

Il est présenté en version gilet. Qui implique un steek, c’est-à-dire de découper le pull pour le transformer en gilet. Sueurs froides et tremblements.

Je trouve qu’il serait très bien en pull, en le tricotant dans une taille supérieure pour compenser les mailles manquantes.

Cherry Bloom de Lene Tøsti

 

Il est tellement beau! Mais pas l’idéal pour un premier projet il me semble, le motif n’est pas géométrique donc sans doute plus difficile à retenir.

Galloway de Jared Flood

 

Gros coup de cœur également, mais comme toujours, je suis un peu freinée par le prix des patrons Brooklyn Tweed. Avez-vous déjà acheté l’un de leurs patrons ? Qu’en pensez-vous ?

Les pulls :

Tensho Pullover de Beatrice Perron Dahlen

 

 

Inspiration japonaise ou art déco, à toi de voir. 🙂

Tree yoke de Alyssa Maggie

 

Le motif sobre et l’utilisation de laines mouchetées me plaisent énormément.

First Fair Isle de Yu Co

 

 

Jennifer Steingass a à son actif plusieurs pulls avec un empiècement circulaire en jacquard. Classiques mais raffinés.

 

De gauche à droite : Starfall, Trestya, Telja et Fern & Feather.

Caitlin Hunter a créé plusieurs modèles de pull jacquard moins classiques, un peu plus « excentriques ». En voici quelques exemples :

 

Dans l’ordre : Alyeska, Birkin et Zweig.

Edit : jusqu’au 10 mars, la créatrice offre 30% de réduction sur ses patrons (réduction automatique), je dis ça, je dis rien!

Les accessoires :

Kodikas de Caitlin Hunter

 

Du jacquard et des pompons! Love.

Deep Wood Toque  de Kiyomi Burgin

 

Siksak de Hanna Leväniemi

 

 

Il est gratuit, je dis ça, je dis rien… 🙂 🙂

Voila, qu’en penses-tu ? Un coup de cœur ?

Je t’embrasse!

Full Bloom, NCL Knits

Je n’avais pas particulièrement remarqué ce modèle lors de sa sortie et puis un jour, comme ça, comme un coup de foudre, il s’est incrusté dans mon esprit et je n’ai plus pensé qu’à lui.

La version de la créatrice étant particulièrement réussie, – j’adore son choix de couleurs ! – j’ai décidé de me lancer.

Châle Full Bloom, Nadia Cretin-Lechenne

Je voulais tricoter un châle bicolore. Je trouve que les châles à 3 couleurs, voire plus, sont difficiles à assortir. Et j’ai toujours un mal fou à trouver des combinaisons de couleurs harmonieuses. C’est pareil pour vous ? Ou les couleurs vous apparaissent en rêve, telle une évidence sacrée ? 🙂 🙂

Je me suis donc lancée. C’est dire si c’était un coup de foudre puisque le fait que ce soit un châle triangulaire ne m’a pas ralentie une minute. Je ne suis pas fan de ce type de châle. J’ai tricoté à mes débuts un trendy châle, visible ici, que j’ai finalement peu porté. La faute à un châle pas assez chaud sur la nuque et trop dégoulinant devant.

J’ai utilisé deux écheveaux de Eline&Laines (mes laines donc, teintes par moi, avec mes petites mains 🙂 ). J’ai utilisé une base light fingering 100% mérinos (400m pour 100 gr).

La couleur principale s’appelle Rose des Sables, c’est un beige sable, chaud, nuancé. Je pense que cette couleur s’accorderait bien avec un gris chaud, des teintes rouge rose.

Je l’ai associé à une laine Corail, délicatement nuancée de rose clair et d’orange. Je trouve le résultat particulièrement réussi. ( Si tu trouves que je me jette des fleurs, tu n’as pas totalement tort m’enfin c’est chez moi ici, donc je fais ce que je veux 😉 ) .

Finissons-en avec ce moment de narcissisme éhonté et revenons à mon magnifique châle. 🙂

Châle Full Bloom, Nadia Cretin-Lechenne

Cette association de couleurs est assez éloignée de ce que je choisis d’habitude mais je suis plutôt contente du résultat. C’est un châle doux et lumineux, qui réveille la grisaille de l’hiver et égaiera le printemps.

Le Full Bloom est un châle triangulaire asymétrique, qui se tricote du centre vers la bordure en dentelle. Il a une pointe plus longue que l’autre, grâce à des augmentations plus nombreuses d’un côté. Il se compose d’une alternance de sections de point mousse et de côtes perlées.

Le rendu des côtes perlées se rapproche du point brioche mais est de la famille des côtes anglaises. Cela donne un résultat très moelleux, et qui se tient mieux que de la brioche. Il faut alterner des mailles envers et des mailles doubles, donc rien de compliqué. Si le point brioche vous effraie, lancez-vous avec des côtes perlées !

Châle Full Bloom, Nadia Cretin-Lechenne

Néanmoins les côtes perlées ne permettent pas un ouvrage bicolore puisque l’on tricote avec un seul fil.

Je préfère et de loin le rendu des côtes perlées de mon Full Bloom à celui de la brioche de mon Briochealicious. Le rendu est plus élastique, se tient mieux et se déforme beaucoup moins. Cependant une partie de ma déception sur le Briochealicious provient de mon choix de laine, je t’en dis plus dans l’article.

J’adore le rendu de mon nouveau châle. Je trouve juste qu’il est un peu difficile à porter. L’utilisation du point mousse et des côtes perlées le rend réversible, ce qui est un bon point : un châle aussi joli à l’endroit qu’à l’envers. Mais le côté asymétrique complique la tâche.

Après quelques jours, je commence à apprivoiser la bête. Je l’enroule autour de mon cou en commençant par le côté le plus long, je fais deux tours et cache le pan restant sous la pointe du châle.

chale-fullbloom-nclknits (8)

Si tu regardes bien – et que tu sais compter- tu as remarqué que j’ai modifié le châle. À la fin de la 4e et dernière section de point mousse prévue par le patron, il me restait 37 grammes de la couleur principale et 80 de la couleur contrastante. Je me suis dit que j’avais assez de laine pour ajouter une répétition de côtes perlées et de mousse avant la bordure. À ce moment je trouvais que le châle était un peu petit. Au final il s’est beaucoup allongé au blocage, mais sans perdre son côté moelleux.

Je me suis lancée, en croisant les aiguilles, au petit bonheur la chance. J’ai pu ajouter une section de côtes perlées, je n’ai pas fait le dernier aller-retour de point mousse sur la dernière section. Et modification la plus importante, j’ai amputé la bordure d’une répétition du motif de dentelle.

Je trouve que ces modifications ne perturbent pas l’équilibre du châle et l’harmonie des sections. Et je suis plus que ravie d’avoir utilisé la quasi totalité de ma laine.

Je tiens à te préciser quand même que la bordure consomme énormément de laine. Ne t’étonnes pas s’il te reste une quantité importante avant de commencer la bordure.

Châle Full Bloom, Nadia Cretin-Lechenne

J’aime beaucoup les châles de Nadia. Je peux identifier chacun d’eux ou presque, tant je trouve qu’elle a une identité assez reconnaissable pour les châles.

J’ai tricoté ce printemps le Good Vibes pour ma maman, les photos sont faites, je te le montrerai tantôt, si ça t’intéresse ?

Dis moi quels sont tes coups de foudre en ce moment, je suis curieuse de découvrir ce que tu tricotes. De mon côté, ce sont les pulls et gilets qui me font de l’œil!

Je t’embrasse laineusement. 🙂