Mon pull de princesse… Fiona! Amy Miller

Ce modèle d’Amy Miller a eu son heure de gloire auprès des tricoteuses francophones il y a quelques temps (années 😉 ). Oui j’arrive après la bataille, mais qu’importe!

princess-fiona-amy-millerP1070414

J’ai craqué sur le motif de feuilles qui orne le côté du pull. Je trouvais le placement du motif très original. Le motif, quant à lui, est très simple et répétitif, tout à fait accessible à des débutants motivés. Il se compose de jetés, de mailles ensembles et d’un surjet double de temps en temps.

Ce type de dentelle me parait tout à fait simple et accessible aujourd’hui. Aux tricoteurs débutants, il ne faut donc pas se décourager. 

princess-fiona-amy-miller

J’ai été séduite par le motif qui s’évase sur le côté, la forme trapèze du corps et les manches montées. Qui sont d’ailleurs construites très simplement grâce à des rangs raccourcis. 

Je n’ai tricoté que des boxy jusqu’à présent, avec des manches plus ou moins tombantes et même si j’aime beaucoup ce genre de pull, je voulais m’essayer à une autre forme d’emmanchures.

princess-fiona-amy-millerP1070424

J’avais profité de la période de Noël dernier (2017 donc) pour me faire offrir 4 écheveaux de Color Of the Moon, une teinturière française. Après moult hésitations, j’ai choisi le coloris Calixte. C’est un bordeaux agrémenté de touches violettes. Un bon moyen de porter de la couleur sans pour autant tomber dans des coloris trop marqués, plus difficiles à porter au quotidien. 

Mon échantillon n’était pas bon pour ce pull. J’avais 22 mailles au lieu des 25 préconisées. D’où casse tête pour le choix de la taille. 

C’est toujours un gros problème pour moi le choix de la taille. Je tricote pourtant depuis un moment. Je suis familière de l’échantillon, que je tricote pour les pulls. Mais après avoir tricoté un pull et un gilet trop petit, je crois que je pèche par excès de prudence et me dit qu’il vaut mieux un peu trop grand que trop petit. Cela parait logique. 😉

Néanmoins un pull trop grand donne un air mal fagoté. J’ai choisi une taille trop grande et une taille d’aiguilles trop grande pour ma laine et ma tension. Les épaules ne sont donc pas aussi ajustées qu’elles devraient. Et le poids du pull tire sur les épaules, ce qui fait que ma jolie encolure décolletée tombe vers l’arrière.

J’ai choisi une taille d’aiguille trop grande pour une fingering. J’aurais du choisir du 3,5 plutôt que du 3,75. La dentelle est parfaire avec ce numéro mais comme je le disais plus haut, le poids de la laine tire sur les épaules et fait apparaitre des jours.

princess-fiona-amy-millerP1070435

C’est un modèle plutôt plaisant à tricoter, si l’on oublie les 3 détricotages du motif. 😉 J’avais une ampleur déjà trop importante sur la poitrine. J’aurais pu tricoter tout droit pour le corps. Ce que plusieurs tricoteuses ont d’ailleurs fait. Mais je voulais respecter la forme trapèze et donc inclure les augmentations. J’ai donc détricoté plusieurs fois et ai fini par supprimé quasiment toutes les augmentations placées immédiatement sous l’emmanchure. Ce détricotage est bien entendu lié à ce mauvais choix de taille.

Les diminutions se font à un rythme rapide que je n’ai pas respecté. J’ai diminué tous les 10 rangs au lieu de 6, pour éviter l’effet tente. Après l’avoir porté plusieurs fois, je crois que j’ai bien fait. La forme trapèze alliée à la dentelle assez ajourée donne un pull courant d’air, pas du tout adapté aux grandes frileuses comme moi!

J’ai tricoté ce pull en duo avec Elisabeth, @roseandmine. Je t’invite à lire son article ici.

princess-fiona-amy-millerP1070430

Quelques petits bémols rencontrés lors du tricotage :

La créatrice n’indique pas de méthode de rabattage des mailles. J’en ai essayé plusieurs pour avoir un rabattage suffisamment souple pour respecter le drapé du pull, sans pour autant qu’il gondole. Rabattre, défaire le rabattage, rerabattre, ce n’est pas le plus agréable.

Le patron ne comporte que des mesures en inches et pas en cm. Il faut donc convertir. Ce n’est pas la fin du monde mais c’est toujours un peu pénible.

En ce qui concerne la laine, je suis ravie de la couleur. Il y a un petit effet pooling néanmoins sur les manches.  Est ce du à l’écheveau utilisé ou au fait de tricoter sur un petit diamètre ? Il y a une très légère différence de teinte entre le haut et le bas du pull, mais il faut vraiment chercher la petite bête pour le voir.

princess-fiona-amy-millerP1070421

J’aime toujours autant ce modèle et suis ravie de l’avoir enfin tricoté. Le problème de la taille me chiffonne quand même un peu, la laine commence à boulocher. Modèle 1, réalisation 0.

Je serai plus vigilante quant au choix de la taille à l’avenir, quitte à choisir une plus petite taille pour la partie haute du pull et ajouter des augmentations pour le corps.

Comment choisissez vous la taille à tricoter ? Mélangez vous les tailles au sein d’un même patron ?

Des baisers laineux!

Que tricoter avec la base Yakuza (mérinos, soie et yack) ?

On voit apparaitre depuis quelques temps une nouvelle merveille de laine, la base Mérinos, Soie et Yack. C’est une laine bien ronde, soyeuse, extrêmement douce et moelleuse. Comme sa couleur naturelle est gris-brun, elle offre à la teinture des couleurs vibrantes et lumineuses, grâce notamment à la présence de soie dans sa composition.

De gauche à droite : Brocéliande, Blue Eyes, Jodhpur, Ocre, Amaya, Cendre, Naturel
Iris
Jaipur, le coloris utilisé par Mathilde, alias Ambyon, pour sa version du joli pull Erell
Coquelicot

C’est une base que j’ai nommée Yakuza. Veux-tu que je te raconte la petite histoire qui se cache derrière ce nom ?

Yaku en japonais signifie yack, ce qui aurait été adapté comme nom. Mais je trouvais que ce nom avait une consonance trop proche d’une autre base et j’ai donc cherché d’autres noms.

Et soudain, l’illumination! Oui, rien de moins!  🙂

Yakuza, parce que cette base est un crime de douceur et de beauté!

Que penses-tu de ce nom ? Le trouves-tu adapté ?

Tous ces coloris sont à retrouver dans ma boutique en ligne.

Maintenant que je t’ai raconté son histoire, laisse moi te montrer quels jolis patrons tu pourras tricoter avec cette base.

Les pulls en mérinos, soie et yack

Je commence par le plus connu, au moins dans la communauté tricot francophone, l’ensemble pull et bonnet Erell de Along avec Anna. Il est ravissant avec ce délicat point de plumetis qui parsème le corps du pull, ne trouves-tu pas ?

Marie Amélie a imaginé de son côté le pull Cedrus, qui allie torsades et point de blé.

imgp0777_ps_small2

Le pull Beyul de Justyna Lorkowska

01_small2

Le pull Whitehorse de la fameuse Caitlin Hunter

Processed with VSCO with l2 preset

Le pull Tender de Melody Hoffmann, qui a également décliné ce motif en bonnet.

dsc_006fg5_small2

Et enfin le cardigan Praline de Dani Sunshine

img_3771_small2

Les accessoires

Du côté des accessoires, on commence avec le Only Ocean de Sylvia McFadden.

mlab_454_small2

Justyna Lorkowska a créé l’année dernière un bonnet à torsades avec cette base, le Tied Knots. Le petit plus ? Le patron est gratuit!

tk6_small2

Le bonnet Nival de Lili Comme Tout que j’imagine aussi pour une femme qu’un homme.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les mitaines Amelina de Linda Lencovic. Ravissantes avec ce point texturé, non ?

kettle_yarn_co_amelina3_small2

Le bonnet Crown de Hannah Maciejewska, simple mais original, je trouve. Pas vous ?

img_1838_small2

Alors te laisseras-tu tenter par ce mélange ? Je t’embrasse laineusement.

J’ouvre ma boutique de laine teinte à la main! et je vous dis tout.

Un grand jour se prépare pour moi et mes laines, vous l’avez peut-être deviné : il s’agit de l’ouverture de ma boutique en ligne : Eline & Laines .

Tout ceci se prépare de longue date. En parlant de date, pourquoi avoir choisi le 24 octobre ? Alors il n’y a pas de signification particulière pour moi, si ce n’est qu’elle marque l’aboutissement d’une collaboration démarrée il y a plus d’un an.

Cette collaboration est très chère à mon coeur puisqu’elle est liée à la naissance de ma marque de laines teintes à la main : Eline & Laines.

Je pensais depuis un moment à revenir dans le monde du travail, monde duquel je ne faisais plus partie depuis notre départ pour Bruxelles d’abord et Lausanne ensuite, il ya 3 ans de cela.

Il ne manquait qu’un détail, un déclic pour me lancer enfin. Qui a été l’appel à collaboration lancé par Mélina, designer des patrons de tricot In a panda’s world, en octobre 2017.

Le projet Arc en Ciel

Mélina avait le projet un peu dingue de réunir des teinturières autour des couleurs de l’arc en ciel et de créer un patron qui mettrait en valeur chacune de ces nuances. 13 teinturières se sont lancées dans cette aventure. La première partie de cette collection sortira à partir du 24 octobre. Oui j’ouvre le bal! La deuxième partie de la collection sortira en janvier 2019. On vous laisse un peu de temps pour vous remettre de vos émotions.

Signe supplémentaire s’il m’en fallait un : au moment où j’ai répondu l’appel de Mélina, elle recherchait une teinturière pour créer une nuance de vert. Le vert est la couleur que le tricot m’a révélé. Je détestais cette couleur auparavant et j’ai tricoté un châle avec cette couleur et prévois deux projets avec des nuances différentes de vert.

chale-sedum-melina-hami

Le châle Sédum

Nous avons beaucoup discuté avec Mélina de la forme que prendrait le châle. Nous étions assez vite tombées d’accord sur un projet à 2 écheveaux qui se mettraient mutuellement en valeur. Le reste a été plus chaotique mais le résultat final me plait énormément.

chale-sedum-melina-hami9
Bien sûr j’ai fait tout l’inverse de ce qui était prévu. Esprit de contradiction quand tu nous tiens!

Nous avions décidé que la partie dentelle du châle serait tricoté avec le vert, que j’ai baptisé Sencha, afin de la mettre en valeur le mieux possible et la partie mousse avec le coloris contrastant Grue du Japon. Au moment du test et donc de tricoter ma version, j’étais tellement emballée par cette association de couleurs, vert d’eau très doux qui m’évoque le côté paisible de la cérémonie du thé et gris moucheté, dont les petits speckles rouille présents dans la laine me faisaient penser à la tâche rouge que portent sur le front les grues du Japon, que j’ai décidé d’utiliser les mêmes couleurs en les inversant. Parce que j’ai une pointe d’esprit de contradiction en moi. Juste une pointe 😉

chale-sedum1

Je vous montre quelques associations auxquelles j’ai pensé pour vos futures versions de Sédum.

Les kits Sédum

Ce châle nécessite deux écheveaux de Mérino High Twist de la gamme Boudha et d’une paire d’aiguilles circulaires numéro 3,75. Lors de l’achat d’un kit, vous recevrez un code vous permettant d’acheter le patron du châle avec 40% de réduction, offert par Mélina. Quant à moi, je vous offre 10% de réduction sur le prix du kit.

kit-sedum-violette-sucree
Violette sucrée et Grue du Japon

kit-sedum-sencha
Sencha et Grue du Japon

kit-sedum-paruma
Paruma et Grue du Japon

kit-sedum-mala
Mala et Grue du Japon

kit-sedum-jodhpur
Jodhpur et Grue du Japon

kit-sedum-jaipur
Jaipur et Grue du Japon

kit-sedum-iris
Iris et Grue du Japon

kit-sedum-broceliande
Brocéliande et Grue du Japon

kit-sedum-brique
Brique et Grue du Japon

Le coloris gris moucheté de noir est prévu pour les sections de point mousse et la couleur unie pour la dentelle. Néanmoins vous pouvez tout comme moi avoir l’esprit de contradiction et inverser les couleurs prévues.

La boutique

La boutique ne comporte pour le moment que 3 gammes de laine. Celles-ci s’étendront vers de nouvelles qualités au fur et à mesure.

J’ai délibérément restreint les gammes présentes pour pouvoir présenter une gamme de couleurs relativement étendue dès le départ. Je suis donc à votre écoute en ce qui concerne le choix des prochaines qualités à intégrer dans la boutique.

Je proposerai sans doute une vente par mois, dont la date vous sera communiquée à l’avance. En dehors de ces ventes ponctuelles, il vous sera possible de me passer des commandes personnalisées via Instagram ou le formulaire de contact, disponible sur la boutique en ligne.

Les qualités de laine disponibles 

La gamme Geisha se compose d’écheveaux 100% Mérino Single, 366m/100gr. Cette qualité est idéale pour vos châles et étoles, elle vous vous enveloppera de douceur et confort. L’aspect précieux et délicat de ce fil m’évoque le raffinement des geishas japonaises.

geisha-jaipur-sakura

La gamme Boudha se compose d’écheveaux 100% Mérino High Twist, 365m/100gr. Les écheveaux de cette gamme sont généreux puisqu’ils pèsent entre 105 et 110 grammes. Le métrage disponible se situe donc autour de 380/400 mètres.

Dodue et moelleuse, elle conviendra aussi bien pour des châles que pour des pulls, auxquels elle apportera un drapé fluide. Le nom de Boudha m’a été inspiré par le côté très dodue de cette laine, tout comme les joues des statues qui le représentent.

P1070104

La gamme Yagi se compose d’écheveaux alliant 72% de Kid Mohair à 28% de Soie, 450m/100gr. Associé à un fil fingering, cette laine ajoutera moelleux et chaleur à vos ouvrages. Elle peut aussi se tricoter seule pour des ouvrages tout en légèreté et transparence. Yagi signifie chèvre en japonais, c’était une évidence pour moi tant j’apprécie l’esthétique japonaise. Esthétique qui a influencé mon logo, qui associe une pelote de laine à des fleurs de pivoine.

J’ai choisi de teindre avec des colorants acides, de la marque Greener Shades, pour ne rien te cacher. Cette activité de teinturière va constituer mon métier et mon activité professionnelle à temps plein.

C’est un nouveau départ pour moi, bien éloigné des premiers choix professionnels effectués dans ma vie. J’espère de tout coeur que vous sera au rendez- vous!

Je vous embrasse !

 

 

Alocasia, ma version col rond

il y a quelques temps déjà, (non je n’ai pas dit « il était une fois »!) Marie Amélie, alias Maremelade a sorti un pull col V comportant un très joli motif le long de l’encolure : le pull Alocasia.

Pull Alocasia, Marie Amélie Designs, version col rond

Alocasia est le nom d’une jolie plante d’intérieur, je te laisse demander à notre ami Google.

Mais entre être une plante verte et tricoter un magnifique modèle, j’ai choisi mon camp ! 😉

Bref Marie Amélie met en test la version originale du patron, avec un décolleté devant et dos. Je suis en amour mais rate les dernières places du test. Néanmoins la fée du tricot devait m’avoir à la bonne car, quelques semaines plus tard, Marie Amélie poste un appel sur Instagram pour tester la version col rond. Autant te dire que je n’ai pas hésité une minute.

Et par chance, j’étais la première à me proposer.

Pull Alocasia, Marie Amélie Designs, version col rond

J’adore ce modèle, je le trouve beau et raffiné. Le test s’est très bien déroulé, j’ai pu apporter ma petite contribution en relevant quelques erreurs minimes.

Le patron est très clair, facile à suivre.

J’ai pu apprendre la technique des German Short Rows, que je ne connaissais pas à l’époque. Le motif est relativement simple une fois que l’on est familiarisé avec. Il s’agit de mailles croisées. Je te signale quand même un point où tu devras être vigilante. Lorsque l’on rejoint les dos et devant du pull pour tricoter en rond après les emmanchures, la manière de tricoter un des motifs change. Je me suis trompée et n’ai pas eu le courage de défaire pour réparer mon erreur.

On commence par tricoter la bande de motif dos puis on relève des mailles pour construire le dos. Ensuite on vient former l’encolure devant avec des rangs raccourcis, on rejoint et on continue jusqu’en bas. Les manches sont enfin relevées et tricotées en rond.

La seule difficulté pour moi a été de tricoter ma version en 3 semaines, pour coller à la date de sortie du patron.

Je l’ai tricoté en 3,5, et ai utilisé moins de 3 écheveaux de 400 mètres. Ce fut le premier patron pour lequel j’ai utilisé ma laine, teinte à la main. Tu pourras d’ailleurs remarquer les erreurs de débutante : on voit bien les différences entre les 3 écheveaux que j’ai teint séparément sans noter de manière précise les temps de cuisson, le PH et la technique de répartition de la teinture. Bouh ! Mais j’ai appris de mes erreurs depuis. 🙂

Pull Alocasia, Marie Amélie Designs, version col rond

Malgré ces défauts de teinture, j’aime beaucoup ces couleurs et suis très triste de ne pas porter ce pull. J’avais fait un échantillon bien sûr. Pour un test c’est obligatoire, mais le fait de tricoter en rond et de manière intensive en tirant sur le fil plus que de coutume m’a donné un pull un peu plus petit qu’attendu. À la fin du temps imparti, je tricotais une grande partie de la journée en essayant d’aller le plus vite possible, ce qui a modifié ma tension sur le fil.

Ajoute à ça que j’avais choisi la taille 105 avec peu d’aisance et que j’ai pris du poids depuis la prise des photos, je ne suis plus à l’aise dans ce pull. Je rentre toujours dedans, mais il est moulant, un peu trop à mon goût.

Le grand décolleté, ajouté à la forme boxy, font que le pull a tendance à remonter sur le ventre, qui n’est pas la partie de mon anatomie que je préfère. Avec plus d’aisance, le pull resterait en place. Ce n’est pas un problème de patronage mais bien de choix de taille.

Pull Alocasia, Marie Amélie Designs, version col rond

Je conseille le patron, tout est clair, on est pris par la main. Et le modèle est sublime. C’est le pull le plus abouti et le plus sophistiqué que j’aie tricoté jusqu’ici. Et je ne le porte pas. Les boules.

Je pourrai le détricoter et en tricoter une version à ma taille mais le courage me manque. Je le garde néanmoins précieusement en espérant une perte de poids miraculeuse. Lourdes, c’est par où ?  🙂 🙂

As-tu déjà tricoté un ouvrage trop petit ou trop grand ? Que fais-tu ? Tu détricotes et tu refais ou tu pratiques la technique des œillères ? 🙂

Je t’embrasse !