Mon premier jacquard : le bonnet Siksak et quelques conseils pour bien démarrer

Je suis tellement fière de m’être enfin lancée dans le jacquard ! Comme beaucoup, je m’en faisais une montagne alors que c’est relativement simple. Si on sait tricoter à la continentale, c’est-à-dire avec le fil dans la main gauche, tricoter du jacquard à deux couleurs ne pose pas de réelle difficulté. Le point crucial réside dans la tension de la laine. Il faut tricoter lâche. C’est pourquoi il est souvent conseillé dans les patrons comportant cette technique de monter d’une demie taille voire d’une taille d’aiguille.

Une fois la tension du fil maîtrisée, il faut placer correctement ses pelotes pour ne pas emmêler les fils. Il faut placer la couleur de fond dans la main droite et la couleur contrastante dans la main gauche, afin que le motif ressorte bien.

J’ai quand même commencé avec un projet adapté. Adapté en l’occurrence signifie que j’ai choisi un jacquard à 2 couleurs. Oui tu as bien lu, il s’agit d’un jacquard à 2 couleurs qui est utilisé dans ce modèle. Les amateurs du genre savent de quoi je parle mais pour les novices (dont je faisais partie il n’y a pas si longtemps 🙂 ) jacquard à 2 couleurs signifie que l’on utilise seulement 2 couleurs en même temps. Si tu observes bien le modèle, tu verras que chaque rang de jacquard ne se compose que de 2 couleurs, bien que j’en aie utilisé 3 au total.

En réalité tu peux tricoter un ouvrage avec 36 couleurs différentes tout en n’en utilisant que 2 à la fois. Il existe d’autres techniques de jacquard, plus complexes, dont je ne parlerai pas ici. Tout simplement parce que je ne les connais pas.

Récapitulatif : j’ai tricoté un jacquard à 2 couleurs, un bonnet pour pouvoir plus facilement réguler ma tension (moins de mailles donc plus facile) et j’ai choisi une laine plutôt épaisse et peu glissante. Et je l’ai tricoté à l’automne dernier, c’est à dire il y a plus d’un an. Il est temps de remettre du jacquard sur mes aiguilles!

Je te déconseille très fortement la soie pour un premier jacquard. 😉

bonnet-siksak-jacquard (7)

Et sans surprise, j’adore le jacquard ! C’est addictif, on voit le motif se dessiner au fur et à mesure. Et le plus beau c’est que l’on ne tricote que des mailles endroit ! Ce qu’il y a de plus simple au tricot finalement.

J’ai utilisé de la laine de la marque Pingouin, trouvé par hasard dans un magasin genre Gifi. La qualité s’appelle Pingomèche, c’est un mélange laine acrylique. Mais seulement 10% d’acrylique ; attends avant de me jeter des pelotes à la tête ! 🙂 Cette laine est douce et moelleuse. Je trouve également que les couleurs sont réussies. Le gris foncé se nomme Souris, Souffre pour le moutarde et Naturel pour le beige. Elle est peu retordue et a tendance à se dédoubler lors du montage des mailles.

Bonnet Siksak, jacquard

J’ai tricoté ce bonnet en deux jours. En vrai, j’ai tricoté en aiguilles 6, ce qui explique en partie cette rapidité !

En ce qui concerne le patron, le bonnet Siksak de Hanna Leväniemi, il est gratuit et le motif est présenté sous forme de grille. Comme toujours pour le jacquard. C’est un patron très simple et clair. Il ne vous donne pas de technique pour bien tricoter le jacquard mais la grille fournie est très lisible, même si vous n’avez pas l’habitude d’en lire.

Le motif consiste en une répétition de 4 mailles. L’adaptation est donc simple. J’ai du modifier le bonnet pour l’adapter à ma laine. Je n’ai donc pas pu respecter le nombre de mailles préconisées, puisque ma laine est une worsted, et que la laine prévue était une DK.

J’ai fait moins de répétition du motif en hauteur et ai augmenté le nombre de diminutions par rangs. Pour les diminutions, j’y suis allée au petit bonheur la chance et ça se voit ! Elles ne sont pas régulières et je n’ai pas diminué assez rapidement.

Comme je voyais bien que je n’avais pas diminué assez et que le bonnet allait être très slouchy, ce qui n’était pas le but au départ, pour finir plus vite j’ai grafté les dernières mailles. Ce qui m’a donné un bonnet à pointes. J’ai camouflé ce défaut en repliant ces deux pointes l’une sur l’autre au centre du bonnet et en cousant le pompon par dessus.

J’ai réalisé le pompon en enroulant en même temps les trois couleurs de fil autour de ma main. Les couleurs sont bien réparties mais le pompon est un peu mou. J’aurai du faire plus de tours.

J’ai fait suivre les différentes couleurs de fil à l’intérieur du bonnet pour avoir le moins possible de fils à rentrer à l’issue du tricot.

Bonnet Siksak, jacquard

Ce bonnet ornera (ou pas) la tête de mon copain et réchauffera ses oreilles par ce vent glacial. Je dis « ou pas », car mon copain adore les bonnets, il m’a d’ailleurs réclamé celui-ci ( quelle impolitesse ! 🙂 ) avant la fin de l’hiver. Il en a plusieurs … qu’il ne porte jamais. Comble !

Edit : il a finalement porté ce bonnet pendant les quelques jours de printemps glacé que nous avons eu. Et il s’est plaint du réchauffement des températures, qui l’ont empêché de porter plus longtemps le bonnet. Quand je vous dis qu’il n’est jamais content ! 🙂

Bonnet Siksak, jacquard

Je pense recommencer du jacquard dans un futur proche, d’autant que cela donne des tricots très chauds, puisque l’on a double épaisseur de fil. J’ai le patron du Deep Wood Toque de Kiyomi Burgin, que je trouve très beau. C’est ce bonnet que je devais tricoter au départ. Étant donné que le patron utilise de la fingering, les calculs pour l’adaptation auraient été trop délicats. Tu as déjà compris que le calcul n’est pas mon fort.

Bref je recommande ce patron pour une première appréhension du jacquard. Tricoter un bonnet permet de mieux gérer sa tension que sur un pull où il faut faire des augmentations et où le nombre de mailles est conséquent. Si vous n’imprimez pas la grille et cochez au fur et à mesure les rangs tricotés, un compte rang peut également être utile pour ne pas se mélanger les aiguilles dans le motif.

Bonnet Siksak, jacquard

Je ne regrette pas d’avoir succombé aux sirènes du jacquard et compte me frotter aux écueils du jacquard à 3 couleurs d’ici la fin de l’année.

Je remercie toutes les tricoteuses qui m’ont encouragée, donné des conseils, suggéré des patrons, vous avez été d’une aide précieuse et m’avez permis de sauter le pas, rassurée.

Et toi, tu hésites encore ou t’es-tu lancée ? Quel patron as-tu choisi ? Des conseils pour du jacquard à 3 couleurs ? Une suggestion de patron de bonnet utilisant 3 couleurs sur le même rang ?

Je t’embrasse !

Béret Rose Red, Ysolda Teague

T’ai-je déjà raconté mes déboires avec Joseph que j’ai tricoté 2 fois ? Rebelote avec ce patron. Je l’ai tricoté une 1e fois en Malabrigo Mechita, coloris Pearl. Cette laine se mariait très bien avec le patron mais… Tu sentais venir le mais ? 🙂

Tricoter un modèle prévu pour une laine DK en utilisant une fingering, le fail était assuré dès le départ, non ?

Je n’ai pas fait d’échantillon à l’époque. Ma 1e version date de plus de 2 ans. Je me suis juste dit que j’allais tricoter la plus grande taille et que je le rallongerai si besoin. Ce que j’ai fait. Je l’ai bloqué de manière agressive pour faire prendre encore un peu d’ampleur supplémentaire, mais tous mes efforts n’ont pas suffit. Il faut dire que ma maman, à qui était destiné le bonnet, a un périmètre crânien respectable.

Oui je tente de mettre tout ça sur le dos du crâne de ma mère. 🙂

Bref c’était trop petit, trop serré, pas du tout ce qu’elle m’avait demandé.

J’ai au final peu de projet dans mon Ravelry, mais on ne voit pas les détricotages et retricotages que j’ai à mon actif, et laisse moi te dire qu’ils sont nombreux. Je n’irais pas jusqu’à dire qu’il y a plus de retricotage que de projets originaux mais je dois bien m’approcher de la parité. Comme quoi, la parité ce n’est pas si difficile !

Bérêt Rose Red, Ysolda Teague, laine Soobelle Yarn

Ma 2e version, que tu vois ici (je n’ai pas de photo de la 1e) est tricotée avec de la Soobelle Yarn, la marque de laines teintes à la main de Xiaowei Hu. Il me semble qu’elle arrêté de teindre pour se consacrer au design. J’ai pu tester pour elle le patron du Qinqin, un ravissant pull pour petite fille, que j’ai offert comme cadeau de naissance. C’est une laine sport, donc beaucoup plus adaptée au projet. Je n’ai pas fait d’échantillon. J’ai tricoté la plus grande taille. Il est un tout petit peu grand, c’est-à-dire qu’il ne serre pas la tête, ce qui correspondait aux souhaits de ma maman.

Elle l’a porté au cours des premiers mois de l’année. Je l’ai fini début 2018. Et je poste l’article maintenant, oui. C’est la vie.

C’était un vrai plaisir à tricoter, l’alliance des torsades et d’un joli motif de dentelle. Je trouve le motif charmant et simple à réaliser. Le motif se présente sous forme de grille et d’explications écrites rang par rang. À vous de choisir ce avec quoi vous êtes le plus à l’aise.

Après le calvaire des manches du Oh Bello, interminables ! j’étais contente de tricoter ce béret.

Bérêt Rose Red, Ysolda Teague

Pour les tricoteuses qui appréhendent la dentelle, je trouve que ce bérêt est tout indiqué. Il est vraiment simple. La dentelle ne se tricote qu’un rang sur deux. Comme le motif est symétrique, il est aisé de s’y repérer, de voir si l’on a fait une erreur.

Béret Rose Red, Ysolda Teague

Le béret de la créatrice est tricoté en laine poilue, ce qui est du plus bel effet, néanmoins je déconseille ce genre de laines aux débutantes. Elle est malaisée à détricoter, cela abîme le fil et le côté poilu empêche de repérer facilement les éventuelles erreurs. Mais ce côté fluffy, mousseux et poilu, sied à merveille aux bérets.

Béret Rose Red, Ysolda Teague

Je ne pense pas le retricoter mais j’ai passé un très bon moment en compagnie de ce patron.

Edit : je l’ai retricoté! Pas pour moi et dans un autre qualité, mais je n’ai pas de photo…

Tricotes-tu plusieurs versions d’un même patron, pour le plaisir ?

Je t’embrasse !

Maple, le béguin qui a du chien!

J’ai tricoté ce bonnet à la demande d’une amie. Elle voulait un bonnet chaud, qui couvre bien les oreilles.

Bonnet Maple, Irene Lin

Je ne voulais pas lui tricoter un bonnet péruvien (tu sais, les bonnets à oreilles 🙂 ). Je n’ai rien contre, mais cela ne collait pas vraiment avec son style. Ce n’était pas non plus un bonnet destiné à être porté au ski. Au ski c’est bien connu, plus ton bonnet est improbable, moins on a de chances de te perdre dans la marée humaine qui se presse à l’entrée du tire-fesses. Il fallait donc un bonnet à oreilles, MAIS portable en ville.

Bonnet Maple, Irene Lin

On fait des béguins pour les bébés, ce qui leur évite d’avoir un bonnet qui leur tombe sur les yeux, qui tourne, ou qu’ils peuvent enlever trop facilement.

Néanmoins beaucoup de ces béguins sont trop « enfant ».

Bonnet Maple, Irene Lin

Quand je suis tombée par hasard sur Ravelry sur ce modèle, le bonnet Maple, d’Irene Lin, eurêka !:) D’une part je l’ai trouvé trop joli, et d’autre part il remplissait complètement le cahier des charges de mon amie.

Une petite astuce : si tu tricotes pour les autres, que tu prends des commandes, prends l’initiative de proposer à la personne de choisir parmi des modèles que tu as envie de tricoter. 😉 Ça t’évitera le tricot boulet.

 

Je n’imaginais pas spécialement tricoter ce bonnet pour moi. Mais j’aimais suffisamment le motif pour avoir envie de le tricoter.

Il est très agréable à tricoter, avec un gros numéro d’aiguille qui plus est. Cela va très vite, j’ai du me forcer à ralentir, pour faire durer le plaisir de ce tricot.

J’ai utilisé de la phil mérinos 6 de Phildar. C’est un 100% mérinos, qui se tricote en 6 comme son nom l’indique. La laine est ronde, douce, très agréable à tricoter. Ne serait-ce son prix, je la recommenderais sans hésiter.

J’ai juste une remarque à faire. J’ai tricoté le bonnet en aiguilles 4,5 et le rendu est bien. Je ne tricote pas lâche. Je pense que le résultat de cette laine tricoté en 6 serait trop ajouré et tout mou. Je conseille vraiment de descendre d’une taille d’aiguilles.

Bonnet Maple, Irene Lin

J’ai modifié le patron, il taille petit. Bien sur j’ai tricoté avec une taille d’aiguilles inférieure, mais il taille quand même petit. J’ai rajouté une répétition de motif et ai un peu tiré dessus au blocage pour gagner quelques centimètres. Le bonnet m’allait sans blocage mais il était serré. La laine étant tellement ronde, ce n’était pas un problème, c’était tout à fait confortable à porter. Mais l’amie à qui était destiné ce bonnet a une épaisse chevelure bouclée, je craignais que le bonnet ne soit trop serré.

Je n’ai pas fait le pompon, je pense qu’il aurait ajouté trop de poids au bonnet et l’aurait fait glisser sur l’arrière, je n’ai pas fait non plus les cordons car il tient bien sur la tête.

Je l’offrirais à mon amie, et si elle le souhaite, je rajouterais les cordons.

Bonnet Maple, Irene Lin

Je pense qu’un pompon en fausse fourrure, donc très léger, irait bien avec le style du bonnet, mais ce n’est qu’un avis personnel.

Je suis fan de ce motif alliant torsades et jetés. Je le trouve très beau. C’est mon amie qui a choisi la couleur, un blanc pour illuminer le visage en hiver.

Il est tellement rapide à tricoter que c’est un plaisir. Il est également disponible en taille enfant. Je recommande néanmoins de ne pas se fier au patron, et d’essayer le bonnet au fur et à mesure pour pouvoir ajuster la taille.

Bonnet Maple, Irene Lin

Alors que penses-tu de ce bonnet/béguin ? Pourrais-tu porter un modèle de ce genre ?

Edit : le bonnet a été offert et validé! 🙂

Je t’embrasse !

Slable, joli bonnet

Il est l’heure monseigneur de vous parler de mon bonnet d’hiver (oui parce que bonnet d’été, ça n’existe pas!).

bonnet Slable, torsades, point de riz
Slable dans les bois, promenons-nous pendant qu’il fait froid!

J’ai tricoté Slable de Woolly Wormhead l’hiver dernier, avec une laine achetée au Kaléidoscope de Bruxelles. Cette laine a été mon baptême du feu à la fois de la laine single et de la Madeline Tosh. Amour total pour cette laine. J’adore le rendu de la single sur les torsades et le point de riz du bonnet.

J’ai longtemps écumé Ravelry pour trouver ce modèle. J’avais d’abord repéré le Fathom de Veera Valimacki. Il est dans la même veine que le Sable avec une torsade et un point texturé. J’avais donc repéré ce joli Fathom mais le Sable est venu le coiffer au poteau et je ne le regrette pas. Un an après, je le trouve toujours aussi joli.

bonnet Slable, tricot
Ô Slable ô joie !

Le patron est en anglais, avec des instructions écrites et un diagramme pour le motif. Il est très abordable. Les torsades sont simples à réaliser pour peu que l’on soit un tantinet attentif mais réellement aucune difficulté sérieuse.

Slable est le patron des premières fois. Premier patron en anglais et pas si compliqué que cela finalement. Alors je ne vais pas te mentir, j’ai quand même écumé les sites de traduction tricot.

Mais ce qu’on dit des patrons anglophones est exact : une prise en main et une lecture facile des instructions. Il faut juste accepter de s’y mettre.

J’ai également inauguré, avec ce patron, une technique de montage des mailles à 2 aiguilles qui permet d’obtenir une bordure souple, en un mot : parfaite ! pour ce genre d’ouvrage. Il s’agit de la méthode « alternate cable cast on ».  À ce moment, comme de bien entendu YouTube est ton meilleur ami. Après quelques (de nombreux!) visionnages et un petit test sur un vieux bout de laine qui traînait par là, j’ai vaincu ! Elle permet d’obtenir une bordure bien souple et très jolie, sans rang de montage apparent. Avec un peu d’entrainement et de persévérance, après tout il n’y a pas tant de mailles que ça à monter, on en vient à bout ! J’ai tricoté deux rangs en aller retour avant de joindre les mailles et de tricoter en rond afin d’éviter de vriller le tricot. C’est le conseil que je vous donnerai si vous ne voulez pas vous arracher les cheveux au moment de joindre les mailles.

bonnet Slable, alternative cable cast on
La bordure bien souple et élastique grâce à la méthode de l’alternate cable cast on

Je l’ai tricoté en 3,5, avec des aiguilles Chiaogoo, un bonheur ces aiguilles même si le prix pique un peu (normal me direz-vous 😉 ) avec de la Tosh Merino Light, coloris celadon. La bordure se tricote en 3. J’ai fait une taille hybride entre la taille intermédiaire et la plus petite taille du patron, qui en propose trois. J’ai monté le nombre de mailles correspondant à la deuxième taille mais ai raccourci la dernière répétition de motif avant d’arriver aux diminutions de la couronne, pour ne pas avoir un bonnet trop slouchy. Je n’aime pas le côté très tombant de certains bonnets, qui au final ne tiennent plus sur la tête et laissent les oreilles exposées au vent glacial de l’hiver. Brrrr… !

Le motif de la couronne (le sommet du bonnet si tu préfères 🙂 ) est vraiment ravissant.

bonnet Slable, tricot, Tosh Merino Light
La jolie couronne en étoile du bonnet

Il est relativement rapide à tricoter. L’envie de voir se dessiner le motif me poussant à tricoter toujours un rang de plus.

Je l’ai porté à de nombreuses reprises, l’ai stocké dans mon sac à main et la laine est toujours aussi belle. La Tosh Merino Light vieillit très bien.

Je n’ai qu’un reproche à faire à ce bonnet, c’est qu’il est trop fin pour affronter un vent fort et des températures très basses. C’est donc un parfait bonnet d’automne et de début d’hiver, ou pour celles qui n’aiment pas se sentir casquée dans leur bonnet. 🙂

bonnet Slable, torsades, point de riz, Tosh Merino Light
Slable au soleil!

J’ai utilisé une bonne moitié de l’écheveau, il m’en est donc resté une quantité assez importante. J’ai utilisé mon reste dans le Holey Chevrons, que je vous ai déjà présenté. Et il m’en reste encore. Écheveau increvable, je vous dis !

Un modèle chouchou de bonnet bien chaud à me conseiller pour cet hiver qui commence à ressembler à un hiver ? (Il a neigé chez moi la nuit dernière.)

Bécots !