Tout savoir pour se lancer dans la teinture de laine #2 : le procédé.

Hello, voici la suite de la série Tout savoir pour se lancer dans la teinture de laines! Vous pouvez retrouver le premier article de cette série sur le matériel nécessaire ici. 

Après avoir réuni le matériel nécessaire à vos expérimentations, il est temps de se lancer dans le grand bain de cuisson ! 🙂

La teinture sur laine repose sur deux éléments. D’une part l’acidification du bain de cuisson, d’autre part la montée en température de ce même bain. 

Le procédé de teinture est simple et ne comprend que quelques étapes. Cependant en jouant sur les températures de bain et le moment de l’acidification, on obtient des résultats différents. Il existe plusieurs manières de procéder selon le résultat désiré. 

Ici nous allons commencer avec la technique de base, qui vous permettra d’obtenir des couleurs nuancées, typiques de la teinture à la main. 

écheveau de laine vierge, teinture à la main

Le mordancage de la laine

  • Faire tremper la laine dans une eau à température ambiante. Je recommande au moins 30 min. Ce temps peut être plus long. Si vous n’avez pas de grande plage horaire à disposition, vous pouvez très bien faire tremper la laine de manière anticipée. Veillez néanmoins à ce que l’eau du bain ne devienne pas trouble, ou qu’elle ne s’évapore pas.

La préparation du bain de teinture

préparation des couleurs pour le bain de teinture

  • Préparez votre mélange de couleurs. Déposez la quantité de pigments désirée dans un bocal en verre et versez dessus un fond d’eau chaude. Remuez afin de bien dissoudre les pigments.
  • Versez une grande quantité d’eau dans une marmite, faites la monter en température.
  • Pendant ce temps, versez la teinture dans la marmite. Mélangez afin que la couleur se répartisse uniformément dans l’eau.

Diffusion de la couleur dans le bain de teinture

La cuisson 

  • Plongez votre écheveau dans le bain de teinture. Veillez à ce que celui-ci s’étale dans la marmite et ne fasse pas de paquets, qui compromettraient une répartition harmonieuse de la couleur sur l’écheveau. Vous pouvez remuer votre écheveau afin que la couleur se répartisse le mieux possible. 
  • Lorsque l’eau du bain de cuisson est tiède, ajoutez l’acide citrique. Le ph du bain doit se situer entre 4 et 4,5. Vérifiez à l’aide des bandelettes PH. 
  • Poursuivez la montée en température, celle-ci doit être progressive. Lorsque l’eau fume, éteignez le feu. 

Bain de cuisson, teinture à la main

Le refroidissement et le rincage de la laine

  • Laissez reposer le bain de cuisson. Lorsque l’eau est claire, la laine a absorbé toute la teinture. 
  • Laissez refroidir le bain de cuisson, avant de passer au lavage et rincage de la laine. Si vous avez un doute sur la bonne fixation des couleurs, vous pouvez ajouter de l’acide citrique au bain de rincage. 

Refroidissement du bain de cuisson de la laine

Règles d’or :

La laine aime l’eau mais pas les chocs thermiques. Les phases de montée en température et de refroidissement doivent être progressives. 

Soyez délicats lors de la manipulation des écheveaux. Une manipulation trop vigoureuse peut faire feutrer la laine. Néanmoins remuer l’écheveau lorsqu’il se trouve dans le bain de teinture est tout à fait possible. 

Nous avons vu la technique de base pour obtenir des écheveaux unis, avec des variations subtiles d’intensité au sein de la couleur. 

écheveaux sortis du bain de cuisson

Echeveaux de laine teinte à la main, variations de la couleur

Que préféreriez-vous que j’aborde dans le prochain article ? La teinture des speckles ? Ou plutôt des écheveaux aux couleurs panachées ?

Cet article vous a-t-il plu, été utile ? 

Bécots teintés!

Publicités

Le snood au point de riz [tuto pour cadeau de Noël de dernière minute]

C’est l’histoire d’un cadeau de Noël offert avant Noël, aka le snood au point de riz.  🙂

tuto tricot snood point de riz

C’est un patron unisexe mais je l’ai pensé et tricoté pour un homme, le seul, le vrai, l’unique, la lumière de mes jours, le râleur de ma vie  😉 : mon copain.

J’avais prévu de glisser ce snood sous le sapin. Je n’ai jamais tricoté beaucoup de choses à mon copain. Mon incursion dans le monde merveilleux du tricot et l’addiction sévère qui s’en est ensuivi m’a rendue quelque peu égoïste. Ne me jette pas des pelotes à la tête, je sais que nous sommes toutes pareilles. 🙂

Bref en 4 ans, il a eu droit à deux snoods (assez ratés, je dois l’admettre) qu’il a quand même portés pendant un an. Pour tout te dire je ne suis pas du tout fière de ces deux ouvrages. De plus ils étaient étroits et donc pas vraiment adaptés à un temps d’hiver. Et mes amis, à Lausanne, l’hiver est bien là !

Il neige, il neige et il neige encore et cela me remplit de joie !

Enfin un hiver qui ressemble à l’hiver. Et puis la neige c’est beau, c’est doux, on peut marcher dedans. Alors que la pluie… c’est juste fait pour embêter les tricoteuses, soyons honnêtes. On sent le mouton mouillé, ce qui est une odeur que j’aime, mais qui n’est pas forcément compatible avec une vie sociale harmonieuse. 🙂 🙂

tuto tricot snood point de riz

Bref il me restait un peu de laine Eskimo de Drops, couleur army, de mon gilet Léon. Que je ne t’ai jamais présenté. Parce qu’il n’est pas présentable. La laine Eskimo bouloche énormément et mon gilet ne ressemble à rien. Je l’ai quand même porté lorsque je l’ai tricoté. Pour mémoire il y a 3 ans. Mais son poids et son aspect font que je le délaisse au profit de choses plus légères et moins « gilet bouffé par un animal sauvage ».

Lorsque j’ai débuté le tricot, j’avais acheté sur le Bon Coin un lot de pelotes mélange soie et laine, de marque, métrage et composition exacte inconnue. La laine a un aspect chaînette, légèrement brillante. J’en ai utilisé deux pelotes, j’ai tricoté le fil en double pour m’approcher de la grosseur du fil Eskimo.

Le résultat est plutôt sympa, je trouve. Le snood est bien chaud, et ne laisse pas passer l’air. J’ai tricoté en aiguille 8 pour avoir un résultat un peu plus dense et plus adapté au vent d’hiver.

tuto tricot snood point de riz

Mon copain a eu l’air tellement ravi du résultat qu’il n’a pas pu attendre Noël et le porte dès à présent. Il va falloir que je trouve autre chose à mettre sous le sapin !  En vrai je suis ravie qu’il lui plaise et qu’il ait eu envie de le porter de suite. Cela réchauffe mon petit cœur de tricoteuse. 🙂


Et maintenant place au tuto ! (modeste le tuto hein 😉 )

Comme je te l’ai dit c’est un modèle pour homme. Je le trouve un tout petit peu trop large pour moi. Je te suggère de le raccourcir de 5 cm si tu le tricote pour toi. 

C’est un snood au point de riz qui se tricote rapidemment et en fait un cadeau de dernière minute idéal à glisser sous le sapin pour faire plaisir aux hommes de la famille.

Il est bicolore mais peut très bien être tricoté en une seule couleur. Pensez à des associations de marine et de gris, marine et bordeaux, kaki et gris… pour des snoods masculins mais avec une touche mode.

Matériel :

  • Environ 250 grammes de laine Bulky (qui se tricote en aiguilles 8 ou 9). 250 mètres pour une version unicolore, quantité à partager selon la répartition des couleurs souhaitées.
  • 1 paire d’aiguilles 8 (circulaire ou droites)
  • 1 aiguille à laine
  • 1 longueur de fil de la même couleur

Dimensions :  46 cm de haut  pour 70 cm de diamètre.

Point de riz – explications :

Rang 1 : *1 maille endroit, 1 maille envers*, répéter ** jusqu’à 1 maille de la fin, 1 maille endroit.

Rang 2 : *1 maille endroit, 1 maille envers*, répéter ** jusqu’à 1 maille de la fin, 1 maille endroit.

NB : Comme le nombre de mailles montées est impair, les rangs 1 et 2 sont identiques.

Instructions : 

  • Monter 51 mailles avec la méthode Long Tail Cast On pour avoir une bordure souple mais pas trop. Vidéo en français ici
  • Tricoter au point de riz sur 70 cm ou la longueur désirée.
  • Rabattre souplement. Vous pouvez utiliser des aiguilles d’une taille supérieure.
  • Plier le snood en deux et coudre les deux extrémités avec le fil de laine. Prévoir une longueur de fil équivalente à la hauteur du snood plus 20 cm. Rentrer les fils.
  • Retourner le snood pour que la couture soit à l’intérieur.
  • Chanter « vive le vent, vive le vent d’hiver » en se pavanant avec son snood tout nouveau bien chaud. 🙂

Précisions : j’ai tricoté 30 cm pour la couleur noire et 40 cm pour le vert. Le tuto est adaptable pour du point mousse, bien moelleux et très agréable pour un snood bien chaud.

Tu peux replier le snood en deux afin d’avoir un col très épais et donc très chaud. Ou tu le peux le porter en le laissant plisser autour de ton cou, comme sur les photos.

Si tu veux un snood moins haut, monte moins de mailles, mais pour te faciliter la vie, veille à monter un nombre de mailles impair.

Si tu tricotes ce snood, tagues moi sur les réseaux sociaux pour que je le voie, avec le #snoodelineetlaines. 🙂

Je te souhaite de très belles fêtes de fin d’année et je te fais un bisou de Noël.