Sédum, le châle romantique

Avec toutes ces émotions, je n’ai pas eu le temps de te présenter mon nouveau châle dans les règles. Je t’introduis donc Sédum, châle en demi lune, point mousse et insertions de dentelle.

chale-sedum-melina-hami9

Ne faisons pas durer le suspense, je l’adore.

Si tu me suis, tu sais déjà que ce châle est issu d’une collaboration avec Mélina, qui est aux manettes de In a panda’s world.

La couleur

Dans ce projet dingo, le projet Arc en Ciel, de son doux nom, ma couleur était le vert. Je t’ai déjà expliqué la relation particulière que j’ai avec cette couleur. Tu peux relire cet article si tu veux en savoir plus.

kit-sedum-sencha

Barbara, des laines du Scarabée, avait déjà proposé à Mélina un vert plutôt olive. Nous nous sommes donc accordées sur un vert clair. Et j’ai commencé mes expérimentations chaudronnesques.

Après plusieurs tentatives, je suis arrivée à ce résultat qui me plaisait beaucoup. J’avais également teint un autre vert clair, qui tirait plus sur le jaune. J’ai proposé les deux à Mélina afin qu’elle fasse son choix. Et grâce à mes prières secrètes 🙂 , Mélina a eu un coup de coeur pour la 1e couleur, ce vert d’eau, à la fois doux et punchy.

Ça commençait bien!

Le patron

Nous voulions, l’une et l’autre, un châle dans lequel deux couleurs se répondraient, pour se mettre mutuellement en valeur. Exit donc les rayures. Mélina avait imaginé un châle colorblock composé de différentes sections. J’imaginais un châle plus en courbes. Après de nombreux échanges, nous sommes tombées en amour pour cette dentelle japonaise, tout en délicatesse.

chale-sedum1

Il restait à imaginer la forme finale du châle et ce fut là le boulot de Mélina!

On peut facilement faire 3 tours avec ce châle, ce qui en fait un doudou de cou malgré ses nombreux trous! Je suis fan de cette association de couleurs lumineuses, qui réveille les tenues et les mines fatiguées.

chale-sedum-melina-hami11

La dentelle n’est pas compliquée en soi. Je déconseille quand même aux allergiques des jetés et aux adeptes du tricot télé.

La difficulté pour moi réside dans le fait que la dentelle se tricote sur les rangs endroits ET envers. Il ne faut pas s’emmêler dans la grille. J’ai souvent sauté un rang par inattention et ai du reprendre quelques mailles par ci par là.

chale-sedum3

Pas de difficulté pour les rangs raccourcis, ce sont des Wrap and Turn, qui sont dissimulés dans la dentelle. Il faut juste savoir compter. Et ne pas les oublier!On a heureusement quelques bandes de point mousse pour se reposer et se détendre.

chale-sedum5

Le châle se tricote en 3,75 pour permettre à la dentelle de se révéler sans pour autant avoir un châle qui dégouline. Il mesure, pour ma version, 2m80 de long pour 50cm de large.

chale-sedum-melina-hami8

Si vous aimez vous lancer des défis ou si vous êtres friandes de dentelle raffinée, ce châle est fait pour vous.

La laine

Les écheveaux de Boudha sont composés de 100% Mérino High Twist et sont plutôt généreux. Ils pèsent entre 105 et 110 grammes et vous offrent par conséquent entre 380 et 400 mètres de laine moelleuse et dodue.

chale-sedum-melina-hami

Sédum utilisant jusqu’au bout du bout les deux écheveaux, il faut être vigilant quant au choix de la laine. Vous ne pourrez pas le réaliser avec des écheveaux de single de 365m, à moins de prévoir des minis en sus.

Je trouve ce châle très raffiné tout en étant facile à porter. Tous les choix de couleurs sont permis. Vous pouvez choisir deux écheveaux bien contrastés pour mettre en valeur les insertions de dentelle ou au contraire choisir deux écheveaux aux tons plus proches pour un aspect plus fondu.

chale-sedum

Vous avez bien deux écheveaux solitaires au fin fond de votre stock, qui vous supplient de les tricoter. Non ? Je ne vous crois pas! 😉

Allez-vous succomber au charme de Sédum ? Pour vous aider à vous décider je vous offre 10% de réduction à valoir sur l’achat d’un kit Sédum dans ma boutique, comprenant les deux écheveaux nécessaire pour tricoter le patron ainsi qu’un code (qui vous sera envoyé avec votre commande) qui vous permettra d’obtenir le patron avec 40% de réduction, offerts par Mélina.

Alors que pensez-vous de ce châle ? Vous plait-il ? Appréciez-vous les collaborations entre designers et teinturières ?

Je vous embrasse et vous remercie pour l’accueil réservé à Sédum et à ma boutique!

 

 

 

Publicités

Good Vibes le bien nommé, de NCL Knits

C’est le premier châle de Nadia Crétin-Léchenne, alias NCL Knits,  que j’ai tricoté. Le patron est visible . Depuis j’ai aussi tricoté le Full Bloom que tu peux voir ici.

Châle Good Vibes, NCL Knits

Ce châle était un cadeau d’anniversaire pour ma maman. Je lui tricote entre 2 et 3 projets par an. Elle apprécie les ouvrages tricotés. Elle tricotait elle-même à une époque mais a arrêté depuis de nombreuses années et n’a pas le désir de s’y remettre. Néanmoins elle est très contente de recevoir des châles en doux mérinos, tricotés par une main d’oeuvre gratuite et docile ! 🙂

 

 

J’avais vu pas mal de versions que je trouvais jolies, je l’ai donc proposé à ma maman. Je sélectionne un projet qui me plait, que j’ai envie de tricoter et ensuite je le propose à ma maman, qui accepte ou non. En revanche, c’est elle qui choisit les couleurs.

Châle Good Vibes, NCL Knits

Je lui ai montré des projets sur Ravelry pour qu’elle trouve une association de couleurs qui lui plairait. Elle a été séduite par les châles associant le vert au violet.

J’avais en stock un écheveau de la Fée Fil, en mérinos et soie, coloris Menthe au lait. C’est un vert clair, très lumineux et nuancé. On a choisi pour l’accompagner un joli prune, teint par mes soins. Il s’agit du coloris Sirop de Prune.

Châle Good Vibes, NCL Knits

Il est très agréable à tricoter, les derniers rangs sont longs, mais le nombre de mailles est conséquent. Je l’ai tricoté assez rapidement, si mes souvenirs sont bons. Car je l’ai tricoté en début d’année 2017, pour pouvoir l’offrir à son anniversaire, en mai.

Il a une belle ampleur, sans être immense non plus. Ma maman l’aime beaucoup et l’a porté à de nombreuses reprises.

Châle Good Vibes, NCL Knits

C’est le 3e châle que je lui tricote. Souviens-toi, je lui avais tricoté un Lilli Pilli, dont je te reparlerais (surtout de la laine) et un Midnight in Sydney.

Tout ce que je lui ai tricoté est porté, donc c’est un plaisir de tricoter pour quelqu’un qui porte et apprécie les vetêments tricotés. Elle est aussi consciente du luxe que cela représente de porter un objet tricoté : des heures de travail et des matières précieuses.

En bonne tricoteuse, je ne renie pas le tricot égoïste mais de voir les autres porter et apprécier ce que l’on a créé, c’est la cerise sur le gâteau. Est-ce que l’on te réclame un ouvrage tricoté ou te proposes-tu de toi-même ? Ou, au contraire, tu ne tricotes que pour toi ?

Châle Good Vibes, NCL Knits

Le châle est composé de deux parties : la première en point mousse délicatement ajouré. Elle est plutôt rapide à tricoter, les rangs ne sont pas très longs.

La deuxième partie est construite avec des rangs raccourcis. J’ai utilisé la technique du Wrap & Turn, qui est très simple et quasiment invisible sur du point mousse. La dentelle est un motif de type Feather&Fan. Elle n’est pas particulièrement compliquée et se tricote un rang sur deux.

good-vibes-nclknits (3)

C’est un châle assez gratifiant à tricoter. Il ne comporte pas de difficultés particulières, bien qu’il ne soit pas adapté pour des débutants selon moi (rangs raccourcis + dentelle). Il a un très bel effet et est relativement rapide à tricoter. Je ne peux que vous encourager à succomber à l’appel des good vibes. 🙂

Châle Good Vibes, NCL Knits

Et toi tu tricotes pour les autres ? Comment choisis-tu les projets que tu vas offrir ?

Je t’embrasse !

Full Bloom, NCL Knits

Je n’avais pas particulièrement remarqué ce modèle lors de sa sortie et puis un jour, comme ça, comme un coup de foudre, il s’est incrusté dans mon esprit et je n’ai plus pensé qu’à lui.

La version de la créatrice étant particulièrement réussie, – j’adore son choix de couleurs ! – j’ai décidé de me lancer.

Châle Full Bloom, Nadia Cretin-Lechenne

Je voulais tricoter un châle bicolore. Je trouve que les châles à 3 couleurs, voire plus, sont difficiles à assortir. Et j’ai toujours un mal fou à trouver des combinaisons de couleurs harmonieuses. C’est pareil pour vous ? Ou les couleurs vous apparaissent en rêve, telle une évidence sacrée ? 🙂 🙂

Je me suis donc lancée. C’est dire si c’était un coup de foudre puisque le fait que ce soit un châle triangulaire ne m’a pas ralentie une minute. Je ne suis pas fan de ce type de châle. J’ai tricoté à mes débuts un trendy châle, visible ici, que j’ai finalement peu porté. La faute à un châle pas assez chaud sur la nuque et trop dégoulinant devant.

J’ai utilisé deux écheveaux de Eline&Laines (mes laines donc, teintes par moi, avec mes petites mains 🙂 ). J’ai utilisé une base light fingering 100% mérinos (400m pour 100 gr).

La couleur principale s’appelle Rose des Sables, c’est un beige sable, chaud, nuancé. Je pense que cette couleur s’accorderait bien avec un gris chaud, des teintes rouge rose.

Je l’ai associé à une laine Corail, délicatement nuancée de rose clair et d’orange. Je trouve le résultat particulièrement réussi. ( Si tu trouves que je me jette des fleurs, tu n’as pas totalement tort m’enfin c’est chez moi ici, donc je fais ce que je veux 😉 ) .

Finissons-en avec ce moment de narcissisme éhonté et revenons à mon magnifique châle. 🙂

Châle Full Bloom, Nadia Cretin-Lechenne

Cette association de couleurs est assez éloignée de ce que je choisis d’habitude mais je suis plutôt contente du résultat. C’est un châle doux et lumineux, qui réveille la grisaille de l’hiver et égaiera le printemps.

Le Full Bloom est un châle triangulaire asymétrique, qui se tricote du centre vers la bordure en dentelle. Il a une pointe plus longue que l’autre, grâce à des augmentations plus nombreuses d’un côté. Il se compose d’une alternance de sections de point mousse et de côtes perlées.

Le rendu des côtes perlées se rapproche du point brioche mais est de la famille des côtes anglaises. Cela donne un résultat très moelleux, et qui se tient mieux que de la brioche. Il faut alterner des mailles envers et des mailles doubles, donc rien de compliqué. Si le point brioche vous effraie, lancez-vous avec des côtes perlées !

Châle Full Bloom, Nadia Cretin-Lechenne

Néanmoins les côtes perlées ne permettent pas un ouvrage bicolore puisque l’on tricote avec un seul fil.

Je préfère et de loin le rendu des côtes perlées de mon Full Bloom à celui de la brioche de mon Briochealicious. Le rendu est plus élastique, se tient mieux et se déforme beaucoup moins. Cependant une partie de ma déception sur le Briochealicious provient de mon choix de laine, je t’en dis plus dans l’article.

J’adore le rendu de mon nouveau châle. Je trouve juste qu’il est un peu difficile à porter. L’utilisation du point mousse et des côtes perlées le rend réversible, ce qui est un bon point : un châle aussi joli à l’endroit qu’à l’envers. Mais le côté asymétrique complique la tâche.

Après quelques jours, je commence à apprivoiser la bête. Je l’enroule autour de mon cou en commençant par le côté le plus long, je fais deux tours et cache le pan restant sous la pointe du châle.

chale-fullbloom-nclknits (8)

Si tu regardes bien – et que tu sais compter- tu as remarqué que j’ai modifié le châle. À la fin de la 4e et dernière section de point mousse prévue par le patron, il me restait 37 grammes de la couleur principale et 80 de la couleur contrastante. Je me suis dit que j’avais assez de laine pour ajouter une répétition de côtes perlées et de mousse avant la bordure. À ce moment je trouvais que le châle était un peu petit. Au final il s’est beaucoup allongé au blocage, mais sans perdre son côté moelleux.

Je me suis lancée, en croisant les aiguilles, au petit bonheur la chance. J’ai pu ajouter une section de côtes perlées, je n’ai pas fait le dernier aller-retour de point mousse sur la dernière section. Et modification la plus importante, j’ai amputé la bordure d’une répétition du motif de dentelle.

Je trouve que ces modifications ne perturbent pas l’équilibre du châle et l’harmonie des sections. Et je suis plus que ravie d’avoir utilisé la quasi totalité de ma laine.

Je tiens à te préciser quand même que la bordure consomme énormément de laine. Ne t’étonnes pas s’il te reste une quantité importante avant de commencer la bordure.

Châle Full Bloom, Nadia Cretin-Lechenne

J’aime beaucoup les châles de Nadia. Je peux identifier chacun d’eux ou presque, tant je trouve qu’elle a une identité assez reconnaissable pour les châles.

J’ai tricoté ce printemps le Good Vibes pour ma maman, les photos sont faites, je te le montrerai tantôt, si ça t’intéresse ?

Dis moi quels sont tes coups de foudre en ce moment, je suis curieuse de découvrir ce que tu tricotes. De mon côté, ce sont les pulls et gilets qui me font de l’œil!

Je t’embrasse laineusement. 🙂

Briochealicious, enfin!

L’article est écrit depuis 6 mois, ne manquaient que de jolies photos, prises – enfin! –hier. Je vous souhaite une bonne lecture.  🙂

Le fameux, le célèbre Briochealicious de la non moins célèbre (et canon!) Andrea Mowry.

En bon petit mouton (bêêêêhh… 🙂 ) j’avais succombé aux sirènes de la brioche et son moelleux fort apprécié des tricoteuses. J’étais néanmoins un peu effrayée par les difficultés du point. Bon nombre de tricoteuses avouant qu’elles s’y étaient reprises à plusieurs fois avant de maîtriser le nouveau Graal tricotesque.

Châle Briochealicious, Andrea Mowry

Pléthore de tutos et vidéos explicatives fleurissant sur le net, je me suis donc lancée, pleine d’appréhension mais néanmoins emplie de courage dans cette entreprise périlleuse !

Un peu comme les sherpas du 19e siècle qui se lançaient à la force des bras et en moumoute locale à l’ascension des contrées inexplorées et inhospitalières des grands sommets !

Après une lecture attentive du patron, traduit en français je me suis lancée de suite dans le châle. La première section au point mousse est très rapidement achevée et j’attaque bille en tête, toutes aiguilles dehors ! la première section de point brioche.

C’est un point qui nécessite de tricoter plusieurs rangs avant que le motif apparaisse. Première tentative : ça ne marche pas. Pourtant je fais exactement ce qu’il est indiqué dans le patron !

Le point brioche se compose en fait d’une alternance de mailles glissées et de mailles tricotées ensemble. Ce qui est à la portée de pas mal de tricoteuses.

Mais néanmoins, après plusieurs tentatives (et détricotages donc!) cela ne donnait toujours pas le rendu attendu chez moi.

Jusqu’à ce que, illumination soudaine ! je relise attentivement le patron.

Oui. Si tu lis le patron correctement tu arriveras à tricoter de la brioche dès le premier essai et sans te fader un nombre astronomique de vidéos expliquant le point de 36 000 manières différentes. Oui il existe plusieurs manières de tricoter de la brioche, notamment en reprenant des mailles des rangs précédents. Ou comment t’embrouiller encore plus !

Châle Briochealicious, Andrea Mowry

Une bonne nouvelle pour toi, le point brioche est SIMPLE (pour de vrai:) ) à tricoter. La méthode indiquée dans le patron marche très bien, il est facile de voir si l’on s’est trompé, et elle est simple à tricoter. Vrai de vrai. Really really, comme dirait l’âne.

Il suffit encore une fois (et en général les designers font bien leur travail) de suivre le patron. Il faut créer des mailles enroulées, c’est-à-dire que les mailles de la couleur A lorsqu’elles sont glissées doivent être enveloppées par le fil de la couleur B. Pour cela, le positionnement du fil B lors du glissage de la maille A est très important. Il faut maintenir le fil DERRIÈRE l’ouvrage. That’s the point.

Je n’en dirais pas plus car le patron est payant mais j’insiste sur ce point car c’est de là que venait mon erreur et donc mes difficultés. Je glissais les mailles avec le fil devant, ce qui ne permettait pas d’enrouler correctement le fil et donc ne créait pas le motif attendu.

Une fois résolue cette énigme ^^ la réalisation du châle est passée comme une lettre à la poste. Je n’ai pas fait d’erreur. Voir se créer le motif est assez addictif et me remplissait de fierté ! Je maîtrisais un point jugé difficile par les tricoteuses ! On se crée les exploits que l’on mérite. 😉

En fait, je me répète mais la brioche est simple à tricoter. Néanmoins, si vous êtes novices, je vous conseillerais de commencer par de la brioche bicolore, vous visualiserez ainsi bien plus facilement la logique du point et repérerez rapidement vos éventuelles erreurs. Choisissez également de la brioche rectiligne sans motif croisés. De toute façon, vous serez tellement fière d’avoir maîtrisé la brioche et serez tellement accro que vous envisagerez à coup sur de tricoter un autre ouvrage avec ce point !

J’ai choisi le Briochealicious car sa simplicité esthétique et son ampleur présageait un gros doudou de cou hivernal.

Châle Briochealicious, Andrea Mowry

Bref le choix de la laine a été dicté par mon stash. J’avais en stock deux écheveaux de Lace Alpaca & Soie de Drops, coloris naturel. Je les avais acheté il y a fort longtemps, attirée par le métrage important : 800m et leur prix attractif ! À l’époque, à mes débuts, j’achetais de la laine plus en fonction du rapport métrage/prix qu’en fonction du projet, ce qui me vaut d’avoir de la laine dont je ne sais plus quoi faire maintenant !

Je voulais un châle avec une base claire pour illuminer (éclaircir un peu du moins!) mes tenues d’hiver. La Lace est plutôt moelleuse, ce qui est renforcé parle fait de tricoter en double et par l’utilisation du point mousse.

Je cherchais au départ un camaïeu de couleur pour tricoter les parties en brioche. N’ayant pas de fils correspondant en stock, je me suis tournée vers les écheveaux dont je ne savais pas quoi faire. À savoir deux écheveaux de Malabrigo lace, couleur vert très foncé, presque noir et gris orage. J’ai perdu les étiquettes, je ne peux donc pas vous donner le nom exact des coloris.

La Malabrigo lace est d’une douceur absolue mais le fil est fragile. Je l’ai utilisé pour la dentelle du Lilli Pilli offert à ma maman pour son anniversaire. Elle a porté l’étole et après quelques mois les parties en dentelle commencent à boulocher.

J’avais un gros reste de Skinny Single de Hedgehog Fibers en coloris Banana Legs.

Donc mon idée de départ était de réaliser la 1e bande de brioche en Banana Legs, la 2e en gris foncé et la 3e en vert foncé.

Après réflexion, en me disant qu’il était dommage d’entamer deux écheveaux pour n’en utiliser que la moitié, je me suis laissée tenter par l’idée d’un châle bicolore uniquement avec le vert foncé en couleur contrastante.

Mais je ne voyais pas dans quel projet je pourrais utiliser mon reste de Banana Legs. Le coloris est assez voyant, je l’ai utilisé dans mon Masgot. Je n’avais pas vraiment envie de le réutiliser. Je me suis donc dit que l’utiliser dans la 1e bande de brioche allait me permettre d’en consommer une bonne partie. Ceci dit, il m’en reste encore pas mal !

Je pensais également que cette 1e bande ne serait pas trop visible et n’attirerait pas trop l’œil, me permettant d’avoir un châle assez versatile, que je puisse plus facilement assortir que mon Masgot ou mon Holey Chevrons. Tout en apportant une petite touche fantaisie à mon châle.

Qu’en penses-tu ? Pari réussi ?

Châle Briochealicious, Andrea Mowry

Bref depuis que je l’ai tricoté, je l’ai beaucoup porté. Et ce pour plusieurs raisons :

  • L’attrait de la nouveauté, autant je peux porter non stop un vêtement que j’aime (en le lavant de temps en temps quand même!) autant parfois je me lasse, y compris de ce que j’ai tricoté, et le mets de côté pendant un temps.
  • Il est plus « facile » à porter que mes autres châles. Je peux l’enrouler autour de mon cou sans y prêter attention, car il est joli d’un côté comme de l’autre. Au contraire de mes autres châles, qui ne sont pas réversibles.
  • La base claire lui permet également de s’assortir avec plus de vêtements, y compris des pulls plus colorés.
  • Il est surtout plus moelleux et donc plus chaud que les précédents nommés.

Il y a néanmoins un bémol : le mélange Alpaga et Soie, que je pensais être mon nouveau chouchou, me grattouille un peu. Heureusement le mérinos des couleurs contrastantes apporte de la douceur, mais je tricote un pull dans cette qualité, ( le Dessine moi un mouton de la Maison Rillilie) je me demande si je pourrais le porter facilement, sachant qu’une plus grande portion de peau est en contact avec la laine, lorsque l’on porte un pull.

Dans ma grande sagesse (hum hum!) je te conseille de descendre d’un numéro d’aiguille, surtout si tu tricotes lâche. La brioche est jolie lorsque le point est dense. Elle se relâche fortement au blocage, perdant ainsi un peu de son charme. Les mailles glissées apportent beaucoup (trop) de souplesse, il faut donc contrecarrer cela en serrant un peu plus les mailles ou en changeant de taille d’aiguille.

Je ne l’ai pas fait, j’ai tricoté tout le châle en 3,5.

J’ai utilisé 145g de Lace sur les 200 de départ et 22 g de Malabrigo Lace. Je n’ai pas modifié la patron, même si j’aurai pu rallonger le châle au vu du métrage restant.

Je n’ai pas encore de projet pour ces restes. Comme je te l’ai dit plus haut, la Skinny Single est increvable !

L’alpaga ne prend pas en longueur, je me retrouve donc encore une fois avec un châle écharpe. Il m’a bien servi en ce début de printemps automnal. Cependant le fait qu’il me grattouille combiné au portage de pull et Tshirt décolleté le rend désagréable à porter. Il me faut donc un châle trèèèèèèès doux de printemps/été (même si celui-ci est terminé 😦 )  ! Si tu as une suggestion, n’hésites pas !

Chaque fois que je tricote un châle, pensant que j’ai trouvé le modèle ultime, le parfait, le précieux, je lui trouve un défaut qui me pousse à en tricoter un autre. Je ne suis pas la seule, rassurez-moi ?

Bécots !

Masgot nouveau, le châle qui s’était fait attendre

châle Masgot, Justyna Lorkowska

Ce châle a été tricoté il y a plus d’un an et peut être même plus … ma mémoire me fait défaut (et oui il semblerait que passé la trentaine mon cerveau ait décidé que les dates n’aient plus aucune importance!).

C’est le premier « vrai » châle que j’ai tricoté. Comprendre par « vrai » châle, un châle tricoté d’après patron obtenu contre espèces sonnantes et trébuchantes.

C’est donc le fameux Masgot de Justyna Lorkowska. Il a été tricoté à moult reprises, toujours avec bonheur semble-t-il.

Je ne fais pas exception à la règle, j’ai adoré le tricoter. Il est simple et rapide. Il faut dire qu’il se tricote en 4,5, alterne des rayures (ce qui permet de ne pas se lasser) et surtout le point fort de ce modèle sont les insertions de couleurs qui rythment le tricot. Je ne peux qu’abonder dans le sens des tricoteuses ayant emprunté ce chemin avant moi, ces insertions sont extrêmement motivantes !

Châle Masgot, Justyna Lorkowska

Cependant je dois t’avouer que je suis un peu déçue du résultat. Cela ne tient pas à mon choix de couleurs (pour une fois!) mais à la qualité de la laine choisie : j’ai utilisé un fil Lace de Hedgehog Fibers pour une des couleurs de rayure. Et ce fil est trop fin et mou pour bien convenir à ce projet.

Je suis dingue de cette couleur : Genie. Je trouve qu’effectivement Beata Jezek, la créatrice de Hedgehog Fibers a réellement du génie lorsqu’elle élabore ses couleurs. C’est osé, exubérant mais toujours réussi. Enfin ce n’est que mon avis personnel. Les goûts et les couleurs …;)

J’ai choisi le coloris Havana en Mérisoie de la Fée Fil pour la 2e couleur et les insertions sont tricotées en Skinny Single (toujours de Hedgehog Fibers) coloris Banana Legs.

Les rayures se fondent entre elles et ça me plait bien.

châle Masgot, Lete's knits

Je n’ai pas tout à fait suivi le patron. J’ai fait des augmentations barrées au lieu d’augmentations inclinées prévues par le patron. J’ai également rajouté des jetés à trois mailles du bord que je laissais tomber au rang suivant. Au final ma bordure est bien trop souple, ce qui modifie la forme du châle. Au lieu d’un châle en demi lune, je me retrouve avec ce qui ressemble beaucoup à un wrap. Je peux facilement faire entre 3 et 4 tours autour de mon cou. Il est très (trop!) long. Je ne peux pas le porter en faisant uniquement un tour, il pendouille, se détend (encore plus, si cela est possible!) et je risque à chaque pas de marcher dessus. Un comble pour un châle en peau de banane ! (rapport au nom du coloris au cas où mon humour subtil t’aurait échappé ^^).

Bref et bof. Je le retricoterai bien, en aiguilles 4 au minimum et avec un fil mérino bien rond, histoire d’avoir un châle avec plus de tenue. Autant j’aime les pulls loose, voire qui dégoulinent autant je n’aime pas les châles serpillières ! 😉

Je conseille vraiment ce châle autant aux débutantes qu’à toutes les autres. Facile, rapide et une touche d’originalité grâce à ces insertions, un combo gagnant. Les insertions ne nécessitent que peu de laine, moins de la moitié d’un écheveau (parfait pour finir un gros reste).

châle Masgot, Justyna Lorkowska

Quelques versions bicolores ont été tentées, assez réussies je trouve !

Masgot est également le châle parfait pour oser de la couleur vive, voire fluo. Les proportions des insertions par rapport au reste du châle permettent vraiment de se faire plaisir sans ressembler à un néon ambulant. Masgot le châle qui réveille vos tenues sans vous faire ressembler à un clown (ou un daltonien au choix). Que demande le peuple ? Plus de bras pour tricoter ? Des journées de 48h ? Navrée je ne peux rien faire pour vous dans ce cas ! ^^

châle Masgot, Justyna Lorkowska

Mais comptez sur moi pour vous amener l’inspiration (ou de vilaines tentations, mais ce n’est qu’une vue de l’esprit ^^)!

Bécots !

As-tu déjà tricoté Masgot ? Te tente-t-il ? Une nouvelle version est en ce moment sur mes aiguilles… 🙂

Lilli Pilli ou la joie de tricoter pour ses proches

 

p1030848

Sans doute connais-tu la créatrice de patrons Ambah O’Brien. Si tu ne connais pas, file voir. Elle a une patte bien reconnaissable et si tu aimes l’un de ses patrons, il y a de grandes chances pour que tu les aimes tous!

Maureen, du podcast la Pivoine Noire, est l’une de ses grandes fans et ses versions sont fort jolies. Je t’invite à y aller jeter un coup d’œil.

(si ça te tente, un jour prochain, je te parle des podcast tricot que je regarde ? )

Le Lilli Pilli a eu pas mal de succès parmi les tricoteuses. Il est simple à tricoter, oui oui, même s’il y a de la dentelle. Et joie et bonheur pour toi, francophone indécrottable, il est traduit en français.

C’est donc un wrap, ce qu’on pourrait traduire par étole en français. (cependant ce mot a une petite connotation « vieille France », ne trouves-tu pas ? Wrap c’est bien plus moderne pour nous, jeunesses du tricot ! 😉 )

p1030938

Elle est tricotée dans le biais, par un jeu d’augmentations en début de rang et de diminutions en fin de rang. Le motif de dentelle se construit sur 10 rangs et est très répétitif donc parfait pour les débutantes ou les timides de la dentelle.

Pour ma part,j’ai quand même réussi à faire un ou deux erreurs, que je n’ai remarquées qu’au blocage, trop tard donc pour défaire et refaire (c’est toujours faire!).

La dentelle est tricotée avec deux fils lace de Malabrigo en coloris géranio et vermillion. C’est un fil mérino single et c’est à ce jour le fil le plus doux que j’ai eu entre les mains. Amour absolu.

p1030944

Pour les rayures, le choix a été plus compliqué. J’aime les rayures mais les rayures style marinière. Je trouve que les rayures fines, que l’on voit dans beaucoup de châles du moment, atténuent parfois trop la beauté des nuances des laines teintes à la main.

Et puis inspiration soudaine (en réalité copiage éhonté 🙂 )

mais l’imitation n’est-elle pas la plus sincère des flatteries ?

Je suis tombée sur la version du Lilli Pilli de la Pivoine Noire qui l’avait tricoté dans un mélange de fil mérino et mohair.

J’ai donc utilisé un précieux écheveau de Mérisoie de la Fée Fil en coloris Sardine Frétillante, initialement prévu pour un autre projet, mais quand on aime… (surtout on ne dit pas non à l’auteur de ses jours ! ) et un fil mohair de Lang. Ma seule déception est que je n’ai pas trouvé la même nuance de gris et donc on a finalement un effet rayures alors que je voulais un effet fondu.

p1030911

Je n’ai pas vraiment aimé tricoté ce projet, la faute aux rangs trop nombreux. A peine le temps de faire quelques mailles et on doit déjà tourner son ouvrage. Le fil mohair n’a pas vraiment non plus été agréable à tricoter.

Cependant (je suis la contradiction faite femme) malgré ce non plaisir tricotesque, j’ai très envie de tricoter le Mookari de la même créatrice. Le principe est exactement le même que pour le Lilli Pilli, c’est un wrap mêlant rayures et dentelle. La différence réside dans la plus grande complexité de la dentelle qui est construite sur 32 rangs (n’imagine pas une minute retenir le motif) et est rédigé jusqu’à présent exclusivement en anglais. J’avais d’ailleurs acheté le Mookari bien avant le Lilli Pilli mais je m’étais cassé les aiguilles les dents sur la dentelle. J’avais donc abandonné, un peu par dépit. Si je retente, je ne manquerais pas de te tenir au courant de mes avancées en la matière.

Il y a néanmoins de grandes chances que les cadeaux de noël tricotés passent devant, calendrier oblige. Ma mère a jeté son dévolu sur un gilet (je te rappelle qu’on ne dit pas non à l’auteur de ses jours…) et j’ai un bonnet que j’avais promis de lui refaire, l’ayant intégralement tricoté dans une laine qui ne convenait pas car bien trop fine. Je précise que c’était un béret, en anglais et avec un motif très joli mais pas forcément très simple puisqu’il y avait des augmentations quasi à chaque rang.

L’article sur la galère des tricots de noël est prévu, on aura l’occasion de bien se marrer quand je ferrai le comparatif de ce que j’avais prévu et de ce effectivement réalisé.

Pour finir l’histoire de Lilli, enfin de Pilli, bref de qui tu veux, il me reste une petite pelote de gris, un bon reste de ma deuxième pelote de mohair et deux gros restes de lace.

p1030861

Le blocage a été une vraie galère, comme le wrap est très long, je n’ai pas réussi à le faire tenir en entier sur mon lit, sans parler de le bloquer au milieu du salon. Le fait qu’il soit tricoté dans le biais rend le blocage encore plus délicat et la dentelle, n’en parlons pas. Bref un blocage dégueulasse plus tard (on voit de manière criante, en tous cas moi ça me saute aux yeux, les marques des aiguilles qui font des vagues sur le bord de l’étole). La partie finale en dentelle est mal étirée et donc pas suffisamment mise en valeur.

Et je l’ai tricoté en 3,5, aka ce que j’avais sous la main. Une idée aussi de proposer des numéros d’aiguilles en quart de point. Et comme je tricote plutôt serré (la blague est que je m’en suis aperçue fort récemment, pendant le tricotage de mon Solaris pour tout te dire, qui est minuscule et me sort par les yeux, tellement j’ai choisi mes couleurs avec les pieds. Prises séparément j’adore ces couleurs, associées je trouve que ça ne donne rien.)

Le 3,75 aurait été vraiment bien. Mais au prix des ChiaoGoo je me suis abstenue.

Bref Père Noël si tu passes par là fais un détour par la mercerie du coin. 🙂

p1030917

Ma maman porte actuellement son Lilli Pilli et m’a adressé plusieurs constats : le mohair ça grattouille, et l’étole n’est pas assez large à son goût. (Toi aussi tu as compris qu’elle prépare le terrain pour me demander un nouveau châle ? )

Tu auras remarqué, les photos ne sont pas du tout raccord avec la vague de froid qui vient de nous tomber dessus. Ayant déjà un petit stock de projets finis, j’ai profité de vacances cet été pour prendre en photo tout ce que j’ai pu emmener dans ma valise ! Allez je te laisse rêver au beau temps et à la mer… ou on se réjouit de pouvoir porter dans la vraie vie tout ce qu’on a tricoté ?

Bécots !

Rose Trendy (Châle)

Le cas du trendy châle

Trendy châle

Je te parlais il y a quelques semaines de mon premier pull au tricot, le Odette jolie  mais tu te doutes bien que ce pull n’a pas été ma première réalisation tricotesque. Oui je sais, un mythe vient de tomber. 😉

J’ai commencé -comme tout le monde;)- par un Trendy Châle. Moins long -quoique…- qu’une bête écharpe au point mousse, plus trendy aussi. Si tu n’est pas une anglophile acharnée (ne t’inquiète pas tu as le droit, surtout en cette période trouble de Brexit) trendy est le mot à la mode vaguement prétentieux pour dire branché.

Oui avec un châle triangulaire au point mousse avec une augmentation de chaque côté, tu peux être trendy ou autrement dit ultra branchouille ! Dingue, non ?

(Ou comment rendre le basique de chez basique hautement désirable et sophistiqué) (mais ne va pas croire qu’on te prend pour un mouton et qu’on veut te faire prendre des vessies pour des lanternes. Non.)

Quoiqu’il en soit, ce châle est quand même gratuit (c’est pas mal quand tu débutes) et très simple à tricoter. Pour un rendu sympa.

Trendy châle

Oui après m’être moquée, mon objectivité reprend le dessus (je ne voudrais pas que tu penses que je suis de mauvaise foi non plus.) (t’as le droit de penser que je suis mauvaise langue 😉 ).

Après avoir vu moult versions j’ai décidé de me lancer dans cette aventure. Mais attention la version rose peps et moelleuse que tu contemples n’est pas (et beaucoup s’en faut!) la PREMIÈRE version.Trendy châle

N’ayant à cette époque que peu d’intérêt pour de vils détails comme le diamètre de la laine, la taille des aiguilles ou le métrage requis pour mener à bien un tel projet, y a eu des ratages. Oui. Au pluriel. Les boules.

Je tricotais à l’époque sur des aiguilles droites que j’avais récupérées de ma maman qui tricotait dans ses jeunes années (tu seras toujours jeune à mes yeux mon cher ancêtre:) ). Or les aiguilles droites sont courtes, les mailles sont tassées et c’est assez difficile de se rendre compte de l’ampleur réelle de la chose tricotée. Ajouté à cela l’impatience bien compréhensible de la novice qui VEUT porter son premier tricot, il y a eu des couacs. Pour te donner une idée, si j’avais cherché à tricoter un châle pour un nourrisson anémique, je serais tombée pile poil. Plus sérieusement je parvenais tout juste à faire un tour de cou avec mes premières versions, sans parler de me blottir dedans.

Trendy châle

Armée d’une envie farouche de vaincre, (à ce compte là j’aurais pu gravir l’Everest tant ma détermination était grande. Oui, tout à fait, l’Everest. ) je me décidais à acheter de la belle laine (comprendre pas de la laine de récup) à savoir de l’Alpaca et du Kid silk de Drops, dans une belle couleur rose fuchsia, pour enfin réussir cette belle entreprise.

Et j’ai attaqué, bien décidée à ne pas céder. Au bout de 3 semaines, je me suis quand même rendue compte qu’en faisant deux augmentations par rang, je pouvais encore tricoter pendant 42 semaines avant d’obtenir une longueur acceptable. J’ai donc résolu de réaliser quatre augmentations par rang, ce qui explique la forme non rectiligne du châle (le triangle parfait ne passera pas par moi!).

Trendy châle

Et voilà enfin mon trendy châle, premier et unique du nom (j’ai décidé d’enterrer les précédentes versions dans le gouffre de l’oubli)(je sais très bien gérer l’échec, ne t’inquiètes pas:) ).

Alors il est effectivement moelleux, je suis dingue de la couleur, mais le mélange de laine et de mohair me gratte. Je ne peux le porter qu’avec un pull ou mieux une chemise avec un col relativement montant. Même si vraiment j’adore la couleur, je ne le porte pas souvent.

De plus je ne peux faire qu’un tour de cou donc pour affronter les vents hivernaux il ne fait pas le poids. Il faut par conséquent que je tricote un méga doudou châle d’hiver. Le Solaris de Mélanie Berg m’avait bien tapé dans l’œil, j’ai commencé à le tricoter mais on en reparlera (oui la malédiction des châles ratés s’acharne sur moi ; t’as vu comme je te fais du teasing ?;)

Et toi quel est ton châle doudou de l’hiver ?

Bécots !

1 2 3 HOLEY CHEVRONS

Holey Chevrons, Stephen West

Non ce n’est pas le nom d’un nouveau jeu dans la cour de récréation. 3 c’est le nombre de fois où j’ai tricoté ce châle avant de parvenir – enfin!- à la bonne combinaison de couleur, celle qui me plait, qui me va !

Holey chevrons, c’est un châle en demi lune du talentueux et fort connu Stephen West aka le fou furieux du tricot 🙂 . Que celle qui ne s’est jamais dit en voyant l’un de ses châles : mais il est quand même un peu barré niveau couleur, non ? ! me jette la première pelote.

Voici le lien du merveilleux Holey Chevrons.

Ce châle a beaucoup de succès, et c’est bien mérité. Il est simple à tricoter, quelques augmentations par ci par là, quelques jetés (le nom académique des trous-trous:) ) et des rangs à plus de 600 mailles. Oui je ne veux pas, peux pas te mentir : il y a des rangs (plusieurs mêmes) à plus de 600 mailles.

Mais ça se fait. Une fois que tu as détricoté une, non deux fois, et que tu as enfin accordé tes couleurs, l’ordre dans lequel tu vas les disposer, ce ne sont pas 600 mailles qui vont t’arrêter, non mais ho !

Holey Chevrons, Stephen West

Sinon il y a la version facile avec – juste!- deux couleurs. Facile c’est juste pour les couleurs, hein. Je ne dis pas que celles qui ont tricoté la version bicolore sont des paresseuses, qu’on se comprenne bien 😉 .

Holey Chevrons, Stephen West

J’ai tricoté la grande version, aiguilles 4, rabattage souple, celui préconisé par le patron (très bien) en oubliant – de manière délibérée – de tricoter les deux dernières bandes de chevrons de la bordure. Mon amie la flemme, mais surtout ma grande envie de porter ce châle m’ont convaincue que les deux dernières rayures n’étaient pas indispensables et j’avoue, je n’ai pas protesté longtemps.

Je l’ai porté ce printemps et continue de le porter en ce merveilleux été/automne qui sévit dans nos contrées septentrionales. Tu auras compris que je n’habite pas à Marseille.

Holey Chevrons, Stephen West

Je l’ai tricoté avec un écheveau de mérisoie de la Fée fil, couleur Mare Magnum, un reste de Madeline Tosh Merino Light coloris céladon, un reste de mon  – interminable! – et merveilleux écheveau Hedgehog Fiber coloris Genie en Lace et pour la bordure en chevrons une pelote de Kidsilk de Drops, coloris vieux rose.

P1030829

Le mélange des saisons peut être agréable, l’été indien, cet été qui nous accompagne encore un peu pour rendre la transition vers l’automne plus douce, ca n’est pas une mauvaise idée, mais de là à nous coller le mois de novembre en juin, faudrait voir à respecter les saisons, bon diou !

Tu remarqueras que le sujet au combien délicat en ce moment de la météo a été abordé dans ce blog une bonne fois pour toutes. Nous n’y reviendrons pas. Sauf en cas de canicule, incompatible avec le tricot, ne parlons pas de malheur !

Holey Chevrons, Stephen West

EDIT : le malheur est arrivé, eh ben j’ai continué à tricoter quand même ! Du coton pas du mohair 😉

Et vous, quel est le projet que vous avez tricoté ou que vous envisagez de tricoter de notre cher Stephen West ?

Bécots !

Midnight in Sydney, midnight shawl for a midnight queen

Midnight in Sydney, Meg GadsbeyLorsque j’ai commencé, ou plutôt recommencé le tricot (ma grand-mère m’avait appris à tricoter lorsque j’étais enfant, vous savez la laborieuse écharpe au point mousse qui n’a jamais vu le jour) ma mère qui tricotait dans sa jeunesse jetait un œil sceptique sur mon soudain emballement pour les travaux d’aiguilles.

Voulant lui démontrer que le monde du tricot avait bien changé (grâce à ce lieu de perdition qu’est Ravelry) et ayant un magnifique écheveau de Mérisoie oncle Emerald en stock, je lui montre donc quelques patrons de shawlette.

Son choix s’est arrêté sur le Midnight in Sydney de Meg Gadsbey. Une jolie shawlette en 3,5 (aka petit châle ou chalinette 🙂 pour les francophones) en demi lune. Le corps se tricote en point mousse et se termine par une dentelle type feather and fan. Le patron est en anglais, dispo sur ravelry : Midnight in Sydney

 

Midnight in Sydney, Meg Gadsbey

A l’époque je n’avais pas encore tricoté de dentelle, mais le motif est très simple, très répétitif puisque qu’on le répète un rang sur deux. Pas de grande difficulté donc. Par contre j’ai du rallonger le châle pour qu’il ait une belle ampleur et utiliser le maximum de mon écheveau. J’ai rallongé à la fois le corps pour avoir un ou deux motifs de plus au départ et j’ai fait plus de répétitions également. Pour finir une bordure en picot, un peu longuette mais très simple également et qui donne vraiment un joli rendu à mon goût.

Comme le dit la créatrice, il n’y a pas de maille envers, tout le châle se tricote en point endroit, jetés et mailles ensemble ; donc c’est un ouvrage vraiment accessible aux débutantes.

Néanmoins je trouve le prix du châle un peu élevé. Le modèle est très simple, comporte quelques erreurs et si je l’avais suivi à la lettre aurait été vraiment petit. Je l’ai acheté parce qu’il était un coup de coeur de ma maman.

Midnight in Sydney, Meg Gadsbey

Désolée de ces indications un peu floues mais le châle a été tricoté il y a un moment. Il m’a permis, de non pas surmonter, mais de me raccrocher à quelque chose de positif, de doux, de lumineux pendant les attentats de janvier 2015.

La laine était tellement agréable à tricoter, si douce et avec des nuances magnifiques. Je tenais dans mes mains un objet fabriqué avec amour et passion, un objet dont je me servais moi-même pour tricoter avec beaucoup d’amour et de tendresse un cadeau pour ma maman. Ce tricot a été une bouée au milieu de ce chaos.

Midnight in Sydney, Meg Gadsbey

La suite des événements vous la connaissez. Inutile d’en parler ici même si mon cœur se serre et que les larmes coulent encore parfois.

Tricoter n’est pas seulement un loisir, c’est un réconfort. C’est donner de la tendresse aux gens à qui nous offrons nos ouvrages. Même si bien sûr toute tricoteuse qui se respecte est un peu égoïste 😉 , faut pas déconner quand même !

Bécots !