Mon premier jacquard : le bonnet Siksak et quelques conseils pour bien démarrer

Je suis tellement fière de m’être enfin lancée dans le jacquard ! Comme beaucoup, je m’en faisais une montagne alors que c’est relativement simple. Si on sait tricoter à la continentale, c’est-à-dire avec le fil dans la main gauche, tricoter du jacquard à deux couleurs ne pose pas de réelle difficulté. Le point crucial réside dans la tension de la laine. Il faut tricoter lâche. C’est pourquoi il est souvent conseillé dans les patrons comportant cette technique de monter d’une demie taille voire d’une taille d’aiguille.

Une fois la tension du fil maîtrisée, il faut placer correctement ses pelotes pour ne pas emmêler les fils. Il faut placer la couleur de fond dans la main droite et la couleur contrastante dans la main gauche, afin que le motif ressorte bien.

J’ai quand même commencé avec un projet adapté. Adapté en l’occurrence signifie que j’ai choisi un jacquard à 2 couleurs. Oui tu as bien lu, il s’agit d’un jacquard à 2 couleurs qui est utilisé dans ce modèle. Les amateurs du genre savent de quoi je parle mais pour les novices (dont je faisais partie il n’y a pas si longtemps 🙂 ) jacquard à 2 couleurs signifie que l’on utilise seulement 2 couleurs en même temps. Si tu observes bien le modèle, tu verras que chaque rang de jacquard ne se compose que de 2 couleurs, bien que j’en aie utilisé 3 au total.

En réalité tu peux tricoter un ouvrage avec 36 couleurs différentes tout en n’en utilisant que 2 à la fois. Il existe d’autres techniques de jacquard, plus complexes, dont je ne parlerai pas ici. Tout simplement parce que je ne les connais pas.

Récapitulatif : j’ai tricoté un jacquard à 2 couleurs, un bonnet pour pouvoir plus facilement réguler ma tension (moins de mailles donc plus facile) et j’ai choisi une laine plutôt épaisse et peu glissante. Et je l’ai tricoté à l’automne dernier, c’est à dire il y a plus d’un an. Il est temps de remettre du jacquard sur mes aiguilles!

Je te déconseille très fortement la soie pour un premier jacquard. 😉

bonnet-siksak-jacquard (7)

Et sans surprise, j’adore le jacquard ! C’est addictif, on voit le motif se dessiner au fur et à mesure. Et le plus beau c’est que l’on ne tricote que des mailles endroit ! Ce qu’il y a de plus simple au tricot finalement.

J’ai utilisé de la laine de la marque Pingouin, trouvé par hasard dans un magasin genre Gifi. La qualité s’appelle Pingomèche, c’est un mélange laine acrylique. Mais seulement 10% d’acrylique ; attends avant de me jeter des pelotes à la tête ! 🙂 Cette laine est douce et moelleuse. Je trouve également que les couleurs sont réussies. Le gris foncé se nomme Souris, Souffre pour le moutarde et Naturel pour le beige. Elle est peu retordue et a tendance à se dédoubler lors du montage des mailles.

Bonnet Siksak, jacquard

J’ai tricoté ce bonnet en deux jours. En vrai, j’ai tricoté en aiguilles 6, ce qui explique en partie cette rapidité !

En ce qui concerne le patron, le bonnet Siksak de Hanna Leväniemi, il est gratuit et le motif est présenté sous forme de grille. Comme toujours pour le jacquard. C’est un patron très simple et clair. Il ne vous donne pas de technique pour bien tricoter le jacquard mais la grille fournie est très lisible, même si vous n’avez pas l’habitude d’en lire.

Le motif consiste en une répétition de 4 mailles. L’adaptation est donc simple. J’ai du modifier le bonnet pour l’adapter à ma laine. Je n’ai donc pas pu respecter le nombre de mailles préconisées, puisque ma laine est une worsted, et que la laine prévue était une DK.

J’ai fait moins de répétition du motif en hauteur et ai augmenté le nombre de diminutions par rangs. Pour les diminutions, j’y suis allée au petit bonheur la chance et ça se voit ! Elles ne sont pas régulières et je n’ai pas diminué assez rapidement.

Comme je voyais bien que je n’avais pas diminué assez et que le bonnet allait être très slouchy, ce qui n’était pas le but au départ, pour finir plus vite j’ai grafté les dernières mailles. Ce qui m’a donné un bonnet à pointes. J’ai camouflé ce défaut en repliant ces deux pointes l’une sur l’autre au centre du bonnet et en cousant le pompon par dessus.

J’ai réalisé le pompon en enroulant en même temps les trois couleurs de fil autour de ma main. Les couleurs sont bien réparties mais le pompon est un peu mou. J’aurai du faire plus de tours.

J’ai fait suivre les différentes couleurs de fil à l’intérieur du bonnet pour avoir le moins possible de fils à rentrer à l’issue du tricot.

Bonnet Siksak, jacquard

Ce bonnet ornera (ou pas) la tête de mon copain et réchauffera ses oreilles par ce vent glacial. Je dis « ou pas », car mon copain adore les bonnets, il m’a d’ailleurs réclamé celui-ci ( quelle impolitesse ! 🙂 ) avant la fin de l’hiver. Il en a plusieurs … qu’il ne porte jamais. Comble !

Edit : il a finalement porté ce bonnet pendant les quelques jours de printemps glacé que nous avons eu. Et il s’est plaint du réchauffement des températures, qui l’ont empêché de porter plus longtemps le bonnet. Quand je vous dis qu’il n’est jamais content ! 🙂

Bonnet Siksak, jacquard

Je pense recommencer du jacquard dans un futur proche, d’autant que cela donne des tricots très chauds, puisque l’on a double épaisseur de fil. J’ai le patron du Deep Wood Toque de Kiyomi Burgin, que je trouve très beau. C’est ce bonnet que je devais tricoter au départ. Étant donné que le patron utilise de la fingering, les calculs pour l’adaptation auraient été trop délicats. Tu as déjà compris que le calcul n’est pas mon fort.

Bref je recommande ce patron pour une première appréhension du jacquard. Tricoter un bonnet permet de mieux gérer sa tension que sur un pull où il faut faire des augmentations et où le nombre de mailles est conséquent. Si vous n’imprimez pas la grille et cochez au fur et à mesure les rangs tricotés, un compte rang peut également être utile pour ne pas se mélanger les aiguilles dans le motif.

Bonnet Siksak, jacquard

Je ne regrette pas d’avoir succombé aux sirènes du jacquard et compte me frotter aux écueils du jacquard à 3 couleurs d’ici la fin de l’année.

Je remercie toutes les tricoteuses qui m’ont encouragée, donné des conseils, suggéré des patrons, vous avez été d’une aide précieuse et m’avez permis de sauter le pas, rassurée.

Et toi, tu hésites encore ou t’es-tu lancée ? Quel patron as-tu choisi ? Des conseils pour du jacquard à 3 couleurs ? Une suggestion de patron de bonnet utilisant 3 couleurs sur le même rang ?

Je t’embrasse !

Somerville Shawl, Martha Wissing, plumetis joli

Le châle d’anniversaire pour ma maman! Je ne te dirais pas de quelle année. 🙂

En vérité c’était le châle destiné à réchauffer ses épaules en 2018. Mais 2019, c’est bien aussi, non ?

Mieux vaut tard que jamais. 😉

Ce joli châle triangulaire en jersey, dentelle et point plumetis, je l’ai découvert par hasard sur Ravelry. Il est apparu un bon matin dans la suggestion des nouveaux patrons, proposée par Ravelry en fonction de ses favoris et je dois dire que Ravelry ne s’est pas trompé ! 🙂

Je le trouvais ravissant et ai donc proposé à ma maman de le tricoter pour son anniversaire. Si tu me lis, tu sais que je suis une tricoteuse et une fille dévouée et que je n’hésite pas à faire chauffer mes aiguilles pour faire plaisir à ma jolie maman. 🙂

Ce type de châle est une nouveauté pour moi : du jersey, ce n’est pas ce que l’on voit le plus souvent pour un châle. Et on démarre ce modèle par le côté le plus large.

Le patron est en anglais, il est clair. Pas de souci de ce côté là.

C’est un châle plutôt simple à tricoter. Du jersey, des diminutions et un peu de dentelle pour ne pas s’ennuyer. La dentelle est très simple et rapide. J’aime beaucoup ce type de motif, qui m’évoque le végétal, une feuille d’arbre. Que voyez vous dans cette dentelle ?

Le jersey n’a pas été si terrible à tricoter, malgré les rangs envers. Je pense que c’est ce qui convenait le mieux, à la fois au motif et à la laine.

En revanche j’adore le point plumetis, je trouve cela ravissant. J’ai d’ailleurs acheté le patron du pull Erell de Along avec Anna qui utilise ce point. J’ai hâte de le mettre sur mes aiguilles, ne reste qu’à choisir la couleur. 😉

Bien que le modèle ne présente pas de difficultés, j’ai mis très longtemps à le tricoter. Plein de projets lui sont passés devant. J’ai trainé aussi parce que je n’avais teint qu’un exemplaire du coloris. On voit d’ailleurs la démarcation. Le 2e écheveau comporte moins de speckles. C’est la magie de la laine teinte à la main.

J’ai donc utilisé 2 écheveaux de Boudha, un 100% Mérino joliment twisté grâce à son fil très retordu, coloris Écorce de Bouleau. C’est un blanc tacheté de noir, pourpre et rouille. J’aime beaucoup la base Boudha, pour cet aspect twisté des mailles. Je trouve qu’elle convient à merveille au jersey.

Comme le Des Fleurs, sa couleur claire ne lui permet pas d’être mis en valeur sur toutes les tenues. Je pense qu’il s’accorderait mieux avec une tenue sombre. On peut jouer aussi sur un camaïeu de couleurs claires pour le porter en été. De toute façon, c’est un châle plus décoratif que chaud.

Je le trouvais ce modèle très joli lorsque je l’ai découvert. J’aime toujours le motif mais la forme et les dimensions sont à revoir selon moi.

Je n’avais jamais testé ce type de forme. C’est sympa à tricoter car les rangs s’enchainent de plus en plus vite. J’aime beaucoup le gros pompon mais il est certain que je ne retricoterai pas ce type de châle.

La forme est trop atypique pour être portée facilement. Il ne couvre pas la nuque et laisse de gros restes. J’ai fait une grosse pampille et il me reste un demi écheveau. Je n’ai utilisé au final qu’un écheveau et demi.

Il n’est donc pas très grand et difficile à placer joliment autour du cou.

Je pense qu’un snood avec ce motif serait très sympa.

Et toi, aimes tu cette forme de châle ? Comment le porterais tu ?

Je t’embrasse !

Que tricoter avec la base Ephémère ( Merino et Donegal Nep) ?

Voici l’heure de te présenter ma nouvelle base, Éphémère de son petit nom. Contrairement à son nom, j’espère qu’elle sera pour longtemps en boutique ! 😉

Mousse des bois, base Éphémère

Pourquoi ce nom ? L’aspect moucheté du fil m’évoque les petits insectes éphémères qui volettent pendant la belle saison dans nos jardins. Cette laine intègre dans son retords des morceaux de matière noirs, beiges et grisés qui lui donnent un aspect tweed, voire un peu rustique.

Elle est néanmoins très douce, grâce au mérino. Elle est composée de 85% de merino et 15% de Donegal Nep et fait 400 mètres pour 100 grammes.

Cela faisait un moment que j’avais envie d’avoir cette base en boutique et je ne suis pas déçue. C’est un vrai régal à teindre.

Selon qu’on la teint avec des nuances claires ou foncées, les nep ne ressortent pas de la même couleur, je suis charmée.

De haut en bas : Lie de vin, Douce Pivoine, Sorbet Pêche, Mousse des bois, Ce rêve bleu.

Alors que tricoter pour mettre en valeur ce joli fil ? Je conseillerai des modèles plutôt sobres, sans trop d’ornements. Privilégier de jolies formes plutôt de que de la dentelle ou des torsades qui seraient brouillées par le fil.

Mais ce n’est que mon avis 😉 Libre à toi de prendre le contre pied !

Voici les quelques modèles auxquels je pense :

Du côté des pulls

Le Lauris de Christal Lk, mohair et Merinos Donegal, tout simplement ravissant!

Le Silvertweed de NCL Knits, un classique qui tire son charme de la dentelle placée sur les épaules.

Le Geo Lace de Jenise Hope, avec un joli yoke qui mêle neps et dentelle.

Côté châle

Le Londoner de Justyna Lorkowska, le parfait triangle avec juste ce qu’il faut de dentelle et deux pampilles!

On ne voit que peu les neps, mais ils sont bien là et apportent un petit je ne sais quoi à ce modèle plutôt classique.

Les jolies inspirations

Pour te donner toujours plus d’inspiration, voilà quelques projets tricotés avec ce fil :

Chez Nathalie de By Night, le cardigan Joy de Veera Valimacki. Les neps se marient bien avec une dentelle légère.

Chez Dalmatianmom7 , le Southern Riviera de Josée Paquin. Beaucoup de jersey pour en mettre en valeur ce fil. Et ça marche très bien!

Chez Tandtoast, le Girl’s best friend de Isabell Kramer, le résultat est tout en subtilité.

Pourquoi pas des chaussettes ? La base Ephémère ne contenant pas de nylon, je vous conseille d’utiliser un autre fil pour les talons et les orteils.

La version de Dawnregan du modèle Avenues Socks de Knitting Expat Designs. Ou les Blushing Olive Socks de Abbey Knits, tricotées par Debra- Louise.

Et enfin le Sockhead Slouch Hat de Kelly McClure, tricoté par elihan.

Qu’en penses tu ? Plutôt pull ou accessoires pour ce type de fil ? Prête à te laisser tenter ? La base Éphémère est à retrouver ici.

Bécots !

Sédum, le châle romantique

Avec toutes ces émotions, je n’ai pas eu le temps de te présenter mon nouveau châle dans les règles. Je t’introduis donc Sédum, châle en demi lune, point mousse et insertions de dentelle.

chale-sedum-melina-hami9

Ne faisons pas durer le suspense, je l’adore.

Si tu me suis, tu sais déjà que ce châle est issu d’une collaboration avec Mélina, qui est aux manettes de In a panda’s world.

La couleur

Dans ce projet dingo, le projet Arc en Ciel, de son doux nom, ma couleur était le vert. Je t’ai déjà expliqué la relation particulière que j’ai avec cette couleur. Tu peux relire cet article si tu veux en savoir plus.

kit-sedum-sencha

Barbara, des laines du Scarabée, avait déjà proposé à Mélina un vert plutôt olive. Nous nous sommes donc accordées sur un vert clair. Et j’ai commencé mes expérimentations chaudronnesques.

Après plusieurs tentatives, je suis arrivée à ce résultat qui me plaisait beaucoup. J’avais également teint un autre vert clair, qui tirait plus sur le jaune. J’ai proposé les deux à Mélina afin qu’elle fasse son choix. Et grâce à mes prières secrètes 🙂 , Mélina a eu un coup de coeur pour la 1e couleur, ce vert d’eau, à la fois doux et punchy.

Ça commençait bien!

Le patron

Nous voulions, l’une et l’autre, un châle dans lequel deux couleurs se répondraient, pour se mettre mutuellement en valeur. Exit donc les rayures. Mélina avait imaginé un châle colorblock composé de différentes sections. J’imaginais un châle plus en courbes. Après de nombreux échanges, nous sommes tombées en amour pour cette dentelle japonaise, tout en délicatesse.

chale-sedum1

Il restait à imaginer la forme finale du châle et ce fut là le boulot de Mélina!

On peut facilement faire 3 tours avec ce châle, ce qui en fait un doudou de cou malgré ses nombreux trous! Je suis fan de cette association de couleurs lumineuses, qui réveille les tenues et les mines fatiguées.

chale-sedum-melina-hami11

La dentelle n’est pas compliquée en soi. Je déconseille quand même aux allergiques des jetés et aux adeptes du tricot télé.

La difficulté pour moi réside dans le fait que la dentelle se tricote sur les rangs endroits ET envers. Il ne faut pas s’emmêler dans la grille. J’ai souvent sauté un rang par inattention et ai du reprendre quelques mailles par ci par là.

chale-sedum3

Pas de difficulté pour les rangs raccourcis, ce sont des Wrap and Turn, qui sont dissimulés dans la dentelle. Il faut juste savoir compter. Et ne pas les oublier!On a heureusement quelques bandes de point mousse pour se reposer et se détendre.

chale-sedum5

Le châle se tricote en 3,75 pour permettre à la dentelle de se révéler sans pour autant avoir un châle qui dégouline. Il mesure, pour ma version, 2m80 de long pour 50cm de large.

chale-sedum-melina-hami8

Si vous aimez vous lancer des défis ou si vous êtres friandes de dentelle raffinée, ce châle est fait pour vous.

La laine

Les écheveaux de Boudha sont composés de 100% Mérino High Twist et sont plutôt généreux. Ils pèsent entre 105 et 110 grammes et vous offrent par conséquent entre 380 et 400 mètres de laine moelleuse et dodue.

chale-sedum-melina-hami

Sédum utilisant jusqu’au bout du bout les deux écheveaux, il faut être vigilant quant au choix de la laine. Vous ne pourrez pas le réaliser avec des écheveaux de single de 365m, à moins de prévoir des minis en sus.

Je trouve ce châle très raffiné tout en étant facile à porter. Tous les choix de couleurs sont permis. Vous pouvez choisir deux écheveaux bien contrastés pour mettre en valeur les insertions de dentelle ou au contraire choisir deux écheveaux aux tons plus proches pour un aspect plus fondu.

chale-sedum

Vous avez bien deux écheveaux solitaires au fin fond de votre stock, qui vous supplient de les tricoter. Non ? Je ne vous crois pas! 😉

Allez-vous succomber au charme de Sédum ? Pour vous aider à vous décider je vous offre 10% de réduction à valoir sur l’achat d’un kit Sédum dans ma boutique, comprenant les deux écheveaux nécessaire pour tricoter le patron ainsi qu’un code (qui vous sera envoyé avec votre commande) qui vous permettra d’obtenir le patron avec 40% de réduction, offerts par Mélina.

Alors que pensez-vous de ce châle ? Vous plait-il ? Appréciez-vous les collaborations entre designers et teinturières ?

Je vous embrasse et vous remercie pour l’accueil réservé à Sédum et à ma boutique!

 

 

 

Un été en photo

Pendant cet été, il y a eu des coquillages sur la plage, des hortensias piqués mais toujours si beaux.P1070199P1070170

Il y a eu des baignades dans l’eau fraiche, des balades le nez au vent et tant de nuances de bleu et de gris dans nos yeux.

P1070145P1070226P1070144

Il y a eu des découvertes, des gens passionnés, de la laine si douce qui nous réunit et qui fait revivre des petits coins de pays que l’on avait oubliés.

P1070369

Il y a eu des cueillettes de fruits, des confitures et des gourmandises.

P1070399

Il y a eu le chat, qui se remémore la panthère de Rudyard Kipling, caché dans les fougères.

P1070316

Il y a eu les premières récoltes de mon potager spontané, parce que la nature nous donne  tellement si seulement nous voulons bien la laisser faire.

P1070047P1070045

Il y a de la brume, sortie des marmites. Il y a eu des éclats de couleur, qui surgissent ça et là. Il y a eu des nuances qui ne se révèlent qu’au dernier moment. Il y a toujours cette magie qui m’anime, qui me pousse à cultiver la joie de faire, de créer avec mes mains. Cette joie que je veux vous faire partager avec mes laines, en vous montrant qu’il est si simple de se lancer à votre tour.

P1070130P1070357P1070391

Il y a eu peu de tricot mais des projets longuement muris, longtemps désirés, dont on apprécie la compagnie au point de faire durer, de faire s’étirer le temps, de profiter de chaque maille l’une après l’autre.

P1070209P1070398

Il y a eu la douceur d’écrire cet article, de laisser affleurer ces tendres souvenirs d’un été trop vite passé. Il y a toujours l’envie de partager avec vous ces petits morceaux de ma vie.

J’amorce la 3e année d’existence du blog, je ne savais pas si j’allais m’y tenir, si j’allais apprécier cet exercice. Au final je ne vois plus ce blog ni comme un challenge, ni comme un exercice. C’est une partie de chez moi, dans laquelle je vous invite. C’est un endroit qui m’est devenu précieux, qui m’apprend surtout la valeur de l’échange, qui m’apprend à communiquer de ma nièce bienveillante avec des inconnus, qui m’apprend que la passion du tricot peut rassembler si largement.

Des changements sont en préparation… des surprises se profilent à l’horizon… Encore un peu de patience!

Je vous embrasse et vous souhaite une belle rentrée!

 

1 2 3 Holey Chevrons, Stephen West

Holey Chevrons, Stephen West

Non ce n’est pas le nom d’un nouveau jeu dans la cour de récréation. 3 c’est le nombre de fois où j’ai tricoté ce châle avant de parvenir – enfin!- à la bonne combinaison de couleur, celle qui me plait, qui me va !

Holey chevrons, c’est un châle en demi lune du talentueux et fort connu Stephen West aka le fou furieux du tricot 🙂 . Que celle qui ne s’est jamais dit en voyant l’un de ses châles : mais il est quand même un peu barré niveau couleur, non ? ! me jette la première pelote.

Voici le lien du merveilleux Holey Chevrons.

Ce châle a beaucoup de succès, et c’est bien mérité. Il est simple à tricoter, quelques augmentations par ci par là, quelques jetés (le nom académique des trous-trous:) ) et des rangs à plus de 600 mailles. Oui je ne veux pas, peux pas te mentir : il y a des rangs (plusieurs mêmes) à plus de 600 mailles.

Mais ça se fait. Une fois que tu as détricoté une, non deux fois, et que tu as enfin accordé tes couleurs, l’ordre dans lequel tu vas les disposer, ce ne sont pas 600 mailles qui vont t’arrêter, non mais ho !

Holey Chevrons, Stephen West

Sinon il y a la version facile avec – juste!- deux couleurs. Facile c’est juste pour les couleurs, hein. Je ne dis pas que celles qui ont tricoté la version bicolore sont des paresseuses, qu’on se comprenne bien 😉 .

Holey Chevrons, Stephen West

J’ai tricoté la grande version, aiguilles 4, rabattage souple, celui préconisé par le patron (très bien) en oubliant – de manière délibérée – de tricoter les deux dernières bandes de chevrons de la bordure. Mon amie la flemme, mais surtout ma grande envie de porter ce châle m’ont convaincue que les deux dernières rayures n’étaient pas indispensables et j’avoue, je n’ai pas protesté longtemps.

Je l’ai porté ce printemps et continue de le porter en ce merveilleux été/automne qui sévit dans nos contrées septentrionales. Tu auras compris que je n’habite pas à Marseille.

Holey Chevrons, Stephen West

Je l’ai tricoté avec un écheveau de mérisoie de la Fée fil, couleur Mare Magnum, un reste de Madeline Tosh Merino Light coloris céladon, un reste de mon  – interminable! – et merveilleux écheveau Hedgehog Fiber coloris Genie en Lace et pour la bordure en chevrons une pelote de Kidsilk de Drops, coloris vieux rose.

P1030829

Le mélange des saisons peut être agréable, l’été indien, cet été qui nous accompagne encore un peu pour rendre la transition vers l’automne plus douce, ca n’est pas une mauvaise idée, mais de là à nous coller le mois de novembre en juin, faudrait voir à respecter les saisons, bon diou !

Tu remarqueras que le sujet au combien délicat en ce moment de la météo a été abordé dans ce blog une bonne fois pour toutes. Nous n’y reviendrons pas. Sauf en cas de canicule, incompatible avec le tricot, ne parlons pas de malheur !

Holey Chevrons, Stephen West

EDIT : le malheur est arrivé, eh ben j’ai continué à tricoter quand même ! Du coton pas du mohair 😉

Et vous, quel est le projet que vous avez tricoté ou que vous envisagez de tricoter de notre cher Stephen West ?

Bécots !