Le Schnee Cardigan, le gilet parfait pour se blottir

Viens que je te montre mon dernier chouchou, le Schnee Cardigan de Suvi Simola. Je l’ai commencé en mars, au moment où on pouvait apercevoir des petits bouts de printemps qui germaient ça et là. Je me suis posé un instant la question de la pertinence d’un projet en DK à cette période de l’année. Laisses moi te dire que je ne me pose PLUS DU TOUT la question ! 🙂 🙂

Et que j’ai porté ce gilet plus d’une fois depuis que je l’ai terminé fin avril.

Schnee Cardigan, Suvi Simola, Lima Drops

J’avais craqué sur la version écrue de la créatrice. Après réflexion, j’ai choisi le coloris gris perle, moins salissant, mais tout aussi lumineux. J’ai utilisé de la Lima de Drops, 12 pelotes et quelques grammes de la 13e, dont j’aurais pu me passer au final car mes manches sont trop longues.

Schnee Cardigan, Suvi Simola, Lima Drops

J’adore le point de blé, qui donne un joli relief. C’est long mais le résultat est tellement joli que ça en vaut le coup. Je n’ai fait qu’une modification : remplacer les côtes 2/2 par des côtes 1/1. Ca ne change pas la face du monde mais je trouve ça plus joli.

J’ai fait trois boutonnières comme préconisé et j’ai trouvé 3 ravissants boutons en porcelaine peints à la main, réalisé par Cécile, qui a créé Atelier Camelir, un petit atelier où elle travaille le cuir et la porcelaine, avec des inspirations très nature. Je vous invite à jeter un œil sur son profil IG où vous verrez certainement de jolies choses. Ils sont ravissants mais fragiles, attention aux chocs ! Néanmoins ils résistent très bien à l’eau donc pas de souci pour le lavage. Je les ai achetés dans la jolie boutique d’Ana, Lanaé Tricot, à Grenoble.

Schnee Cardigan, Suvi Simola, Lima Drops

Il lui manque des poches mais avec le poids de la laine, cela aurait surement déformé le gilet.

Il a un défaut : les manches sont trop longues. Je les ai tricotées avant l’encolure, au contraire de ce qui est indiqué dans le patron. Et bien sur je n’ai pas pris en compte le fait que l’encolure allait faire tomber la tête de manche vers le bras. D’ailleurs on voit sur les photos que l’épaule me tombe à mi bras.

J’ai tricoté d’abord les manches car je n’aime pas ça. Si je les avais gardées pour la fin, il y a fort à parier que j’aurais mis bien plus de temps à finir ce projet. Je l’ai tricoté en un gros mois, en mono projet. J’étais un peu lassée de mon Dessine moi un mouton.

Depuis que je l’ai tricoté,je te le disais, je l’ai porté plusieurs fois. Il est chaud sans être aussi lourd et encombrant que mon Philémon. Néanmoins le poids de la laine me fait craindre à la longue qu’il ne se déforme.

Schnee Cardigan, Suvi Simola, Lima Drops

Ma maman m’a conseillé de coudre un biais le long de l’encolure et de la couture des épaules pour le stabiliser. Quelqu’un aurait des conseils pour coudre un biais sur la ligne de couture des épaules et éventuellement de l’encolure pour éviter qu’il ne se détende de manière exagérée ? Il a déjà tendance à glisser de mes épaules quand je le porte ouvert. Pourtant j’ai choisi une taille en fonction de mes épaules et pas de l’ampleur préconisée au niveau du buste.

Schnee Cardigan, Suvi Simola, Lima Drops

Il est simple à tricoter, le patron est bien écrit. J’ai particulièrement aimé les instructions relatives au boutonnières. C’est expliqué très clairement et la designer a inclus des photos parlantes dans les explications. Je n’ai eu aucune difficulté à les réaliser.

On commence par tricoter le dos, la partie en point mousse est façonnée par des rangs raccourcis. J’ai utilisé la méthode du wrap and turn, qui marche bien sur le point mousse. Ensuite on releve des mailles pour tricoter chacun des devants.

Les devants et le dos sont joints et on tricote jusqu’à la fin du corps. Puis – en suivant le patron!- on tricote l’encolure à partir des mailles relevées. Et enfin les manches.

Quelques diminutions ici et là, aucune difficulté et en 4,5 cela va -relativement- vite ! J’adore les détails des finitions dans ce patron : les rangs raccourcis au point mousse pour façonner les épaules, la fausse couture en jersey endroit sur les côtés et le long des manches.

Schnee Cardigan, Suvi Simola, Lima Drops

C’est le premier patron de Suvi Simola que je tricote. Je l’ai vraiment apprécié et n’hésiterais pas à me lancer dans d’autres modèles de cette créatrice.

Ce projet me réconcilie avec la Lima de Drops. J’en avais acheté il y a quelques années et je n’ai jamais tricoté le pull que j’avais prévu avec tellement la laine me piquait. La marque a-t-elle changé sa composition ? Mon gilet est chaud, doux et moelleux, c’est véritablement un doudou, quelque chose qu’on aime papouiller pour se réconforter.

Schnee Cardigan, Suvi Simola, Lima Drops

Cela t’étonnerait-il si je te dit que j’ai dans ma ligne de mire d’autres gros gilets ? J’aime particulièrement le Boho Style Mosaic Cardigan, que je t’ai montré dans l’article précèdent.

As-tu des projets que tu tricotes à contre-saison ? Ou passé le 15 mai, tu ne tricotes plus que du coton ?

Je t’embrasse!

Publicités

Nanook, Heidi Kirrmaier

Nanook est un mot de la langue Inuit signifiant ours blanc. Le motif utilisé pour le col se nomme patte d’ours. Coïncidence ? Je ne crois pas. 🙂

Gilet Nanook, Heidi Kirrmaier

C’est un joli nom pour un très joli gilet, présentant des détails soignés et délicats.

Le Nanook est un modèle de Heidi Kirrmaier. C’est un gilet à pans, qui peut se porter ouvert ou fermé.

Gilet Nanook, Heidi Kirrmaier

Je l’ai tricoté il y a 1 an afin de l’offrir pour Noël à ma maman. Depuis elle l’a beaucoup porté donc je pourrai te donner son avis éclairé sur la laine que j’ai utilisée et sur le modèle.

Ce gilet faisait partie de mes favoris et je le lui avais montré avec quelques autres patrons. Comme elle avait eu un vrai coup de cœur pour ce modèle, le choix n’a pas été bien difficile.

Comment fais-tu lorsque tu tricotes pour quelqu’un d’autre ? Tu proposes un modèle ou tu prends le risque de surprendre le destinataire ?

Nous avons choisi la Lima de Drops, coloris rubis red. C’est plus un fuchsia foncé qu’un rouge.

 

Il se tricote du haut vers le bas. On commence donc par ce joli col, composé d’un motif patte d’ours. Ce motif est vraiment simple donc facile à retenir et à tricoter. Les augmentations du yoke se font grâce à une série de jetés qui dessinent un joli motif dans le dos et sur les épaules du gilet. Les pans du gilet se tricotent en point mousse, bordés par un Icord tricoté en même temps que le corps, pour une finition parfaite.

Gilet Nanook, Heidi Kirrmaier

Il se tricote en 4,5, il est donc très rapide, j’ai mis 3 semaines à le tricoter. Ma maman, que vous ne voyez pas sur les photos, est plus petite que moi, c’est pour cela que les manches sont un peu courtes sur les poignets, mais il lui va parfaitement.

Le patron propose deux versions pour le bas du gilet : on peut tricoter les deux pans de mousse droit, sans diminution, pour un effet évasé sur le ventre ou si on est mince et que l’on aime exposer son bidon en ajoutant quelques diminutions pour accentuer l’effet évasé. Nous avons choisi la version sans diminutions pour le corps du gilet.

Gilet Nanook, Heidi Kirrmaier

Ce gilet ne comporte pour moi aucune difficulté technique et donne un rendu très raffiné. Bref je le recommande fortement ! D’autant plus qu’il est vraiment abordable pour les tricoteuses ayant peur de se lancer dans un patron en anglais. Celui-ci est très bien écrit, très pédagogique, parfait je vous dis ! 🙂

En ce qui concerne l’avis de ma maman sur la laine après un an : elle la trouve chaude, elle n’a que peu bouloché malgré un portage régulier. Pas de problème de grattouille, puisque ma mère porte ses gilets d’hiver avec des hauts à manches longues.

Gilet Nanook, Heidi Kirrmaier

Pour ce qui est du gilet, elle le trouve toujours aussi joli et a autant de plaisir à le reporter au fil du temps. Un tout petit bémol selon elle néanmoins : le col a tendance à tomber un peu et ne pas se tenir suffisamment dans le dos. Je pense que ce bémol est du à la façon dont ma mère aime porter ses gilets d’hiver. Elle apprécie particulièrement les cols montants dans le cou, pour éviter les courants d’air bien trop froids de l’hiver. On pourrait envisager de tricoter une rangée de motif supplémentaire, pour avoir un col plus haut ; ainsi que de descendre d’une demie taille d’aiguille pour un rendu un poil plus rigide.

Gilet Nanook, Heidi Kirrmaier

Le gilet peut se porter ouvert comme fermé. Le patron propose d’ailleurs de coudre un bouton sur une épaule. De mon point de vue, pour le maintenir bien fermé, il faudrait coudre deux boutons en vis à vis sur les épaules pour fixer les deux pans du gilet. En effet au porté, le pan qui se trouve sur le dessous a tendance à glisser.

On peut aussi se contenter d’utiliser une broche ou encore un pic à tricot.

 

C’est un gilet très joli ouvert, mais le porter fermé est très sympa aussi puisque ainsi on voit bien le motif du col. Et puis c’est un gilet épais, bien chaud, et en hiver c’est mieux d’être au chaud !

Préfères-tu la version fermée ou ouverte ?

En portant ce gilet, bien chaud et pas trop épais, j’ai ressenti l’envie urgente de me tricoter un gilet avec cette même laine et ai donc passé une commande de Lima. Sauras-tu deviner quel modèle j’ai choisi ? Un indice : le nom du gilet commence par la même lettre que le nom de sa créatrice. 🙂

Je t’embrasse, amie tricoteuse !