Béret Rose Red, Ysolda Teague

T’ai-je déjà raconté mes déboires avec Joseph que j’ai tricoté 2 fois ? Rebelote avec ce patron. Je l’ai tricoté une 1e fois en Malabrigo Mechita, coloris Pearl. Cette laine se mariait très bien avec le patron mais… Tu sentais venir le mais ? 🙂

Tricoter un modèle prévu pour une laine DK en utilisant une fingering, le fail était assuré dès le départ, non ?

Je n’ai pas fait d’échantillon à l’époque. Ma 1e version date de plus de 2 ans. Je me suis juste dit que j’allais tricoter la plus grande taille et que je le rallongerai si besoin. Ce que j’ai fait. Je l’ai bloqué de manière agressive pour faire prendre encore un peu d’ampleur supplémentaire, mais tous mes efforts n’ont pas suffit. Il faut dire que ma maman, à qui était destiné le bonnet, a un périmètre crânien respectable.

Oui je tente de mettre tout ça sur le dos du crâne de ma mère. 🙂

Bref c’était trop petit, trop serré, pas du tout ce qu’elle m’avait demandé.

J’ai au final peu de projet dans mon Ravelry, mais on ne voit pas les détricotages et retricotages que j’ai à mon actif, et laisse moi te dire qu’ils sont nombreux. Je n’irais pas jusqu’à dire qu’il y a plus de retricotage que de projets originaux mais je dois bien m’approcher de la parité. Comme quoi, la parité ce n’est pas si difficile !

Bérêt Rose Red, Ysolda Teague, laine Soobelle Yarn

Ma 2e version, que tu vois ici (je n’ai pas de photo de la 1e) est tricotée avec de la Soobelle Yarn, la marque de laines teintes à la main de Xiaowei Hu. Il me semble qu’elle arrêté de teindre pour se consacrer au design. J’ai pu tester pour elle le patron du Qinqin, un ravissant pull pour petite fille, que j’ai offert comme cadeau de naissance. C’est une laine sport, donc beaucoup plus adaptée au projet. Je n’ai pas fait d’échantillon. J’ai tricoté la plus grande taille. Il est un tout petit peu grand, c’est-à-dire qu’il ne serre pas la tête, ce qui correspondait aux souhaits de ma maman.

Elle l’a porté au cours des premiers mois de l’année. Je l’ai fini début 2018. Et je poste l’article maintenant, oui. C’est la vie.

C’était un vrai plaisir à tricoter, l’alliance des torsades et d’un joli motif de dentelle. Je trouve le motif charmant et simple à réaliser. Le motif se présente sous forme de grille et d’explications écrites rang par rang. À vous de choisir ce avec quoi vous êtes le plus à l’aise.

Après le calvaire des manches du Oh Bello, interminables ! j’étais contente de tricoter ce béret.

Bérêt Rose Red, Ysolda Teague

Pour les tricoteuses qui appréhendent la dentelle, je trouve que ce bérêt est tout indiqué. Il est vraiment simple. La dentelle ne se tricote qu’un rang sur deux. Comme le motif est symétrique, il est aisé de s’y repérer, de voir si l’on a fait une erreur.

Béret Rose Red, Ysolda Teague

Le béret de la créatrice est tricoté en laine poilue, ce qui est du plus bel effet, néanmoins je déconseille ce genre de laines aux débutantes. Elle est malaisée à détricoter, cela abîme le fil et le côté poilu empêche de repérer facilement les éventuelles erreurs. Mais ce côté fluffy, mousseux et poilu, sied à merveille aux bérets.

Béret Rose Red, Ysolda Teague

Je ne pense pas le retricoter mais j’ai passé un très bon moment en compagnie de ce patron.

Edit : je l’ai retricoté! Pas pour moi et dans un autre qualité, mais je n’ai pas de photo…

Tricotes-tu plusieurs versions d’un même patron, pour le plaisir ?

Je t’embrasse !

Publicités

Mon pull de princesse… Fiona! Amy Miller

Ce modèle d’Amy Miller a eu son heure de gloire auprès des tricoteuses francophones il y a quelques temps (années 😉 ). Oui j’arrive après la bataille, mais qu’importe!

princess-fiona-amy-millerP1070414

J’ai craqué sur le motif de feuilles qui orne le côté du pull. Je trouvais le placement du motif très original. Le motif, quant à lui, est très simple et répétitif, tout à fait accessible à des débutants motivés. Il se compose de jetés, de mailles ensembles et d’un surjet double de temps en temps.

Ce type de dentelle me parait tout à fait simple et accessible aujourd’hui. Aux tricoteurs débutants, il ne faut donc pas se décourager. 

princess-fiona-amy-miller

J’ai été séduite par le motif qui s’évase sur le côté, la forme trapèze du corps et les manches montées. Qui sont d’ailleurs construites très simplement grâce à des rangs raccourcis. 

Je n’ai tricoté que des boxy jusqu’à présent, avec des manches plus ou moins tombantes et même si j’aime beaucoup ce genre de pull, je voulais m’essayer à une autre forme d’emmanchures.

princess-fiona-amy-millerP1070424

J’avais profité de la période de Noël dernier (2017 donc) pour me faire offrir 4 écheveaux de Color Of the Moon, une teinturière française. Après moult hésitations, j’ai choisi le coloris Calixte. C’est un bordeaux agrémenté de touches violettes. Un bon moyen de porter de la couleur sans pour autant tomber dans des coloris trop marqués, plus difficiles à porter au quotidien. 

Mon échantillon n’était pas bon pour ce pull. J’avais 22 mailles au lieu des 25 préconisées. D’où casse tête pour le choix de la taille. 

C’est toujours un gros problème pour moi le choix de la taille. Je tricote pourtant depuis un moment. Je suis familière de l’échantillon, que je tricote pour les pulls. Mais après avoir tricoté un pull et un gilet trop petit, je crois que je pèche par excès de prudence et me dit qu’il vaut mieux un peu trop grand que trop petit. Cela parait logique. 😉

Néanmoins un pull trop grand donne un air mal fagoté. J’ai choisi une taille trop grande et une taille d’aiguilles trop grande pour ma laine et ma tension. Les épaules ne sont donc pas aussi ajustées qu’elles devraient. Et le poids du pull tire sur les épaules, ce qui fait que ma jolie encolure décolletée tombe vers l’arrière.

J’ai choisi une taille d’aiguille trop grande pour une fingering. J’aurais du choisir du 3,5 plutôt que du 3,75. La dentelle est parfaire avec ce numéro mais comme je le disais plus haut, le poids de la laine tire sur les épaules et fait apparaitre des jours.

princess-fiona-amy-millerP1070435

C’est un modèle plutôt plaisant à tricoter, si l’on oublie les 3 détricotages du motif. 😉 J’avais une ampleur déjà trop importante sur la poitrine. J’aurais pu tricoter tout droit pour le corps. Ce que plusieurs tricoteuses ont d’ailleurs fait. Mais je voulais respecter la forme trapèze et donc inclure les augmentations. J’ai donc détricoté plusieurs fois et ai fini par supprimé quasiment toutes les augmentations placées immédiatement sous l’emmanchure. Ce détricotage est bien entendu lié à ce mauvais choix de taille.

Les diminutions se font à un rythme rapide que je n’ai pas respecté. J’ai diminué tous les 10 rangs au lieu de 6, pour éviter l’effet tente. Après l’avoir porté plusieurs fois, je crois que j’ai bien fait. La forme trapèze alliée à la dentelle assez ajourée donne un pull courant d’air, pas du tout adapté aux grandes frileuses comme moi!

J’ai tricoté ce pull en duo avec Elisabeth, @roseandmine. Je t’invite à lire son article ici.

princess-fiona-amy-millerP1070430

Quelques petits bémols rencontrés lors du tricotage :

La créatrice n’indique pas de méthode de rabattage des mailles. J’en ai essayé plusieurs pour avoir un rabattage suffisamment souple pour respecter le drapé du pull, sans pour autant qu’il gondole. Rabattre, défaire le rabattage, rerabattre, ce n’est pas le plus agréable.

Le patron ne comporte que des mesures en inches et pas en cm. Il faut donc convertir. Ce n’est pas la fin du monde mais c’est toujours un peu pénible.

En ce qui concerne la laine, je suis ravie de la couleur. Il y a un petit effet pooling néanmoins sur les manches.  Est ce du à l’écheveau utilisé ou au fait de tricoter sur un petit diamètre ? Il y a une très légère différence de teinte entre le haut et le bas du pull, mais il faut vraiment chercher la petite bête pour le voir.

princess-fiona-amy-millerP1070421

J’aime toujours autant ce modèle et suis ravie de l’avoir enfin tricoté. Le problème de la taille me chiffonne quand même un peu, la laine commence à boulocher. Modèle 1, réalisation 0.

Je serai plus vigilante quant au choix de la taille à l’avenir, quitte à choisir une plus petite taille pour la partie haute du pull et ajouter des augmentations pour le corps.

Comment choisissez vous la taille à tricoter ? Mélangez vous les tailles au sein d’un même patron ?

Des baisers laineux!

Pull Noomi de Ncl Knits, premier projet terminé de 2019!

Je débute mon année tricot avec un joli pull. Commencé en 2018, je vous rassure!

2018 a été l’année du slow tricot, ce qui n’est pas pour me déplaire. Il y a des chances pour que 2019 emprunte le même chemin. Quoique…

Noomi de son petit nom est d’une de mes designers préférées Nadia, alias NCL Knits. Je l’ai tricoté en test, en finissant, comme à chaque fois, sur le gong. J’ai rabattu la dernière maille la veille de sa sortie.

1e résolution de 2019 : plus de tests! Même si c’est un vrai plaisir de découvrir un patron en avant première, de participer à sa promotion, c’est une réelle source de stress.

J’aime tous les patrons que j’ai tricotés en test. Je n’en regrette aucun car je ne me suis proposée que lorsque j’avais un coup de coeur pour le modèle. Néanmoins pour les deux derniers tests, je me suis retrouvée à tricoter un peu dans l’urgence pour être sûre de finir dans le délai imparti sans devoir tricoter la nuit.

Noomi a donc été tricoté en voiture, à la patinoire (j’étais sur le banc, ceux qui m’ont vu patiner savent 🙂 ), au restaurant, chez des amis entre 2 parties de cartes. Et Noomi a vu le jour la veille de sa sortie officielle sur Ravelry et les réseaux sociaux. Mission accomplie! Mais c’était moins une…

Noomi est un basique hivernal. Tricoté en worsted, des manches raglan et beaucoup de jersey. Il est bien douillet grâce à un fil épais. J’ai choisi de la Drops Big Mérino en coloris Myosotis. Le coloris porte bien son nom, c’est un bleu doux, un peu passé, un peu grisé.

J’ai utilisé 13 pelotes, soit un peu moins de 1000 mètres pour la taille L. Je n’ai fait aucune modification puisque c’était un test. Il me reste 2 pelotes de laine, que j’essaierai de réutiliser dans un projet enfant, 2 minots ayant fait leur apparition dans mon entourage.

Noomi est le 1er pull que je tricote avec des emmanchures raglan. C’est une forme très courante mais j’étais plus focalisée jusqu’à présent sur les formes boxy. Le raglan est fin et discret, ce qui représente un atout à mes yeux. Je ne suis pas friande des modèles qui mettent l’accent sur cette construction, avec de la dentelle ou des torsades.

Mais parlons enfin du plus important : ce joli plastron de torsades à jours. Vous ne serez pas étonnées si je vous dis que c’est ce détail en particulier qui m’a séduite. Sachez que ces jolies torsades ne nécessitent pas d’aiguille à torsade, elles sont réalisées très simplement grâce à un surjet double. Des côtes torses viennent ajouter une jolie finition à ce modèle sobre mais ravissant.

J’ai néanmoins deux petits bémols. Le premier concerne la laine. Elle est composée de plusieurs brins qui peuvent se séparer. Il m’est arrivé de piquer à travers le fil à plusieurs reprises. J’ai repris les mailles quant je m’en suis aperçue mais quelques mailles ont échappé à ma vigilance. J’espère que cela ne fragilisera pas le fil au point qu’il casse.

Le 2e concerne le modèle. Nadia n’indique pas de montage particulier pour les mailles de l’encolure. On démarre le pull directement par les côtes. Les mailles de l’encolure ne sont pas relevées après coup. On tricote tout le pull d’un seul tenant, d’où l’importance du montage des mailles.

J’ai utilisé la méthode du Long Tail Cast On et mon encolure est un peu molle. Le point positif, c’est qu’elle est largement assez élastique pour permettre à mon auguste crâne de passer sans soucis. J’espère juste qu’elle ne se déformera pas au porté.

Bref je suis bien contente d’avoir un pull chaud pour m’accompagner cet hiver.

J’étais réticente à tricoter des modèles raglan mais Noomi me fait aimer cette forme. Et vous, quelles sont les formes de pull que vous préférez ? Raglan, boxy, manches montées ? Quel est le premier modèle que vous ayez fini en ce début d’année ?

Je vous embrasse!

Que tricoter avec la base Yakuza (mérinos, soie et yack) ?

On voit apparaitre depuis quelques temps une nouvelle merveille de laine, la base Mérinos, Soie et Yack. C’est une laine bien ronde, soyeuse, extrêmement douce et moelleuse. Comme sa couleur naturelle est gris-brun, elle offre à la teinture des couleurs vibrantes et lumineuses, grâce notamment à la présence de soie dans sa composition.

De gauche à droite : Brocéliande, Blue Eyes, Jodhpur, Ocre, Amaya, Cendre, Naturel
Iris
Jaipur, le coloris utilisé par Mathilde, alias Ambyon, pour sa version du joli pull Erell
Coquelicot

C’est une base que j’ai nommée Yakuza. Veux-tu que je te raconte la petite histoire qui se cache derrière ce nom ?

Yaku en japonais signifie yack, ce qui aurait été adapté comme nom. Mais je trouvais que ce nom avait une consonance trop proche d’une autre base et j’ai donc cherché d’autres noms.

Et soudain, l’illumination! Oui, rien de moins!  🙂

Yakuza, parce que cette base est un crime de douceur et de beauté!

Que penses-tu de ce nom ? Le trouves-tu adapté ?

Tous ces coloris sont à retrouver dans ma boutique en ligne.

Maintenant que je t’ai raconté son histoire, laisse moi te montrer quels jolis patrons tu pourras tricoter avec cette base.

Les pulls en mérinos, soie et yack

Je commence par le plus connu, au moins dans la communauté tricot francophone, l’ensemble pull et bonnet Erell de Along avec Anna. Il est ravissant avec ce délicat point de plumetis qui parsème le corps du pull, ne trouves-tu pas ?

Marie Amélie a imaginé de son côté le pull Cedrus, qui allie torsades et point de blé.

imgp0777_ps_small2

Le pull Beyul de Justyna Lorkowska

01_small2

Le pull Whitehorse de la fameuse Caitlin Hunter

Processed with VSCO with l2 preset

Le pull Tender de Melody Hoffmann, qui a également décliné ce motif en bonnet.

dsc_006fg5_small2

Et enfin le cardigan Praline de Dani Sunshine

img_3771_small2

Les accessoires

Du côté des accessoires, on commence avec le Only Ocean de Sylvia McFadden.

mlab_454_small2

Justyna Lorkowska a créé l’année dernière un bonnet à torsades avec cette base, le Tied Knots. Le petit plus ? Le patron est gratuit!

tk6_small2

Le bonnet Nival de Lili Comme Tout que j’imagine aussi pour une femme qu’un homme.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les mitaines Amelina de Linda Lencovic. Ravissantes avec ce point texturé, non ?

kettle_yarn_co_amelina3_small2

Le bonnet Crown de Hannah Maciejewska, simple mais original, je trouve. Pas vous ?

img_1838_small2

Alors te laisseras-tu tenter par ce mélange ? Je t’embrasse laineusement.

Oh Bello, le gilet de Lili Comme Tout

Hello sunshine 🙂 . Je fais une petite pause dans ma série sur la teinture de laine et j’en profite pour vous parler du gilet Oh Bello, qui m’a bien occupée cet hiver.

Je cherchais un gilet qui répondait à ces critères :

  • léger
  • en fingering
  • col en V
  • non boxy
  • avec des petits détails sympas.

En écumant Ravelry, je n’ai pas trouvé mon bonheur. Il existe une quantité de gilets correspondant à ces critères mais il y avait toujours un petit quelque chose qui n’allait pas.

Gilet Oh Bello, Lili Comme Tout

J’avais la patron du Oh Bello de Lili comme tout, alias Julie Partie, dans ma bibliothèque Ravelry depuis un certain temps et il collait bien à mes critères.

Je voulais un gilet basique, c’est-à-dire que je puisse porter avec n’importe quelle tenue donc ma 1e modification a été de supprimer les rayures et de faire une version unie.

Cela n’a pas été ma seule modification, bien au contraire !

Le patron est clair, on commence par tricoter le dos, puis on relève des mailles pour les devants. On relève également des mailles pour former la tête de manche. Ensuite on tricote le haut du corps et les épaules en même temps. Puis on met les mailles des manches en attente et on continue le corps. Il se tricote en aller retour puisque c’est un gilet.

Gilet Oh Bello, Lili Comme Tout

Dans le patron, Julie indique comment positionner les rayures, les premiers rangs nécessitent de l’attention : il faut gérer les augmentations et l’alternance des couleurs.

On peut néanmoins placer les rayures là où on le souhaite pour un gilet completement personnalisé.

Ce patron comporte plusieurs détails, qui font tout son charme, mais que je n’ai pas réalisés. Esprit de contradiction quand tu nous tiens. 🙂

J’ai supprimé les poches, par peur de manquer de fil, par peur de déformer le gilet et aussi et surtout par flemme, il faut bien l’avouer.

Ce projet m’a pris beaucoup de temps, ce qui n’était pas justifié au départ. Il n’est pas compliqué, il se tricote en 3,5, et j’ai utilisé moins de 3 écheveaux puisqu’il est assez ajusté.

Gilet Oh Bello, Lili Comme Tout

Les bordures du gilet, manches et bas du corps, sont constuites avec un ourlet replié. C’est-à-dire qu’on tricote une longeur de jersey 2 fois plus longue que la hauteur finale désirée, on plie cette longueur en 2 et on vient la coudre pour la fixer. Je les ai remplacés par des côtes 1/1. J’ai fini par un rabattage classique, afin d’écarter les côtes et de ne pas avoir un effet boule du à la rétractation des côtes.

Enfin en ce qui concerne l’encolure, normalement construite en côtes 1/1 avec 5 boutonnières, j’ai aussi fait une modification. Je n’aime pas particulièrement cette finition d’encolure pourtant très répandue pour les gilets. Je me suis inspirée du gilet Embruns de Emilie Luis, alias Atelier Emilie et j’ai relevé des mailles pour créer une encolure avec des côtes parallèles au sens du tricot. C’était une bonne idée. Au départ.

En fait ma bande de côtes n’est pas assez large et donc les pans du gilet roulottent méchamment.

gilet-ohbello-julie-partie (4)

Les manches, la longueur du gilet qui me tombe juste sur les hanches me conviennent mais l’ampleur du gilet est à revoir pour que je me sente parfaitement à l’aise dedans. En fait j’ai les épaules relativement étroites, et en revanche un tour de taille (surtout de hanches et au niveau du ventre) confortable. Il aurait fallu créer une série d’augmentations prononcées pour me donner suffisamment d’ampleur à ce niveau pour que ce soit confortable.

Ceci dit je le porte assez souvent, à la maison quand j’ai un peu froid et aussi pour sortir. Il est peu encombrant tout en étant chaud. Je l’ai porté également à l’extérieur avec deux tenues différentes et voici ce que j’en retiens.

Avec un jeans et un Tshirt un peu ample, le résultat n’est pas très flatteur, le gilet s’ouvre beaucoup trop. Avec une robe, le résultat est plus joli.

gilet-ohbello-julie-partie (7)

J’aimerais me tricoter à nouveau un gilet fin mais je suis en panne de modèles qui me plairaient. Les gilets en fingering sont ce qui manquait à ma garde robe, un gilet pas trop chaud et pas trop encombrant. Même si j’adore les gros gilets doudous dans lesquels on se blottit lorsque l’on a un peu froid, que l’on est un peu fatiguée.

Je cherche un gilet avec des manches raglan ou montées, pour éviter le côté boxy qui fait tomber le gilet des épaules, comme sur le Schnee Cardigan. Pour la même raison je voudrais éviter les modèles qui comportent une encolure très large, même si ces modèles sont très jolis et me tapent souvent dans l’œil. As tu un modèle coup de cœur à me conseiller ?

Je t’embrasse !

Le Schnee Cardigan, le gilet parfait pour se blottir

Viens que je te montre mon dernier chouchou, le Schnee Cardigan de Suvi Simola. Je l’ai commencé en mars, au moment où on pouvait apercevoir des petits bouts de printemps qui germaient ça et là. Je me suis posé un instant la question de la pertinence d’un projet en DK à cette période de l’année. Laisses moi te dire que je ne me pose PLUS DU TOUT la question ! 🙂 🙂

Et que j’ai porté ce gilet plus d’une fois depuis que je l’ai terminé fin avril.

Schnee Cardigan, Suvi Simola, Lima Drops

J’avais craqué sur la version écrue de la créatrice. Après réflexion, j’ai choisi le coloris gris perle, moins salissant, mais tout aussi lumineux. J’ai utilisé de la Lima de Drops, 12 pelotes et quelques grammes de la 13e, dont j’aurais pu me passer au final car mes manches sont trop longues.

Schnee Cardigan, Suvi Simola, Lima Drops

J’adore le point de blé, qui donne un joli relief. C’est long mais le résultat est tellement joli que ça en vaut le coup. Je n’ai fait qu’une modification : remplacer les côtes 2/2 par des côtes 1/1. Ca ne change pas la face du monde mais je trouve ça plus joli.

J’ai fait trois boutonnières comme préconisé et j’ai trouvé 3 ravissants boutons en porcelaine peints à la main, réalisé par Cécile, qui a créé Atelier Camelir, un petit atelier où elle travaille le cuir et la porcelaine, avec des inspirations très nature. Je vous invite à jeter un œil sur son profil IG où vous verrez certainement de jolies choses. Ils sont ravissants mais fragiles, attention aux chocs ! Néanmoins ils résistent très bien à l’eau donc pas de souci pour le lavage. Je les ai achetés dans la jolie boutique d’Ana, Lanaé Tricot, à Grenoble.

Schnee Cardigan, Suvi Simola, Lima Drops

Il lui manque des poches mais avec le poids de la laine, cela aurait surement déformé le gilet.

Il a un défaut : les manches sont trop longues. Je les ai tricotées avant l’encolure, au contraire de ce qui est indiqué dans le patron. Et bien sur je n’ai pas pris en compte le fait que l’encolure allait faire tomber la tête de manche vers le bras. D’ailleurs on voit sur les photos que l’épaule me tombe à mi bras.

J’ai tricoté d’abord les manches car je n’aime pas ça. Si je les avais gardées pour la fin, il y a fort à parier que j’aurais mis bien plus de temps à finir ce projet. Je l’ai tricoté en un gros mois, en mono projet. J’étais un peu lassée de mon Dessine moi un mouton.

Depuis que je l’ai tricoté,je te le disais, je l’ai porté plusieurs fois. Il est chaud sans être aussi lourd et encombrant que mon Philémon. Néanmoins le poids de la laine me fait craindre à la longue qu’il ne se déforme.

Schnee Cardigan, Suvi Simola, Lima Drops

Ma maman m’a conseillé de coudre un biais le long de l’encolure et de la couture des épaules pour le stabiliser. Quelqu’un aurait des conseils pour coudre un biais sur la ligne de couture des épaules et éventuellement de l’encolure pour éviter qu’il ne se détende de manière exagérée ? Il a déjà tendance à glisser de mes épaules quand je le porte ouvert. Pourtant j’ai choisi une taille en fonction de mes épaules et pas de l’ampleur préconisée au niveau du buste.

Schnee Cardigan, Suvi Simola, Lima Drops

Il est simple à tricoter, le patron est bien écrit. J’ai particulièrement aimé les instructions relatives au boutonnières. C’est expliqué très clairement et la designer a inclus des photos parlantes dans les explications. Je n’ai eu aucune difficulté à les réaliser.

On commence par tricoter le dos, la partie en point mousse est façonnée par des rangs raccourcis. J’ai utilisé la méthode du wrap and turn, qui marche bien sur le point mousse. Ensuite on releve des mailles pour tricoter chacun des devants.

Les devants et le dos sont joints et on tricote jusqu’à la fin du corps. Puis – en suivant le patron!- on tricote l’encolure à partir des mailles relevées. Et enfin les manches.

Quelques diminutions ici et là, aucune difficulté et en 4,5 cela va -relativement- vite ! J’adore les détails des finitions dans ce patron : les rangs raccourcis au point mousse pour façonner les épaules, la fausse couture en jersey endroit sur les côtés et le long des manches.

Schnee Cardigan, Suvi Simola, Lima Drops

C’est le premier patron de Suvi Simola que je tricote. Je l’ai vraiment apprécié et n’hésiterais pas à me lancer dans d’autres modèles de cette créatrice.

Ce projet me réconcilie avec la Lima de Drops. J’en avais acheté il y a quelques années et je n’ai jamais tricoté le pull que j’avais prévu avec tellement la laine me piquait. La marque a-t-elle changé sa composition ? Mon gilet est chaud, doux et moelleux, c’est véritablement un doudou, quelque chose qu’on aime papouiller pour se réconforter.

Schnee Cardigan, Suvi Simola, Lima Drops

Cela t’étonnerait-il si je te dit que j’ai dans ma ligne de mire d’autres gros gilets ? J’aime particulièrement le Boho Style Mosaic Cardigan, que je t’ai montré dans l’article précèdent.

As-tu des projets que tu tricotes à contre-saison ? Ou passé le 15 mai, tu ne tricotes plus que du coton ?

Je t’embrasse!

Good Vibes le bien nommé, de NCL Knits

C’est le premier châle de Nadia Crétin-Léchenne, alias NCL Knits,  que j’ai tricoté. Le patron est visible . Depuis j’ai aussi tricoté le Full Bloom que tu peux voir ici.

Châle Good Vibes, NCL Knits

Ce châle était un cadeau d’anniversaire pour ma maman. Je lui tricote entre 2 et 3 projets par an. Elle apprécie les ouvrages tricotés. Elle tricotait elle-même à une époque mais a arrêté depuis de nombreuses années et n’a pas le désir de s’y remettre. Néanmoins elle est très contente de recevoir des châles en doux mérinos, tricotés par une main d’oeuvre gratuite et docile ! 🙂

 

 

J’avais vu pas mal de versions que je trouvais jolies, je l’ai donc proposé à ma maman. Je sélectionne un projet qui me plait, que j’ai envie de tricoter et ensuite je le propose à ma maman, qui accepte ou non. En revanche, c’est elle qui choisit les couleurs.

Châle Good Vibes, NCL Knits

Je lui ai montré des projets sur Ravelry pour qu’elle trouve une association de couleurs qui lui plairait. Elle a été séduite par les châles associant le vert au violet.

J’avais en stock un écheveau de la Fée Fil, en mérinos et soie, coloris Menthe au lait. C’est un vert clair, très lumineux et nuancé. On a choisi pour l’accompagner un joli prune, teint par mes soins. Il s’agit du coloris Sirop de Prune.

Châle Good Vibes, NCL Knits

Il est très agréable à tricoter, les derniers rangs sont longs, mais le nombre de mailles est conséquent. Je l’ai tricoté assez rapidement, si mes souvenirs sont bons. Car je l’ai tricoté en début d’année 2017, pour pouvoir l’offrir à son anniversaire, en mai.

Il a une belle ampleur, sans être immense non plus. Ma maman l’aime beaucoup et l’a porté à de nombreuses reprises.

Châle Good Vibes, NCL Knits

C’est le 3e châle que je lui tricote. Souviens-toi, je lui avais tricoté un Lilli Pilli, dont je te reparlerais (surtout de la laine) et un Midnight in Sydney.

Tout ce que je lui ai tricoté est porté, donc c’est un plaisir de tricoter pour quelqu’un qui porte et apprécie les vetêments tricotés. Elle est aussi consciente du luxe que cela représente de porter un objet tricoté : des heures de travail et des matières précieuses.

En bonne tricoteuse, je ne renie pas le tricot égoïste mais de voir les autres porter et apprécier ce que l’on a créé, c’est la cerise sur le gâteau. Est-ce que l’on te réclame un ouvrage tricoté ou te proposes-tu de toi-même ? Ou, au contraire, tu ne tricotes que pour toi ?

Châle Good Vibes, NCL Knits

Le châle est composé de deux parties : la première en point mousse délicatement ajouré. Elle est plutôt rapide à tricoter, les rangs ne sont pas très longs.

La deuxième partie est construite avec des rangs raccourcis. J’ai utilisé la technique du Wrap & Turn, qui est très simple et quasiment invisible sur du point mousse. La dentelle est un motif de type Feather&Fan. Elle n’est pas particulièrement compliquée et se tricote un rang sur deux.

good-vibes-nclknits (3)

C’est un châle assez gratifiant à tricoter. Il ne comporte pas de difficultés particulières, bien qu’il ne soit pas adapté pour des débutants selon moi (rangs raccourcis + dentelle). Il a un très bel effet et est relativement rapide à tricoter. Je ne peux que vous encourager à succomber à l’appel des good vibes. 🙂

Châle Good Vibes, NCL Knits

Et toi tu tricotes pour les autres ? Comment choisis-tu les projets que tu vas offrir ?

Je t’embrasse !

Joseph, le pull que j’ai tricoté deux fois

Encore un tricot from une Poule à Petits Pas. Ce modèle sera-t-il le dernier ? Nul ne le sait 🙂 . J’avoue que le Benjamin, avec sa basque, me fait de l’œil. Julio son petit débardeur, me plait aussi.

Mais l’envie de modèles plus sophistiqués, d’apprendre de nouvelles techniques, de nouvelles constructions, se fait sentir, tout comme l’appel de la forêt pour Jack London. 😉

Et oui, mine de rien, je t’ai casé une référence littéraire. Comme quoi, avec le tricot, tout est possible.

Joseph, donc. Torsades, écru, point mousse, grosses aiguilles. C’est mon bad boy à moi. Je craque à chaque fois.

Pull Joseph, une Poule à Petits Pas

J’ai tellement craqué que je l’ai tricoté deux fois. Pas deux modèles non. Deux fois la même version. Je l’ai tricoté une première fois avec le fil en double en aiguilles 6, je pense. J’ai tout bien suivi les instructions, rentré les fils, fait le blocage.

Et comme avec tous les bad boys, il m’a fait faux bond. La bande de côtes du bas était trop serrée et donc le pull ne m’allait pas.

Pull Joseph, une Poule à Petits Pas

Je l’ai laissé de côté un temps. Après avoir essayé de gagner des cm au blocage en tirant comme une brute, j’ai eu une lueur d’espoir mais la laine s’est rétractée à ses dimensions initiales.

Un jour, prise d’un courage énorme, ou d’une poussée de folie meurtrière, je ne sais pas, j’ai détricoté tout le pull.

Que j’ai repeloté. C’est déjà chiant à la base, mais quand tu as tricoté en double et que tu dois séparer les fils avant de repeloter, c’est le bagne, la corvée, la punition ultime. Le supplice du pal et la crucifixtion, c’est de la rigolade à côté.

Mais je l’ai fait.

Pull Joseph, une Poule à Petits Pas

Au final Joseph est plutôt mi figue mi raisin. J’ai tricoté les manches à plat, pour les tricoter plus vite car je n’aime pas le magic-loop. Je les ai tricotées plus vite mais la couture est visible. Gnê.

Les manches ont tendance à tirer sur l’encolure et à tomber sur les épaules. Donc j’ai froid dans le haut du dos. Et oh inconfort suprême, il remonte sur le ventre, qui n’est pas la partie de mon anatomie que je préfère.

Bref, les pulls avec décolleté devant ET derrière, c’est joli mais ce n’est pas pour moi.

Pull Joseph, une Poule à Petits Pas

Une partie de mon désamour pour ce pull provient également, je pense, de mon choix de laine. Le mélange coton mérino de Drops est doux et moelleux mais ne convient pas, de mon point de vue, pour un pull adulte. La laine est molle et lourde. En fait, elle rassemble les deux inconvénients de ses composants. Leurs qualités aussi. Elle serait assez appropriée pour des vêtements enfants, mais moins pour les adultes.

Je le porte quelques fois mais c’est un pull d’été. Oui l’été on commence à y penser doucement. Même si je vois encore de la neige sur les sommets en regardant par la fenêtre.

Pull Joseph, une Poule à Petits Pas

En tricotant on apprend finalement que ce qu’on aime porter et qui est séduisant au premier regard (du blanc et des torsades en l’occurrence) n’est pas forcément ce qui nous conviendra le mieux. Plus de pulls décolletés dans le dos pour moi ! Mais je n’abandonne pas les torsades pour autant. Tu verrais mes favoris Ravelry…

Et toi quel type de modèle te fait craquer à chaque fois ?

Je t’embrasse !

Alocasia, ma version col rond

il y a quelques temps déjà, (non je n’ai pas dit « il était une fois »!) Marie Amélie, alias Maremelade a sorti un pull col V comportant un très joli motif le long de l’encolure : le pull Alocasia.

Pull Alocasia, Marie Amélie Designs, version col rond

Alocasia est le nom d’une jolie plante d’intérieur, je te laisse demander à notre ami Google.

Mais entre être une plante verte et tricoter un magnifique modèle, j’ai choisi mon camp ! 😉

Bref Marie Amélie met en test la version originale du patron, avec un décolleté devant et dos. Je suis en amour mais rate les dernières places du test. Néanmoins la fée du tricot devait m’avoir à la bonne car, quelques semaines plus tard, Marie Amélie poste un appel sur Instagram pour tester la version col rond. Autant te dire que je n’ai pas hésité une minute.

Et par chance, j’étais la première à me proposer.

Pull Alocasia, Marie Amélie Designs, version col rond

J’adore ce modèle, je le trouve beau et raffiné. Le test s’est très bien déroulé, j’ai pu apporter ma petite contribution en relevant quelques erreurs minimes.

Le patron est très clair, facile à suivre.

J’ai pu apprendre la technique des German Short Rows, que je ne connaissais pas à l’époque. Le motif est relativement simple une fois que l’on est familiarisé avec. Il s’agit de mailles croisées. Je te signale quand même un point où tu devras être vigilante. Lorsque l’on rejoint les dos et devant du pull pour tricoter en rond après les emmanchures, la manière de tricoter un des motifs change. Je me suis trompée et n’ai pas eu le courage de défaire pour réparer mon erreur.

On commence par tricoter la bande de motif dos puis on relève des mailles pour construire le dos. Ensuite on vient former l’encolure devant avec des rangs raccourcis, on rejoint et on continue jusqu’en bas. Les manches sont enfin relevées et tricotées en rond.

La seule difficulté pour moi a été de tricoter ma version en 3 semaines, pour coller à la date de sortie du patron.

Je l’ai tricoté en 3,5, et ai utilisé moins de 3 écheveaux de 400 mètres. Ce fut le premier patron pour lequel j’ai utilisé ma laine, teinte à la main. Tu pourras d’ailleurs remarquer les erreurs de débutante : on voit bien les différences entre les 3 écheveaux que j’ai teint séparément sans noter de manière précise les temps de cuisson, le PH et la technique de répartition de la teinture. Bouh ! Mais j’ai appris de mes erreurs depuis. 🙂

Pull Alocasia, Marie Amélie Designs, version col rond

Malgré ces défauts de teinture, j’aime beaucoup ces couleurs et suis très triste de ne pas porter ce pull. J’avais fait un échantillon bien sûr. Pour un test c’est obligatoire, mais le fait de tricoter en rond et de manière intensive en tirant sur le fil plus que de coutume m’a donné un pull un peu plus petit qu’attendu. À la fin du temps imparti, je tricotais une grande partie de la journée en essayant d’aller le plus vite possible, ce qui a modifié ma tension sur le fil.

Ajoute à ça que j’avais choisi la taille 105 avec peu d’aisance et que j’ai pris du poids depuis la prise des photos, je ne suis plus à l’aise dans ce pull. Je rentre toujours dedans, mais il est moulant, un peu trop à mon goût.

Le grand décolleté, ajouté à la forme boxy, font que le pull a tendance à remonter sur le ventre, qui n’est pas la partie de mon anatomie que je préfère. Avec plus d’aisance, le pull resterait en place. Ce n’est pas un problème de patronage mais bien de choix de taille.

Pull Alocasia, Marie Amélie Designs, version col rond

Je conseille le patron, tout est clair, on est pris par la main. Et le modèle est sublime. C’est le pull le plus abouti et le plus sophistiqué que j’aie tricoté jusqu’ici. Et je ne le porte pas. Les boules.

Je pourrai le détricoter et en tricoter une version à ma taille mais le courage me manque. Je le garde néanmoins précieusement en espérant une perte de poids miraculeuse. Lourdes, c’est par où ?  🙂 🙂

As-tu déjà tricoté un ouvrage trop petit ou trop grand ? Que fais-tu ? Tu détricotes et tu refais ou tu pratiques la technique des œillères ? 🙂

Je t’embrasse !

Nanook, Heidi Kirrmaier

Nanook est un mot de la langue Inuit signifiant ours blanc. Le motif utilisé pour le col se nomme patte d’ours. Coïncidence ? Je ne crois pas. 🙂

Gilet Nanook, Heidi Kirrmaier

C’est un joli nom pour un très joli gilet, présentant des détails soignés et délicats.

Le Nanook est un modèle de Heidi Kirrmaier. C’est un gilet à pans, qui peut se porter ouvert ou fermé.

Gilet Nanook, Heidi Kirrmaier

Je l’ai tricoté il y a 1 an afin de l’offrir pour Noël à ma maman. Depuis elle l’a beaucoup porté donc je pourrai te donner son avis éclairé sur la laine que j’ai utilisée et sur le modèle.

Ce gilet faisait partie de mes favoris et je le lui avais montré avec quelques autres patrons. Comme elle avait eu un vrai coup de cœur pour ce modèle, le choix n’a pas été bien difficile.

Comment fais-tu lorsque tu tricotes pour quelqu’un d’autre ? Tu proposes un modèle ou tu prends le risque de surprendre le destinataire ?

Nous avons choisi la Lima de Drops, coloris rubis red. C’est plus un fuchsia foncé qu’un rouge.

 

Il se tricote du haut vers le bas. On commence donc par ce joli col, composé d’un motif patte d’ours. Ce motif est vraiment simple donc facile à retenir et à tricoter. Les augmentations du yoke se font grâce à une série de jetés qui dessinent un joli motif dans le dos et sur les épaules du gilet. Les pans du gilet se tricotent en point mousse, bordés par un Icord tricoté en même temps que le corps, pour une finition parfaite.

Gilet Nanook, Heidi Kirrmaier

Il se tricote en 4,5, il est donc très rapide, j’ai mis 3 semaines à le tricoter. Ma maman, que vous ne voyez pas sur les photos, est plus petite que moi, c’est pour cela que les manches sont un peu courtes sur les poignets, mais il lui va parfaitement.

Le patron propose deux versions pour le bas du gilet : on peut tricoter les deux pans de mousse droit, sans diminution, pour un effet évasé sur le ventre ou si on est mince et que l’on aime exposer son bidon en ajoutant quelques diminutions pour accentuer l’effet évasé. Nous avons choisi la version sans diminutions pour le corps du gilet.

Gilet Nanook, Heidi Kirrmaier

Ce gilet ne comporte pour moi aucune difficulté technique et donne un rendu très raffiné. Bref je le recommande fortement ! D’autant plus qu’il est vraiment abordable pour les tricoteuses ayant peur de se lancer dans un patron en anglais. Celui-ci est très bien écrit, très pédagogique, parfait je vous dis ! 🙂

En ce qui concerne l’avis de ma maman sur la laine après un an : elle la trouve chaude, elle n’a que peu bouloché malgré un portage régulier. Pas de problème de grattouille, puisque ma mère porte ses gilets d’hiver avec des hauts à manches longues.

Gilet Nanook, Heidi Kirrmaier

Pour ce qui est du gilet, elle le trouve toujours aussi joli et a autant de plaisir à le reporter au fil du temps. Un tout petit bémol selon elle néanmoins : le col a tendance à tomber un peu et ne pas se tenir suffisamment dans le dos. Je pense que ce bémol est du à la façon dont ma mère aime porter ses gilets d’hiver. Elle apprécie particulièrement les cols montants dans le cou, pour éviter les courants d’air bien trop froids de l’hiver. On pourrait envisager de tricoter une rangée de motif supplémentaire, pour avoir un col plus haut ; ainsi que de descendre d’une demie taille d’aiguille pour un rendu un poil plus rigide.

Gilet Nanook, Heidi Kirrmaier

Le gilet peut se porter ouvert comme fermé. Le patron propose d’ailleurs de coudre un bouton sur une épaule. De mon point de vue, pour le maintenir bien fermé, il faudrait coudre deux boutons en vis à vis sur les épaules pour fixer les deux pans du gilet. En effet au porté, le pan qui se trouve sur le dessous a tendance à glisser.

On peut aussi se contenter d’utiliser une broche ou encore un pic à tricot.

 

C’est un gilet très joli ouvert, mais le porter fermé est très sympa aussi puisque ainsi on voit bien le motif du col. Et puis c’est un gilet épais, bien chaud, et en hiver c’est mieux d’être au chaud !

Préfères-tu la version fermée ou ouverte ?

En portant ce gilet, bien chaud et pas trop épais, j’ai ressenti l’envie urgente de me tricoter un gilet avec cette même laine et ai donc passé une commande de Lima. Sauras-tu deviner quel modèle j’ai choisi ? Un indice : le nom du gilet commence par la même lettre que le nom de sa créatrice. 🙂

Je t’embrasse, amie tricoteuse !