Masgot nouveau, le châle qui s’était fait attendre

châle Masgot, Justyna Lorkowska

Ce châle a été tricoté il y a plus d’un an et peut être même plus … ma mémoire me fait défaut (et oui il semblerait que passé la trentaine mon cerveau ait décidé que les dates n’aient plus aucune importance!).

C’est le premier « vrai » châle que j’ai tricoté. Comprendre par « vrai » châle, un châle tricoté d’après patron obtenu contre espèces sonnantes et trébuchantes.

C’est donc le fameux Masgot de Justyna Lorkowska. Il a été tricoté à moult reprises, toujours avec bonheur semble-t-il.

Je ne fais pas exception à la règle, j’ai adoré le tricoter. Il est simple et rapide. Il faut dire qu’il se tricote en 4,5, alterne des rayures (ce qui permet de ne pas se lasser) et surtout le point fort de ce modèle sont les insertions de couleurs qui rythment le tricot. Je ne peux qu’abonder dans le sens des tricoteuses ayant emprunté ce chemin avant moi, ces insertions sont extrêmement motivantes !

Châle Masgot, Justyna Lorkowska

Cependant je dois t’avouer que je suis un peu déçue du résultat. Cela ne tient pas à mon choix de couleurs (pour une fois!) mais à la qualité de la laine choisie : j’ai utilisé un fil Lace de Hedgehog Fibers pour une des couleurs de rayure. Et ce fil est trop fin et mou pour bien convenir à ce projet.

Je suis dingue de cette couleur : Genie. Je trouve qu’effectivement Beata Jezek, la créatrice de Hedgehog Fibers a réellement du génie lorsqu’elle élabore ses couleurs. C’est osé, exubérant mais toujours réussi. Enfin ce n’est que mon avis personnel. Les goûts et les couleurs …;)

J’ai choisi le coloris Havana en Mérisoie de la Fée Fil pour la 2e couleur et les insertions sont tricotées en Skinny Single (toujours de Hedgehog Fibers) coloris Banana Legs.

Les rayures se fondent entre elles et ça me plait bien.

châle Masgot, Lete's knits

Je n’ai pas tout à fait suivi le patron. J’ai fait des augmentations barrées au lieu d’augmentations inclinées prévues par le patron. J’ai également rajouté des jetés à trois mailles du bord que je laissais tomber au rang suivant. Au final ma bordure est bien trop souple, ce qui modifie la forme du châle. Au lieu d’un châle en demi lune, je me retrouve avec ce qui ressemble beaucoup à un wrap. Je peux facilement faire entre 3 et 4 tours autour de mon cou. Il est très (trop!) long. Je ne peux pas le porter en faisant uniquement un tour, il pendouille, se détend (encore plus, si cela est possible!) et je risque à chaque pas de marcher dessus. Un comble pour un châle en peau de banane ! (rapport au nom du coloris au cas où mon humour subtil t’aurait échappé ^^).

Bref et bof. Je le retricoterai bien, en aiguilles 4 au minimum et avec un fil mérino bien rond, histoire d’avoir un châle avec plus de tenue. Autant j’aime les pulls loose, voire qui dégoulinent autant je n’aime pas les châles serpillières ! 😉

Je conseille vraiment ce châle autant aux débutantes qu’à toutes les autres. Facile, rapide et une touche d’originalité grâce à ces insertions, un combo gagnant. Les insertions ne nécessitent que peu de laine, moins de la moitié d’un écheveau (parfait pour finir un gros reste).

châle Masgot, Justyna Lorkowska

Quelques versions bicolores ont été tentées, assez réussies je trouve !

Masgot est également le châle parfait pour oser de la couleur vive, voire fluo. Les proportions des insertions par rapport au reste du châle permettent vraiment de se faire plaisir sans ressembler à un néon ambulant. Masgot le châle qui réveille vos tenues sans vous faire ressembler à un clown (ou un daltonien au choix). Que demande le peuple ? Plus de bras pour tricoter ? Des journées de 48h ? Navrée je ne peux rien faire pour vous dans ce cas ! ^^

châle Masgot, Justyna Lorkowska

Mais comptez sur moi pour vous amener l’inspiration (ou de vilaines tentations, mais ce n’est qu’une vue de l’esprit ^^)!

Bécots !

As-tu déjà tricoté Masgot ? Te tente-t-il ? Une nouvelle version est en ce moment sur mes aiguilles… 🙂

Publicités

Tricots de Noël

Oui je tricote pour Noël. Oui je tricote pour Noël pour les autres.

Mode altruiste ON.

Alors j’ai déjà tricoté pour les autres. Les autres étant ma mère et mon chéri.

Mon cher et tendre a donc en sa possession deux snood à la laine horriblement piquante à mon goût et qui ressemblent à l’heure actuelle à une serpillière mal rincée.

Ma mère a eu plus de chance : elle est l’heureuse propriétaire d’un shawl : le Midnight in Sydney et d’un wrap le Lilli Pilli. Elle a failli avoir un bonnet (pour Noël dernier) tricoté dans une fort jolie laine la Mechita de Malabrigo dans la très jolie couleur Pearl, pas du tout adaptée au patron. Quand on tricote un modèle prévu pour une laine sport voire DK avec une laine fingering, ça ne marche pas. Mais votre amie ici présente s’est obstinée, en se disant : si je tricote la plus grande taille, si j’allonge la bordure, si je tire bien dessus au blocage, si… quand ça n’est pas le bon échantillon, vous aurez beau prier tous les dieux du tricot, adopter toutes les stratégies possibles, eh bien ça ne marche pas ! 🙂

Cette année j’ai décidé de corser les choses, en plus de tricoter un snood pour mon copain, un gilet voire un bonnet pour ma maman, un châle pour la mère de mon copain, j’ai décidé que les modèles du snood et du châle seraient tout droit venus de mon cerveau.

Mes précédentes tentatives de création s’étant toutes soldées par un échec, ne parvenant parfois même pas à venir à bout de modèles rédigés par des designers chevronnés, mettant plusieurs mois voire une année à tricoter UN seul projet, ayant une vitesse de tricot fulgurante, ayant beaucoup plus envie de teindre que de tricoter, préférant largement mes aiguilles métal à mes aiguilles en bois (je ne possède que les numéros 3,5 et 4,5 en métal, histoire d’ouvrir le champ des possibles), il est fort possible que je commence 2017 en revoyant fortement mes envies et mes capacités tricotesques à la baisse. Je ne te parle même pas du fait que je devrai trouver en urgence un cadeau de remplacement.

T’ai-je également informée que je participe au swap de Noël organisé par Mélina le ti panda et au swap des teigneuses organisé par Imogène ?

Bref c’est Noël, tout est possible. On se comprend, je sais très bien que nous ne sommes qu’au mois de novembre (heureusement pour moi, j’ai encore un peu de temps pour me rendre compte de la surestimation énorme de mes capacités et changer d’avis et qu’il est temps de profiter des belles couleurs de l’automne et du pain d’épices, et de tricoter un nouveau châle pour moi, et un gilet pour moi aussi (je t’ai dit que je n’avais plus rien à me mettre par ces températures plus du tout agréables ? )

alors allons y je te raconte ? 🙂

Le snood de l’amoooouuuur pour commencer. Étant donné les deux serpillières précédentes qu’il a quand même portées (je t’aime mon chat 🙂 ) j’ai eu envie de lui tricoter quelque chose de doux pour changer. J’ai donc choisi et aussi parce qu’il m’en restait de mon pull Joseph de la Poule (actuellement en phase très délicate de : je vais le foutre à la poubelle ce foutu pull avec ses foutues quarante mille coutures) du coton mérino de Drops. La laine est vraiment très douce, assez ronde et se dédouble peu compte tenu de sa composition moitié coton moitié mérino. Vu le nom tu n’es pas étonnée de la composition.

p1040091

Comme tu le vois ce n’est pas très avancé ( et pour tout te dire, je pense que ce n’est pas assez large, et les motifs que j’avais choisis ne me plaisent plus…).

Le châle pour la mère de mon copain : j’envisage un shawl en croissant de lune, avec un écheveau de Mérisoie de la Fée Fil, couleur Les Gens de Florette. En achetant cette laine il y a un moment d’ailleurs (il me semble que je l’avais acheté pour Noël dernier) je la voyais indigo. En réalité, elle est bien violette, d’un joli violet délicatement nuancé. J’espère que la couleur plaira à la future destinataire! J’ai tricoté le corps du châle en point mousse et m’apprête à attaquer la bordure en dentelle (je n’ai pas encore choisi de manière définitive le point mais pas de problème c’est toujours simple d’adapter un motif avec un nombre de mailles fixes à un châle construit avec des augmentations à chaque rang). Easy, easy, easy comme dirait mon frangin.

p1040078

Ma maman quant à elle a flashé sur un gilet de Heidi Kirrmaier : le Nanook. Ma faute aussi : je lui ai montré un jour mes favoris Ravelry. Elle le désire dans un coloris rouge rose bordeaux. J’ai profité des promo sur l’alpaga de Drops pour rafler 12 pelotes de Lima coloris 58 20.  C’est un joli rouge bordeaux.

p1040080

Il avance plutôt bien, vaudrait mieux parce qu’un mois pour tricoter un gilet plus un snood plus un châle plus un projet pour moi (parce que faut pas déconner non plus!) c’est chaud !

Rendez vous dans un peu plus d’un mois pour savoir si j’ai réussi ma mission Tricots Noël!

Et toi, tu tricotes pour offrir à Noël ?

Allez sur ces bonnes paroles

Bécots !

Rose Trendy (Châle)

Le cas du trendy châle

Trendy châle

Je te parlais il y a quelques semaines de mon premier pull au tricot, le Odette jolie  mais tu te doutes bien que ce pull n’a pas été ma première réalisation tricotesque. Oui je sais, un mythe vient de tomber. 😉

J’ai commencé -comme tout le monde;)- par un Trendy Châle. Moins long -quoique…- qu’une bête écharpe au point mousse, plus trendy aussi. Si tu n’est pas une anglophile acharnée (ne t’inquiète pas tu as le droit, surtout en cette période trouble de Brexit) trendy est le mot à la mode vaguement prétentieux pour dire branché.

Oui avec un châle triangulaire au point mousse avec une augmentation de chaque côté, tu peux être trendy ou autrement dit ultra branchouille ! Dingue, non ?

(Ou comment rendre le basique de chez basique hautement désirable et sophistiqué) (mais ne va pas croire qu’on te prend pour un mouton et qu’on veut te faire prendre des vessies pour des lanternes. Non.)

Quoiqu’il en soit, ce châle est quand même gratuit (c’est pas mal quand tu débutes) et très simple à tricoter. Pour un rendu sympa.

Trendy châle

Oui après m’être moquée, mon objectivité reprend le dessus (je ne voudrais pas que tu penses que je suis de mauvaise foi non plus.) (t’as le droit de penser que je suis mauvaise langue 😉 ).

Après avoir vu moult versions j’ai décidé de me lancer dans cette aventure. Mais attention la version rose peps et moelleuse que tu contemples n’est pas (et beaucoup s’en faut!) la PREMIÈRE version.Trendy châle

N’ayant à cette époque que peu d’intérêt pour de vils détails comme le diamètre de la laine, la taille des aiguilles ou le métrage requis pour mener à bien un tel projet, y a eu des ratages. Oui. Au pluriel. Les boules.

Je tricotais à l’époque sur des aiguilles droites que j’avais récupérées de ma maman qui tricotait dans ses jeunes années (tu seras toujours jeune à mes yeux mon cher ancêtre:) ). Or les aiguilles droites sont courtes, les mailles sont tassées et c’est assez difficile de se rendre compte de l’ampleur réelle de la chose tricotée. Ajouté à cela l’impatience bien compréhensible de la novice qui VEUT porter son premier tricot, il y a eu des couacs. Pour te donner une idée, si j’avais cherché à tricoter un châle pour un nourrisson anémique, je serais tombée pile poil. Plus sérieusement je parvenais tout juste à faire un tour de cou avec mes premières versions, sans parler de me blottir dedans.

Trendy châle

Armée d’une envie farouche de vaincre, (à ce compte là j’aurais pu gravir l’Everest tant ma détermination était grande. Oui, tout à fait, l’Everest. ) je me décidais à acheter de la belle laine (comprendre pas de la laine de récup) à savoir de l’Alpaca et du Kid silk de Drops, dans une belle couleur rose fuchsia, pour enfin réussir cette belle entreprise.

Et j’ai attaqué, bien décidée à ne pas céder. Au bout de 3 semaines, je me suis quand même rendue compte qu’en faisant deux augmentations par rang, je pouvais encore tricoter pendant 42 semaines avant d’obtenir une longueur acceptable. J’ai donc résolu de réaliser quatre augmentations par rang, ce qui explique la forme non rectiligne du châle (le triangle parfait ne passera pas par moi!).

Trendy châle

Et voilà enfin mon trendy châle, premier et unique du nom (j’ai décidé d’enterrer les précédentes versions dans le gouffre de l’oubli)(je sais très bien gérer l’échec, ne t’inquiètes pas:) ).

Alors il est effectivement moelleux, je suis dingue de la couleur, mais le mélange de laine et de mohair me gratte. Je ne peux le porter qu’avec un pull ou mieux une chemise avec un col relativement montant. Même si vraiment j’adore la couleur, je ne le porte pas souvent.

De plus je ne peux faire qu’un tour de cou donc pour affronter les vents hivernaux il ne fait pas le poids. Il faut par conséquent que je tricote un méga doudou châle d’hiver. Le Solaris de Mélanie Berg m’avait bien tapé dans l’œil, j’ai commencé à le tricoter mais on en reparlera (oui la malédiction des châles ratés s’acharne sur moi ; t’as vu comme je te fais du teasing ?;)

Et toi quel est ton châle doudou de l’hiver ?

Bécots !

1 2 3 HOLEY CHEVRONS

P1030841

Non ce n’est pas le nom d’un nouveau jeu dans la cour de récréation. 3 c’est le nombre de fois où j’ai tricoté ce châle avant de parvenir – enfin!- à la bonne combinaison de couleur, celle qui me plait, qui me va !

Holey chevrons, c’est un châle en demi lune du talentueux et fort connu Stephen West aka le fou furieux du tricot 🙂 . Que celle qui ne s’est jamais dit en voyant l’un de ses châles : mais il est quand même un peu barré niveau couleur, non ? ! me jette la première pelote.

Voici le lien du merveilleux Holey Chevrons.

Ce châle a beaucoup de succès, et c’est bien mérité. Il est simple à tricoter, quelques augmentations par ci par là, quelques jetés (le nom académique des trous-trous:) ) et des rangs à plus de 600 mailles. Oui je ne veux pas, peux pas te mentir : il y a des rangs (plusieurs mêmes) à plus de 600 mailles.

Mais ça se fait. Une fois que tu as détricoté une, non deux fois, et que tu as enfin accordé tes couleurs, l’ordre dans lequel tu vas les disposer, ce ne sont pas 600 mailles qui vont t’arrêter, non mais ho !

P1030842

Sinon il y a la version facile avec – juste!- deux couleurs. Facile c’est juste pour les couleurs, hein. Je ne dis pas que celles qui ont tricoté la version bicolore sont des paresseuses, qu’on se comprenne bien 😉 .

P1030838

J’ai tricoté la grande version, aiguilles 4, rabattage souple, celui préconisé par le patron (très bien) en oubliant – de manière délibérée – de tricoter les deux dernières bandes de chevrons de la bordure. Mon amie la flemme, mais surtout ma grande envie de porter ce châle m’ont convaincue que les deux dernières rayures n’étaient pas indispensables et j’avoue, je n’ai pas protesté longtemps.

Je l’ai porté ce printemps et continue de le porter en ce merveilleux été/automne qui sévit dans nos contrées septentrionales. Tu auras compris que je n’habite pas à Marseille.

P1030837

Je l’ai tricoté avec un écheveau de mérisoie de la Fée fil, couleur Mare Magnum, un reste de Madeline Tosh Merino Light coloris céladon, un reste de mon  – interminable! – et merveilleux écheveau Hedgehog Fiber coloris Genie en Lace et pour la bordure en chevrons une pelote de Kidsilk de Drops, coloris vieux rose.

P1030829

Le mélange des saisons peut être agréable, l’été indien, cet été qui nous accompagne encore un peu pour rendre la transition vers l’automne plus douce, ca n’est pas une mauvaise idée, mais de là à nous coller le mois de novembre en juin, faudrait voir à respecter les saisons, bon diou !

Tu remarqueras que le sujet au combien délicat en ce moment de la météo a été abordé dans ce blog une bonne fois pour toutes. Nous n’y reviendrons pas. Sauf en cas de canicule, incompatible avec le tricot, ne parlons pas de malheur !

P1030831

EDIT : le malheur est arrivé, eh ben j’ai continué à tricoter quand même ! Du coton pas du mohair 😉

Et vous, quel est le projet que vous avez tricoté ou que vous envisagez de tricoter de notre cher Stephen West ?

Bécots !

Midnight in Sydney, midnight shawl for a midnight queen

Midnight in Sydney, Meg GadsbeyLorsque j’ai commencé, ou plutôt recommencé le tricot (ma grand-mère m’avait appris à tricoter lorsque j’étais enfant, vous savez la laborieuse écharpe au point mousse qui n’a jamais vu le jour) ma mère qui tricotait dans sa jeunesse jetait un œil sceptique sur mon soudain emballement pour les travaux d’aiguilles.

Voulant lui démontrer que le monde du tricot avait bien changé (grâce à ce lieu de perdition qu’est Ravelry) et ayant un magnifique écheveau de Mérisoie oncle Emerald en stock, je lui montre donc quelques patrons de shawlette.

Son choix s’est arrêté sur le Midnight in Sydney de Meg Gadsbey. Une jolie shawlette en 3,5 (aka petit châle ou chalinette 🙂 pour les francophones) en demi lune. Le corps se tricote en point mousse et se termine par une dentelle type feather and fan. Le patron est en anglais, dispo sur ravelry : Midnight in Sydney

 

Midnight in Sydney, Meg Gadsbey

A l’époque je n’avais pas encore tricoté de dentelle, mais le motif est très simple, très répétitif puisque qu’on le répète un rang sur deux. Pas de grande difficulté donc. Par contre j’ai du rallonger le châle pour qu’il ait une belle ampleur et utiliser le maximum de mon écheveau. J’ai rallongé à la fois le corps pour avoir un ou deux motifs de plus au départ et j’ai fait plus de répétitions également. Pour finir une bordure en picot, un peu longuette mais très simple également et qui donne vraiment un joli rendu à mon goût.

Comme le dit la créatrice, il n’y a pas de maille envers, tout le châle se tricote en point endroit, jetés et mailles ensemble ; donc c’est un ouvrage vraiment accessible aux débutantes.

Néanmoins je trouve le prix du châle un peu élevé. Le modèle est très simple, comporte quelques erreurs et si je l’avais suivi à la lettre aurait été vraiment petit. Je l’ai acheté parce qu’il était un coup de coeur de ma maman.

Midnight in Sydney, Meg Gadsbey

Désolée de ces indications un peu floues mais le châle a été tricoté il y a un moment. Il m’a permis, de non pas surmonter, mais de me raccrocher à quelque chose de positif, de doux, de lumineux pendant les attentats de janvier 2015.

La laine était tellement agréable à tricoter, si douce et avec des nuances magnifiques. Je tenais dans mes mains un objet fabriqué avec amour et passion, un objet dont je me servais moi-même pour tricoter avec beaucoup d’amour et de tendresse un cadeau pour ma maman. Ce tricot a été une bouée au milieu de ce chaos.

Midnight in Sydney, Meg Gadsbey

La suite des événements vous la connaissez. Inutile d’en parler ici même si mon cœur se serre et que les larmes coulent encore parfois.

Tricoter n’est pas seulement un loisir, c’est un réconfort. C’est donner de la tendresse aux gens à qui nous offrons nos ouvrages. Même si bien sûr toute tricoteuse qui se respecte est un peu égoïste 😉 , faut pas déconner quand même !

Bécots !