Birds of a feather, Andrea Mowry

Le modèle

Un des modèles les plus connus d’Andrea Mowry, beaucoup vu et beaucoup tricoté. J’ai longtemps hésité, ne voulant pas rejoindre le troupeau. 😉 Et puis, et puis… Il m’était resté dans un coin de la tête.

Je dois dire que l’ampleur du châle et la quantité de laine nécessaire pour le tricoter m’avaient rebutée jusqu’à présent. J’avais vu de très jolies versions, avec des écheveaux délicatement mouchetés et du mohair uni. Mais le déclic n’était pas encore là.

Ce sont finalement les versions de @tricomondedesophie et @linoknit qui ont fait basculé mon cœur.

Elles ont réalisé des châles en ton sur ton, en n’utilisant que deux écheveaux au lieu des 2.5 préconisés. Le châle présentait néanmoins une belle ampleur et cerise sur le tricot, Lino indiquait les modifications à effectuer pour n’utiliser que 2 écheveaux.

Base Ephémère et Yagi, coloris Lie de vin

Le déclic final est venu d’une base rentrée en boutique lors de la rentrée de septembre 2019, la base Ephémère. C’est un mérino superwash agrémenté de neps, de petites bouloches de matière intégrées dans le fil.

Cette base est peu retordue donc ce fil demeure fragile, je le déconseille pour des projets sujets à frottements intenses, tels que les mitaines ou les chaussettes.

Il est néanmoins parfait pour apporter un petit je ne sais quoi à des châles ou des pulls, qui, sans cela, seraient peut-être un peu fades.

La laine

Lie de vin est un coloris obtenu un peu par hasard, lors de recherches pour un autre coloris. Cette jolie expérimentation est devenue un de mes coloris chouchous ; et apparemment c’est aussi le cas pour vous. 🙂

J’ai utilisé un écheveau complet de la gamme Ephémère, coloris Lie de vin, ainsi que la quasi totalité d’un écheveau de Yagi, mohair et soie, du même coloris.

Le rendu du mohair tricoté seul me plait beaucoup mais il n’est pas sur que je l’utiliserai seul pour un pull ou un gilet. Bien que les rayures tout en délicatesse du gilet Elton de Joji Locatelli me fassent aussi de l’oeil. Affaire à suivre… 😉

J’ai plutôt bien rentabilisé mes écheveaux puisqu’il ne m’en reste quasiment plus. J’accumule les petits restes de laine depuis que j’ai commencé à tricoter et ne leur ai toujours pas trouvé de projet. 😦 Je suis donc ravie d’avoir si bien utilisé mes deux écheveaux.

Mon châle est bien doux, moelleux et très lumineux grâce à ce coloris. Je suis conquise par ce châle uni, facile à porter et à assortir. Je trouve également qu’il me donne bonne mine, sans me flatter. 😉 Qu’en pensez- vous ?

J’avais quelques inquiétudes quant à porter du mohair autour du cou, zone la plus sensible aux picotements chez moi et, joie 🙂 , je le supporte plus que bien, il ne me démange pas du tout.

La réalisation

Aucune difficulté à signaler pour ce modèle. Du point mousse, des augmentations, des diminutions et une dentelle très simple, rien à signaler. Les changements de laine sont toujours motivants pour moi. Les sections sont courtes et j’ai toujours hâte d’arriver à la suivante.

Je me suis décidée assez vite pour les laines et l’ai tricoté dans la foulée en un mois. Ce qui est de l’ordre du rapide chez moi. 😉 J’ai suivi les indications trouvées sur Ravelry et Tadaaa ! un châle que j’ai porté avant même de le bloquer et de rentrer les fils. True story 🙂

Même si elle comporte des erreurs (je déteste compter mes mailles et il y a de petits couacs dans la dentelle), c’est la pièce que j’aime le plus dans mon dressing tricoté. C’est un beau châle, facilement mettable car réversible et avec une ampleur raisonnable – je n’apprécie pas les châles géants – et d’une couleur forte mais qui se marie aisément.

Qu’en est-il pour vous ? Aimez vous les très grands châles ou plutôt les châles à deux écheveaux ? Préférez- vous les châles unis ou associant plusieurs coloris ?

Vous pouvez retrouver les différents coloris de la base Ephémère en boutique ici.

Fossil and Bones, Softsweater, Inari Single DK

Le modèle

C’est un modèle de Sylvia McFadden, que j’avais depuis longtemps dans mes favoris. Dentelle et point mousse mais utilisé à contrario, voilà ce qui m’a séduite. J’aime beaucoup le moelleux du point mousse mais il est souvent utilisé comme remplissage et peu mis en valeur, au contraire de ce modèle.

Ce châle permettait de profiter d’une jolie dentelle tout en mettant le point mousse en avant. De plus, en choisissant une bordure au point mousse, c’est l’assurance de rentabiliser ses écheveaux. On peut ainsi tricoter jusqu’à quasi épuisement de la laine sans se soucier de commencer un motif de dentelle en prenant le risque de manquer de laine et de ne pouvoir le finir.

Le motif de dentelle est relativement simple, il s’agit de losanges agrémentés de jetés et de noppes.

La laine

C’est un modèle prévu pour une laine Aran et à tricoter en 5,5 mm. J’ai choisi pour ce modèle une nouvelle base : la Inari Single DK.

C’est un fil non superwash, composé de 40% d’Alpaga surperfin, 40% de Mérino et 20% de soie. Il fait 230 mètres pour 100 grammes et n’est pas retordu. C’est donc un fil single.

Bien entendu cette laine est extrêmement douce et moelleuse.

Je suis allée au bout de mes deux écheveaux et il ne me reste que 40 cm de fil. Voilà une mission rondement menée, #TeamEradicationDesRestes. J’ai choisi de ne pas teindre mes écheveaux et de mettre en valeur leur couleur naturelle. J’avais flashé sur la version de la créatrice, blanche également.

Je trouve qu’un châle blanc illumine et réveille le teint en hiver, quelle que soit sa carnation. Qu’en penses-tu ?

La réalisation

Si tu as suivi jusqu’ici, tu sais que mon fil est une DK, donc trop fine par rapport à la laine préconisée. Cependant ce fil n’a quasiment pas d’élasticité. J’ai compensé en tricotant en aiguilles 6.

J’ai du tricoter avec mes aiguilles Drops, achetées lorsque j’ai débuté le tricot, n’ayant pas d’aiguilles métal au delà du numéro 4,5. Autant mes aiguilles en bois ne sont pas désagréables, même si le fil glisse moins facilement, autant les câbles des marques autres que Chiaogoo ou Hiya Hiya me rebutent dorénavant. Le câble est rigide, marque et a même décidé de partir vivre sa vie tout seul au cours du tricotage, m’obligeant à en changer.

Bref Chiaogoo coute cher mais je ne saurais que les recommander au vu de leur qualité.

Le châle s’est bien étendu après blocage, grâce à l’utilisation des aiguilles d’un numéro supérieur. J’apprécie particulièrement ce modèle car on peut modifier le ratio dentelle/mousse à sa guise.

J’ai tricoté pour ma part 6 répétitions du motif dentelle et 23 allers retours de point mousse.

Châle qui se porte selon moi, posé sur les épaules et non à la façon d’un châle écharpe. Apprécies tu ce genre de modèle plus « décoratif » ou préfères tu les châle dans lesquels on peut s’emmitoufler à l’envi ?

C’est un modèle d’exposition que vous pourrez retrouver sur les salons auxquels je participerais lors du 1er semestre 2020.

A très vite !

Somerville Shawl, Martha Wissing, plumetis joli

Le châle d’anniversaire pour ma maman! Je ne te dirais pas de quelle année. 🙂

En vérité c’était le châle destiné à réchauffer ses épaules en 2018. Mais 2019, c’est bien aussi, non ?

Mieux vaut tard que jamais. 😉

Ce joli châle triangulaire en jersey, dentelle et point plumetis, je l’ai découvert par hasard sur Ravelry. Il est apparu un bon matin dans la suggestion des nouveaux patrons, proposée par Ravelry en fonction de ses favoris et je dois dire que Ravelry ne s’est pas trompé ! 🙂

Je le trouvais ravissant et ai donc proposé à ma maman de le tricoter pour son anniversaire. Si tu me lis, tu sais que je suis une tricoteuse et une fille dévouée et que je n’hésite pas à faire chauffer mes aiguilles pour faire plaisir à ma jolie maman. 🙂

Ce type de châle est une nouveauté pour moi : du jersey, ce n’est pas ce que l’on voit le plus souvent pour un châle. Et on démarre ce modèle par le côté le plus large.

Le patron est en anglais, il est clair. Pas de souci de ce côté là.

C’est un châle plutôt simple à tricoter. Du jersey, des diminutions et un peu de dentelle pour ne pas s’ennuyer. La dentelle est très simple et rapide. J’aime beaucoup ce type de motif, qui m’évoque le végétal, une feuille d’arbre. Que voyez vous dans cette dentelle ?

Le jersey n’a pas été si terrible à tricoter, malgré les rangs envers. Je pense que c’est ce qui convenait le mieux, à la fois au motif et à la laine.

En revanche j’adore le point plumetis, je trouve cela ravissant. J’ai d’ailleurs acheté le patron du pull Erell de Along avec Anna qui utilise ce point. J’ai hâte de le mettre sur mes aiguilles, ne reste qu’à choisir la couleur. 😉

Bien que le modèle ne présente pas de difficultés, j’ai mis très longtemps à le tricoter. Plein de projets lui sont passés devant. J’ai trainé aussi parce que je n’avais teint qu’un exemplaire du coloris. On voit d’ailleurs la démarcation. Le 2e écheveau comporte moins de speckles. C’est la magie de la laine teinte à la main.

J’ai donc utilisé 2 écheveaux de Boudha, un 100% Mérino joliment twisté grâce à son fil très retordu, coloris Écorce de Bouleau. C’est un blanc tacheté de noir, pourpre et rouille. J’aime beaucoup la base Boudha, pour cet aspect twisté des mailles. Je trouve qu’elle convient à merveille au jersey.

Comme le Des Fleurs, sa couleur claire ne lui permet pas d’être mis en valeur sur toutes les tenues. Je pense qu’il s’accorderait mieux avec une tenue sombre. On peut jouer aussi sur un camaïeu de couleurs claires pour le porter en été. De toute façon, c’est un châle plus décoratif que chaud.

Je le trouvais ce modèle très joli lorsque je l’ai découvert. J’aime toujours le motif mais la forme et les dimensions sont à revoir selon moi.

Je n’avais jamais testé ce type de forme. C’est sympa à tricoter car les rangs s’enchainent de plus en plus vite. J’aime beaucoup le gros pompon mais il est certain que je ne retricoterai pas ce type de châle.

La forme est trop atypique pour être portée facilement. Il ne couvre pas la nuque et laisse de gros restes. J’ai fait une grosse pampille et il me reste un demi écheveau. Je n’ai utilisé au final qu’un écheveau et demi.

Il n’est donc pas très grand et difficile à placer joliment autour du cou.

Je pense qu’un snood avec ce motif serait très sympa.

Et toi, aimes tu cette forme de châle ? Comment le porterais tu ?

Je t’embrasse !

Full Bloom, NCL Knits

Je n’avais pas particulièrement remarqué ce modèle lors de sa sortie et puis un jour, comme ça, comme un coup de foudre, il s’est incrusté dans mon esprit et je n’ai plus pensé qu’à lui.

La version de la créatrice étant particulièrement réussie, – j’adore son choix de couleurs ! – j’ai décidé de me lancer.

Châle Full Bloom, Nadia Cretin-Lechenne

Je voulais tricoter un châle bicolore. Je trouve que les châles à 3 couleurs, voire plus, sont difficiles à assortir. Et j’ai toujours un mal fou à trouver des combinaisons de couleurs harmonieuses. C’est pareil pour vous ? Ou les couleurs vous apparaissent en rêve, telle une évidence sacrée ? 🙂 🙂

Je me suis donc lancée. C’est dire si c’était un coup de foudre puisque le fait que ce soit un châle triangulaire ne m’a pas ralentie une minute. Je ne suis pas fan de ce type de châle. J’ai tricoté à mes débuts un trendy châle, visible ici, que j’ai finalement peu porté. La faute à un châle pas assez chaud sur la nuque et trop dégoulinant devant.

J’ai utilisé deux écheveaux de Eline&Laines (mes laines donc, teintes par moi, avec mes petites mains 🙂 ). J’ai utilisé une base light fingering 100% mérinos (400m pour 100 gr).

La couleur principale s’appelle Rose des Sables, c’est un beige sable, chaud, nuancé. Je pense que cette couleur s’accorderait bien avec un gris chaud, des teintes rouge rose.

Je l’ai associé à une laine Corail, délicatement nuancée de rose clair et d’orange. Je trouve le résultat particulièrement réussi. ( Si tu trouves que je me jette des fleurs, tu n’as pas totalement tort m’enfin c’est chez moi ici, donc je fais ce que je veux 😉 ) .

Finissons-en avec ce moment de narcissisme éhonté et revenons à mon magnifique châle. 🙂

Châle Full Bloom, Nadia Cretin-Lechenne

Cette association de couleurs est assez éloignée de ce que je choisis d’habitude mais je suis plutôt contente du résultat. C’est un châle doux et lumineux, qui réveille la grisaille de l’hiver et égaiera le printemps.

Le Full Bloom est un châle triangulaire asymétrique, qui se tricote du centre vers la bordure en dentelle. Il a une pointe plus longue que l’autre, grâce à des augmentations plus nombreuses d’un côté. Il se compose d’une alternance de sections de point mousse et de côtes perlées.

Le rendu des côtes perlées se rapproche du point brioche mais est de la famille des côtes anglaises. Cela donne un résultat très moelleux, et qui se tient mieux que de la brioche. Il faut alterner des mailles envers et des mailles doubles, donc rien de compliqué. Si le point brioche vous effraie, lancez-vous avec des côtes perlées !

Châle Full Bloom, Nadia Cretin-Lechenne

Néanmoins les côtes perlées ne permettent pas un ouvrage bicolore puisque l’on tricote avec un seul fil.

Je préfère et de loin le rendu des côtes perlées de mon Full Bloom à celui de la brioche de mon Briochealicious. Le rendu est plus élastique, se tient mieux et se déforme beaucoup moins. Cependant une partie de ma déception sur le Briochealicious provient de mon choix de laine, je t’en dis plus dans l’article.

J’adore le rendu de mon nouveau châle. Je trouve juste qu’il est un peu difficile à porter. L’utilisation du point mousse et des côtes perlées le rend réversible, ce qui est un bon point : un châle aussi joli à l’endroit qu’à l’envers. Mais le côté asymétrique complique la tâche.

Après quelques jours, je commence à apprivoiser la bête. Je l’enroule autour de mon cou en commençant par le côté le plus long, je fais deux tours et cache le pan restant sous la pointe du châle.

chale-fullbloom-nclknits (8)

Si tu regardes bien – et que tu sais compter- tu as remarqué que j’ai modifié le châle. À la fin de la 4e et dernière section de point mousse prévue par le patron, il me restait 37 grammes de la couleur principale et 80 de la couleur contrastante. Je me suis dit que j’avais assez de laine pour ajouter une répétition de côtes perlées et de mousse avant la bordure. À ce moment je trouvais que le châle était un peu petit. Au final il s’est beaucoup allongé au blocage, mais sans perdre son côté moelleux.

Je me suis lancée, en croisant les aiguilles, au petit bonheur la chance. J’ai pu ajouter une section de côtes perlées, je n’ai pas fait le dernier aller-retour de point mousse sur la dernière section. Et modification la plus importante, j’ai amputé la bordure d’une répétition du motif de dentelle.

Je trouve que ces modifications ne perturbent pas l’équilibre du châle et l’harmonie des sections. Et je suis plus que ravie d’avoir utilisé la quasi totalité de ma laine.

Je tiens à te préciser quand même que la bordure consomme énormément de laine. Ne t’étonnes pas s’il te reste une quantité importante avant de commencer la bordure.

Châle Full Bloom, Nadia Cretin-Lechenne

J’aime beaucoup les châles de Nadia. Je peux identifier chacun d’eux ou presque, tant je trouve qu’elle a une identité assez reconnaissable pour les châles.

J’ai tricoté ce printemps le Good Vibes pour ma maman, les photos sont faites, je te le montrerai tantôt, si ça t’intéresse ?

Dis moi quels sont tes coups de foudre en ce moment, je suis curieuse de découvrir ce que tu tricotes. De mon côté, ce sont les pulls et gilets qui me font de l’œil!

Je t’embrasse laineusement. 🙂